Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Franco continue avec brio ses portrait d'une humanité déviante avec son style à lui mais plus de dou

Première scène déroulant un plan fixe sur un moment de la vie de tous les jours ajouté à une légère tendance à la provocation. On est dans un film de Michel Franco, cinéaste mexicain devenu un habitué du Festival de Cannes et découvert en 2010 avec le tétanisant « Daniel & Ana », où un frère et une sœur sont enlevés et obligés de coucher ensemble. Pas de doute, et on l’a vu avec les films qui ont suivi, le réalisateur aime les sujets chocs et ne fait pas dans la dentelle en évitant toutefois soigneusement de se complaire dans un excès de voyeurisme, mais préférant le réalisme le plus extrême. Ici, il montre que même dans des lieux aussi paradisiaques que Puerto Vallarta se trament les drames humains les plus tordus avec des êtres complètement amoraux. Et pourtant, « Les filles d’Avril » semble être son film le plus doux et psychologiquement le moins difficile, c’est tout dire.


Michel Franco, dans le choix de ses sujets comme dans sa mise en scène, se rapproche beaucoup d’un autre habitué de la Croisette, en l’occurrence l’autrichien Michael Haneke. Même penchant pour une réalisation proche de l’ascétisme (faite de longs plans fixes ou de légers travellings qui s’éternisent) et absence totale de musique qui assimilent leurs œuvres à des observatoires de la banalité de l’horreur humaine. Cela rend leurs films étouffants et produit en général un certain malaise. Ici, on est toujours captivés par ce qui va se passer, par un dénouement que l’on sent inéluctable et atroce. Mais, ce nouveau film est un peu moins réussi que son œuvre la plus magistrale et définitive, « Despues de Lucia » qui voyait une adolescente se faire harceler par ses camarades et l’engrenage dans lequel son père allait se fourvoyer pour la venger. « Les filles d’Avril » développe quelques longueurs et la fin est trop abrupte, ce qui va beaucoup moins au sujet que sur le film cité précédemment. En effet, on reste sur notre faim quant au sort d’Avril, interprétée avec force par Emma Suarez. Enfin, les problèmes de poids de l’autre fille sont trop vite mis de côté au profit de l’intrigue principale et s’avèrent soit frustrants dans leur absence de traitement, soit de trop.


Le personnage d’Avril reste assez énigmatique ; il manque en effet de clés de compréhension psychologique. On sent petit à petit que quelque chose cloche chez cette mère mais on ne nous expliquera jamais le pourquoi du comment. C’est un choix qui en vaut un autre et accroît encore le sentiment de danger (et une certaine tension) ressenti par le spectateur pour son entourage. Un personnage de mère castratrice, border line et imprévisible qui fait peur par le côté imprévisible de ses réactions, voire de ses exactions. A nous de nous faire notre propre interprétation. On a droit encore à quelques scènes pas très catholiques voire quelque peu choquantes qui deviennent en quelque sorte une marque de fabrique pour le mexicain et son style inimitable d’Haneke du sud. Elles servent cependant le récit. Qu’on aime ou pas, le cinéaste développe une œuvre intéressante et étouffante sur les dérives de l’âme humaine et ses aspects les plus torturés et pervers. Et pourtant, « Les filles d’Avril » reste certainement son film le plus accessible et dans le compromis, notamment avec une fin relativement clémente. Maîtrisé et puissant, il reste un film à découvrir.

JorikVesperhaven
7

Créée

le 3 août 2017

Critique lue 324 fois

1 j'aime

Rémy Fiers

Écrit par

Critique lue 324 fois

1

D'autres avis sur Les Filles d'Avril

Les Filles d'Avril
seb2046
6

Face à la mère...

LES FILLES D'AVRIL (13,3) (Michel Franco, MEX, 2017, 103min) : Cet austère drame psychologique manipulateur narre l'histoire de Valeria, jeune femme enceinte de17 ans vivant avec son amant et sa sœur...

le 3 août 2017

8 j'aime

Les Filles d'Avril
ffred
8

Critique de Les Filles d'Avril par ffred

En 2012, Despuès de Lucia avait été, pour moi, l’un des pires films de l’année. Je n’avais donc pas vu le suivant de Michel Franco. En fait, je suis allé voir Les filles d’Avril après en avoir eu de...

le 8 août 2017

5 j'aime

Les Filles d'Avril
williamblake
2

C'est un poisson d'avril ?

Alors là je reste perplexe, ça rentre dans la catégorie des films qui me laissent pantoise, les bras m'en tombent.... Je dois être très très conne et manquer de finesse et de psychologie je sais pas,...

le 9 août 2017

3 j'aime

Du même critique

Les Animaux fantastiques - Les Crimes de Grindelwald
JorikVesperhaven
5

Formellement irréprochable, une suite confuse qui nous perd à force de sous-intrigues inachevées.

Le premier épisode était une franchement bonne surprise qui étendait l’univers du sorcier à lunettes avec intelligence et de manière plutôt jubilatoire. Une espèce de grand huit plein de nouveautés,...

le 15 nov. 2018

93 j'aime

10

TÁR
JorikVesperhaven
4

Tartare d'auteur.

Si ce n’est une Cate Blanchett au-delà de toute critique et encore une fois impressionnante et monstrueuse de talent - en somme parfaite - c’est peu dire que ce film très attendu et prétendant à de...

le 27 oct. 2022

89 j'aime

11

First Man - Le Premier Homme sur la Lune
JorikVesperhaven
4

Chazelle se loupe avec cette évocation froide et ennuyeuse d'où ne surnage aucune émotion.

On se sent toujours un peu bête lorsqu’on fait partie des seuls à ne pas avoir aimé un film jugé à la quasi unanimité excellent voire proche du chef-d’œuvre, et cela par les critiques comme par une...

le 18 oct. 2018

81 j'aime

11