👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Les 4 Filles du Docteur March (Little Women en langue originale) est un classique de la littérature américaine. Peu lu de ce côté de l’Atlantique, il pourrait, en allant vite, se résumer en un portrait de quatre filles de la classe moyenne américaine de la fin du XIXe siècle, avec leurs lots de difficultés, de jalousie, rivalité et finalement liées de manière indéfectible. Il serait dommage d’aller si vite. Car derrière les personnalités bien affirmée de la douce Meg, l’impulsive Jo, la dévouée Beth et l’orgueilleuse Amy, se cachent des jeunes filles unies par le point commun de vouloir s’émanciper dans un art à l’adolescence, et de se retrouver mis à mal dans ses ambitions par une société où l’argent est indispensable et la place est faite aux hommes.

Adapter Les 4 Filles du Docteur March en 2020 prend donc une connotation toute particulière de la part de Greta Gerwig, deux ans après l’émergence du mouvement #MeToo.

Le défi demeure de taille : il lui fallait d’une part ne pas faire un film symbole, modernisé à outrance dans son traitement, mais d’autre part réussir à apporter quelque chose à une oeuvre intemporelle et bien identifiée. Pari réussi. Greta Gerwig signe avec les Filles du Docteur March un film qui a le sens du rythme, accrocheur et original. Le parti pris de détricoter l’intrigue originale par un habile montage et l’utilisation de flash-back et de flash-forward fonctionne à plein. Il permet aussi de mettre en avant le personnage de Jo (largement autobiographique chez Louisa May Alcott), porté par Saoirse Ronan, absolument exceptionnelle. Ses trois sœurs à l’écran, en particulier Florence Pugh, n’en déméritent pas moins. Contrairement aux dernières adaptations, les quatre actrices incarnent les personnages à tous les âges. Cela pourrait porter à confusion dans la chronologie, mais renforce au contraire cette impression de souvenirs décrit par l’un des protagonistes.

Féministe à souhait, le film de Gerwig ne tombe pas dans le pathos et surtout dans le manichéisme peu subtil du rapport de force femmes victimes et hommes coupables. Au contraire : les hommes qui entourent les sœurs March (père, époux, prétendant ou mentor…) sont tous des complices des jeunes femmes, qui vont tenter de les soutenir et de les porter dans leurs ambitions.

Romanesque, intelligent autant que divertissant, Les Filles du Docteur March de Greta Gerwig est une adaptation sensible et une fresque de haut vol.

Adao
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Sur l'écran noir de mes nuits blanches... 2019 et Sur l'écran noir de mes nuits blanches... 2020

il y a 2 ans

28 j'aime

1 commentaire

Les Filles du docteur March
Adao
7

Aussi intelligent que divertissant

Les 4 Filles du Docteur March (Little Women en langue originale) est un classique de la littérature américaine. Peu lu de ce côté de l’Atlantique, il pourrait, en allant vite, se résumer en un...

Lire la critique

il y a 2 ans

28 j'aime

1

Les Filles du docteur March
lhommegrenouille
5

Quatre filles prises dans un drôle de bordel...

Malgré la célébrité du livre original et sa flopée d’adaptations au cinéma, je n’ai jamais eu l’occasion / l’envie d’aller me confronter à ces « Quatre filles du Docteur March ». Et il fallait bien...

Lire la critique

il y a 2 ans

19 j'aime

12

Les Filles du docteur March
MogoSheridan
5

Parfois ça March, parfois ça March moins.

Qu'on se le dise tout de suite, ce film est sublime. Greta Gerwig, après un "Lady Bird" tellement oubliable vient ici dévoiler d'indéniables qualités en matière de mise en scène. Son film est incarné...

Lire la critique

il y a 2 ans

17 j'aime

1

Inexorable
Adao
9
Inexorable

De l'amour à la mort, ou les fantômes du passé

Inexorable est le 7e long-métrage du réalisateur belge Fabrice du Welz, connu pour ses films de genre Calvaire (2004), son thriller Vinyan (2008) ou son film hollywoodien Message from the King...

Lire la critique

il y a 4 mois

23 j'aime

Un pays qui se tient sage
Adao
8

History of a violence

Journaliste, David Dufresne a travaillé à Libération dans la presse écrite ou encore dans la chaîne d’information en continu I-Télé. Il a collaboré avec le site internet Mediapart. Auteur de...

Lire la critique

il y a 2 ans

20 j'aime

1

La Dernière vie de Simon
Adao
6

Si E.T était breton

La Dernière Vie de Simon montre dès sa scène d’introduction tout son potentiel et ses influences : elles ne sont pas dans la Bretagne lumineuse qui sert de décor à l’intrigue de Léo Karmann et...

Lire la critique

il y a 2 ans

18 j'aime