Après avoir vu la critique d'un éclaireur (Pierrick), j'avais une furieuse envie de revoir ce film que j'avais plutôt apprécié à sa sortie en 1994.

Pour justifier mon achat et appâter mon épouse qui n'aime pas trop Luc Besson, je lui avais dit :

- Tu verras, c'est mignon et romantique

- Oui, mais tu as vu que c'est interdit aux moins de douze ans, quand même.

- Parce que c'est un polar avec quelques scènes un peu violentes.

Après le film, la réaction n'a pas manqué de fuser : tu connais la définition des mots "mignon" et "romantique" ?

Bon, d'accord, c'était un bide. Et pourtant, ce film est, chez moi, presque une exception, dans la filmographie de Besson que j'apprécie modérément. C'est comme "le cinquième élément" que j'aime bien, je ne sais pas trop pourquoi, d'ailleurs.

"Léon", c'est l'histoire d'une petite fille de douze ans, Mathilda, qui vit chez des parents impliqués dans le trafic de drogue jusqu'au cou et se ramasse régulièrement des torgnioles. L'innocence meurtrie.

"La vie, c'est tout le temps comme ça ou c'est seulement quand on est petit ?"

Jusqu'au jour où des malfrats (qui s'avèreront être des flics pourris) massacrent la famille. Unique rescapée de la tuerie, elle se réfugie chez le voisin, Léon, qu'elle croise régulièrement dans le couloir et qui lui avait alors répondu :

"C'est tout le temps comme ça"

Léon est un vieux loup solitaire, analphabète. Mais retrouve son regard d'enfant devant les comédies musicales avec Gene Kelly. Qui reporte un manque d'affection sur une plante qu'il soigne avec les plus grands égards. C'est aussi un tueur à gage dont la fonction est de "nettoyer" quand c'est nécessaire. Avec une morale stricte "ni les femmes, ni les enfants"

Démarre alors une amitié qu'on pourrait qualifier d'improbable entre cet homme et la jeune fille si on n'y découvrait pas une certaine complémentarité et une vraie complicité.

"Léon", c'est une sorte d'ambiance étrange et hors sol, pendant 140 minutes, construite à partir d'une musique plutôt prenante, un acteur Jean Reno, mutique et sauvage et une jeune fille très "Lolita", Natalie Portman, qui parviendra à le troubler. Le tout dans un contexte de violence et de vengeance. À New York.

Natalie Portman, dans son premier rôle au cinéma, du haut de ses treize ans, est bluffante.

Jean Reno, qui trouvera moyen grâce à ce film d'entrer dans le cinéma américain., est très convaincant dans ce rôle de tueur solitaire mais propre sur lui dans un univers borné et désespérément violent.

Gary Oldman est l'exact contraire dans un rôle de flic pourri, drogué, et psychotique. Et même fan de Beethoven à ses heures …

En guise de conclusion, il y a quand même du "mignon" quand Mathilda fait faire une dictée à Léon pour lui apprendre à écrire. De même, il y a un romantisme certain lorsque Mathilda met en terre la plante de façon à ce que Léon puisse retrouver ses racines …

JeanG55
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Films noirs

Créée

le 18 févr. 2024

Critique lue 54 fois

9 j'aime

5 commentaires

JeanG55

Écrit par

Critique lue 54 fois

9
5

D'autres avis sur Léon

Léon
Hypérion
8

Mon premier choc cinématographique

Léon, c'est un film à part dans ma cosmogonie pelliculaire toute personnelle. Pour bien saisir l'impact qu'il a pu avoir sur mon insignifiante existence, il est nécessaire de replacer son premier...

le 29 sept. 2011

101 j'aime

19

Léon
OkaLiptus
10

And she's buying a stairway to heaven

Par la présence presque organique de la musique lancinante, parfois explosive d’Eric Serra, Léon est un concert sons et lumières, où les bas-fonds sont exposés dans un cortège funèbre aux autorités...

le 7 avr. 2023

91 j'aime

50

Léon
toma_uberwenig
4

Devoir de mémoire

Dans un journal dont j'ai malheureusement oublié le nom, vit le jour une chronique, sinon la plus belle, au moins la plus juste, la plus succinte, tellement foudroyante d'efficacité que je me dois...

le 26 mars 2011

49 j'aime

15

Du même critique

La Mort aux trousses
JeanG55
9

La mort aux trousses

"La Mort aux trousses", c'est le film mythique, aux nombreuses scènes cultissimes. C'est le film qu'on voit à 14 ou 15 ans au cinéma ou à la télé et dont on sort très impressionné : vingt ou quarante...

le 3 nov. 2021

22 j'aime

19

L'Aventure de Mme Muir
JeanG55
10

The Ghost and Mrs Muir

Au départ de cette aventure, il y a un roman écrit par la romancière R.A. Dick en 1945 "le Fantôme et Mrs Muir". Peu après, Mankiewicz s'empare du sujet pour en faire un film. Le film reste très...

le 23 avr. 2022

21 j'aime

8

125, rue Montmartre
JeanG55
8

Quel cirque !

1959 c'est l'année de "125 rue Montmartre" de Grangier mais aussi des "400 coups" du sieur Truffaut qui dégoisait tant et plus sur le cinéma à la Grangier dans les "Cahiers". En attendant, quelques...

le 13 nov. 2021

21 j'aime

5