Sélectionnés pour entrer dans la prestigieuse Ecole des Amandiers à Nanterre, douze élèves travaillent à la pièce de Tchekhov qui va être montée, Platonov, sous la direction du mythe du monde du théâtre Patrice Chéreau. Ils s'essaient à leur vie de comédiens tout comme à leur vie de jeunes des années 1980. Filmé dans le grain des années 1980, le film s'ancre bien dans cette décennie pour en faire ressortir son flair caractéristique - l'odeur de cigarettes sortirait presque de l'écran tellement on en fume. Un air de scene, sex and drama, que représente le couple phare Stella - Etienne.

Pris dans le microcosme des histoires de coeur et de sexe des douze élèves, le film peine à rendre accessible l'univers très précis de l'Ecole des Amandiers, que la réalisatrice, ancienne élève de l'école, à voulu dépeindre. Peut-être impression fâcheuse du non-initié, on se croirait plus dans les coulisses du Château de la Star Academy, avec son lot de pleurs, de tensions et d'amours passionnées. Certes, il se dégage des ateliers de danse, d'expression de soi, une grande spontanéité. Certes, Louis Garrel, à qui incombe de jouer le mythe Patrice Chéreau, est éclatant par son jeu. Le rendu final du film, par ailleurs, reste distancié pour les spectateurs, qui peinent à rentrer dans le délire de l'Ecole.

Le documentaire "Des Amandiers aux Amandiers" (réalisé par K. S. Perez et S. Milon) est une clé de compréhension du film. Il montre comment Valeria Bruni Tedeschi, la metteur en scène, reste habitée par son passé à l'Ecole des Amandiers, par sa propre histoire d'amour qu'elle a voulu mettre en scène. Il donne la parole aux comédiens, une parole qui confirme la relation jamais sereine, au mieux stimulante, au pire malaisante entre eux et la réalisatrice. Le documentaire donne raison à la conviction que le film est un trip égocentrique permettant à Valeria Bruni Tedeschi de devenir Patrice Chéreau le temps d'un tournage, pour le meilleur et pour le pire.

Nuwanda_dps
5
Écrit par

Créée

le 11 déc. 2022

Critique lue 105 fois

5 j'aime

Emilie Rosier

Écrit par

Critique lue 105 fois

5

D'autres avis sur Les Amandiers

Les Amandiers
Sergent_Pepper
7

Le sillage des comédiens

Valeria Bruni-Tedeschi n’en aura vraisemblablement jamais fini de parler d’elle-même. Sans ordre chronologique, son œuvre autobiographique s’attache, avec les Amandiers, à une période de sa jeunesse...

le 17 nov. 2022

37 j'aime

1

Les Amandiers
Fleming
7

Au joli temps jadis des Amandiers en fleurs

J'étais à l'Avant-Première du film, au tout premier rang comme souvent, et j'ai donc eu, le temps de sa présentation, Valéria Bruni-Tedeschi (VBT) à quelque quatre mètres de moi. Elle n'a d'ailleurs...

le 20 nov. 2023

24 j'aime

9

Les Amandiers
Alsh74
3

Les Amandiers

Le film retranscrit avec peu de subtilité l'adolescence de Valeria Bruni Tedeschi et suit une promotion de l'école de théâtre des Amandiers.Les premières séquences du film montrent différents...

le 14 juin 2022

20 j'aime

1

Du même critique

Tralala
Nuwanda_dps
8

Tralala dans l'air

La scène d’ouverture donne le ton magique car enivrant de "Tralala" : la poussière d’un squat miteux près à être démoli qui devient poussière d’étoiles et source d’inspiration pour une prochaine...

le 13 sept. 2021

11 j'aime

1

Paterson
Nuwanda_dps
9

Paterson: une réconciliation

Paterson est l'homme, la ville, le film de la réconciliation. Réconciliation entre la pauvreté de la ligne de bus 23 et la richesse des dialogues de ses passagers. Entre la laideur du chien et la...

le 29 déc. 2016

11 j'aime

Sœurs d'armes
Nuwanda_dps
6

Une entreprise louable mais qui se prend à sa propre critique

Rares sont les films qui portent une perspective féministe sur la géopolitique. Car rares sont les occasions que nous offre la vie réelle de promouvoir cette démarche. En s'attachant au commando de...

le 30 août 2020

8 j'aime

1