Valeria Bruni-Tedeschi n’en aura vraisemblablement jamais fini de parler d’elle-même. Sans ordre chronologique, son œuvre autobiographique s’attache, avec les Amandiers, à une période de sa jeunesse qui pourra transcender les questions un peu plus nombrilistes qui l’agitent généralement. Ce retour sur son apprentissage du métier de comédienne dans le théâtre fondé par Patrice Chéreau est une plongée dans les années 80, et la radiographie d’un vivier à futures stars des planches et du grand écran, dont les noms ont été changés et les destinées fictionnalisées.


L’esthétique se place d’emblée en osmose avec son sujet : gros grain de l’argentique, spontanéité des mouvements d’appareil accompagnent cette joyeuse équipée qui déboule dans une audition où l’hystérie le dispute à l’audace, histoire d’en mettre plein la vue à un jury qui se devra de juguler ces débordements d’énergie. La cinéaste capte avec une grande justesse la vibration d’une époque, la mise en place d’un collectif et la fougue d’une jeunesse canalisée au profit d’un exigeant et impitoyable apprentissage. Les comédiens excellent dans cette alliance de magnétisme et de fêlures à ciel ouvert, et le parcours initiatique les conduit de la méthode Chéreau à l’Actors Studio new-yorkais, dans un récit qui sait ponctuer l’intime et la valeur documentaire du sujet. Les différentes techniques, l’attention portée à une attitude comme l’apprentissage, pour une jeune fille, d’offrir un sourire de vieille dame, approfondissent avec intérêt cette approche du métier.


La réussite tient probablement à l’investissement émotionnel de la réalisatrice, qui se garde bien d’un regard en surplomb sur l’époque, ou d’une réflexion par la femme mûre sur les errances et les erreurs de parcours. Les Amandiers est un présent continu, qui laisse se débrouiller des candidats à l’existence tout aussi fébriles que maladroits, en s’immergeant dans leurs errances, leurs outrances et leurs redondances. Cette exigence d’authenticité explore donc bien des gouffres, du SIDA à la drogue, en passant par les explosions en plein vol de comédiens n’ayant pu trouver leur vitesse de croisière. On pense souvent à Panic à Needle Park dans cette poursuite brute d’une noyade progressive, et cette illusion de la bourgeoise à vouloir tirer le voyou d’une descente aux enfers qui ne sera que partiellement sauvée par quelques éclaircies des projecteurs. Car c’est bien dans les brèches que s’échappe cette restitution d’une vie lointaine, mais toujours vivace : alors que la jeunesse apprenait à incarner d’autres personnages, l’artiste confirmée passe le relai pour que la nouvelle génération donne vie aux vibrants fragments de sa mémoire.

Sergent_Pepper
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Festival de Cannes 2022 : films vus

Créée

le 17 nov. 2022

Critique lue 1.8K fois

37 j'aime

1 commentaire

Sergent_Pepper

Écrit par

Critique lue 1.8K fois

37
1

D'autres avis sur Les Amandiers

Les Amandiers
Sergent_Pepper
7

Le sillage des comédiens

Valeria Bruni-Tedeschi n’en aura vraisemblablement jamais fini de parler d’elle-même. Sans ordre chronologique, son œuvre autobiographique s’attache, avec les Amandiers, à une période de sa jeunesse...

le 17 nov. 2022

37 j'aime

1

Les Amandiers
Fleming
7

Au joli temps jadis des Amandiers en fleurs

J'étais à l'Avant-Première du film, au tout premier rang comme souvent, et j'ai donc eu, le temps de sa présentation, Valéria Bruni-Tedeschi (VBT) à quelque quatre mètres de moi. Elle n'a d'ailleurs...

le 20 nov. 2023

24 j'aime

9

Les Amandiers
Alsh74
3

Les Amandiers

Le film retranscrit avec peu de subtilité l'adolescence de Valeria Bruni Tedeschi et suit une promotion de l'école de théâtre des Amandiers.Les premières séquences du film montrent différents...

le 14 juin 2022

20 j'aime

1

Du même critique

Lucy
Sergent_Pepper
1

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

le 6 déc. 2014

769 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

le 14 août 2019

703 j'aime

54

Her
Sergent_Pepper
8

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

le 30 mars 2014

615 j'aime

53