En apparence, tout à l’air normal. Joanne et Jimmy forment un couple banal, sans histoire croit-on, elle maître-nageuse et lui pompier, déjà on perçoit la symbolique qui s’invite, cette idée du contraire (passé/présent, eau/feu, enfant/adulte, masculin/féminin…) qui aiguise le film, en tout cas une des idées du film, il y en aura d’autres, et ils ont une petite fille de dix ans, Vicky, un peu solitaire, la tignasse superbe, le regard à l’affût, et ce don qu’elle a de sentir et de reproduire toutes les odeurs qu’elle collectionne en les "enfermant" dans des bocaux. Et puis Julia, la sœur de Jimmy, fait et refait irruption dans leur vie après des années d’absence dont on comprendra, au fil des événements et grâce à la faculté de Vicky de pouvoir être projetée dans les souvenirs de Julia, les vraies raisons qui l’ont poussées à partir. À devoir fuir, à s’exiler presque.

Léa Mysius, parfois habilement, parfois maladroitement, sait confronter l’étrange à un réalisme social brut et sans affect. Et surtout à une histoire de désirs, cœur du récit palpitant, et, de ces désirs enfouis, une quête des origines. Du chaos qui frémit au retour de Julia, de divers effluves qui transportent, on s’interroge, on se (re)découvre, on se reconquiert. Ce ne sont pas tant les révélations sur la part de mystère entourant Julia qui intéressent Mysius (et dont on comprendra très vite la nature), mais davantage les conséquences (et, antérieurement, les causes) qui viendront troubler les existences de chacune et chacun, redéfinissant soudain les liens amoureux et familiaux.

Et si étrange il y a, il flirte avec une sorte de mysticisme ancien, de quelque chose qui sourd, comme sauvage et tellurique (l’action se déroule au pied, à l’ombre d’une imposante montagne). Mais peut-être manque-t-il un grain de folie, plus de singularité à l’affaire (d’ailleurs Mysius paraît l’avoir senti, expliquant qu’avec sa monteuse, "nous étions constamment écartelées entre une envie de film familial un peu bordélique […] et un film de genre plus sérieux, plus sombre, angoissant, primitif et mystérieux"). Et peut-être le film est-il trop sage, bizarroïde certes, mais jamais capable de lâcher prise entièrement, de surprendre, de toucher aussi dans cette chronique d’une passion empêchée ouvrant à d’autres destinées, et en ravivant d’autres encore quand elle éclot à nouveau.

Article sur SEUIL CRITIQUE(S)

mymp
6
Écrit par

Créée

le 31 août 2022

Critique lue 1.1K fois

15 j'aime

1 commentaire

mymp

Écrit par

Critique lue 1.1K fois

15
1

D'autres avis sur Les Cinq Diables

Les Cinq Diables
Mr_Wilkes
8

Fire swim with me

Ouverture du NIFFF (Neuchâtel International Fantastic Film Festival) version 2022, Les Cinq Diables de Léa Mysius devient le second long-métrage de sa jeune réalisatrice, après un Ava qui avait déjà...

le 2 juil. 2022

39 j'aime

Les Cinq Diables
Virgule1
3

Cinéma de genre(s)

On a vu, sûrement dans des approches post-post-modernistes qui voudraient un renouvellement de l'imaginaire du cinéma français, l'accroissement de propositions de cinéma de genre français, et ce,...

le 4 sept. 2022

17 j'aime

3

Les Cinq Diables
mymp
6

Smells like girl spirit

En apparence, tout à l’air normal. Joanne et Jimmy forment un couple banal, sans histoire croit-on, elle maître-nageuse et lui pompier, déjà on perçoit la symbolique qui s’invite, cette idée du...

Par

le 31 août 2022

15 j'aime

1

Du même critique

Gravity
mymp
4

En quête d'(h)auteur

Un jour c’est promis, j’arrêterai de me faire avoir par ces films ultra attendus qui vous promettent du rêve pour finalement vous ramener plus bas que terre. Il ne s’agit pas ici de nier ou de...

Par

le 19 oct. 2013

180 j'aime

43

Killers of the Flower Moon
mymp
4

Osage, ô désespoir

Un livre d’abord. Un best-seller même. Celui de David Grann (La note américaine) qui, au fil de plus de 400 pages, revient sur les assassinats de masse perpétrés contre les Indiens Osages au début...

Par

le 23 oct. 2023

177 j'aime

15

Seul sur Mars
mymp
5

Mars arnacks!

En fait, tu croyais Matt Damon perdu sur une planète inconnue au milieu d’un trou noir (Interstellar) avec Sandra Bullock qui hyperventile et lui chante des berceuses, la conne. Mais non, t’as tout...

Par

le 11 oct. 2015

161 j'aime

25