⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

Il a beau avoir fait de bonnes comédies musicales ("New-York, New York"), des comédies surréalistes ("After Hours"), des satires ("The King of Comedy") et des biopics ("The Aviator"), Martin Scorsese n'est jamais aussi bon que lorsqu'il s'attaque à la rue et aux gangsters qui s'y trouvent. "Mean Streets", "Goodfellas" et "Casino" (ou même dans une moindre mesure "Taxi Driver") en sont les preuves. Ce n'est donc pas une surprise si son meilleur film des années 2000 sonne comme un retour aux sources, bien qu'il y ait quelques différences.


"The Departed", remake du thriller hong-kongais "Infernal Affairs" (2002), est le premier film de gangster de Scorsese qui ne contient pas de criminels italo-américains. En réalité, le récit se déroule à Boston où les Irlandais font la loi. Un de ces parrains est Frank Costello (Jack Nicholson), l'homme que la police d'Etat veut le plus. Après des années d'enquête, elle est sur le point de l’appréhender grâce au travail précieux de l'agent infiltré Billy Costigan (Leonardo di Caprio). Grâce aux 'exploits' de sa famille (tous Irlandais, tous mauvais), infiltrer le gang de Costello n'a pas été particulièrement difficile et il n'a plus qu'à transférer les informations à ses supérieurs Queenan (Martin Sheen) et Dignam (Mark Wahlberg) qui sont les deux seuls à connaître sa véritable identité et qui vont transmettre ces mêmes informations à l'unité d'enquêtes spéciales dirigée par Ellerby (Alec Baldwin). Ce qu'ils ne savent pas, c'est que Colin Sullivan (Matt Damon), l'élément le plus prometteur de cette unité, travaille en réalité pour Costello depuis qu'il a 12 ans. Bientôt, les deux camps prennent conscience de la présence d'une taupe et une véritable chasse à l'homme est lancée et va rendre le déjà fragile Billy encore plus nerveux et Costello encore plus fou.


En déménageant de Hong-Kong pour s'installer à Boston, Scorsese et le scénariste William Monahan ont déjà pris leurs distances avec l'oeuvre originale. Une autre différence majeure avec la version hong-kongaise est la durée du film, l'original étant de 97 minutes alors que celui-ci en fait 150. Ce rajout est notamment dû à de nouveaux personnages comme Dignam ou Mr French, l'homme de main de Costello joué par Ray Winstone, mais aussi par de nouveaux arcs narratifs comme celui concernant Madolyn (Vera Farmiga), une psychiatre qui se lie avec les deux personnages principaux. Toutefois, à mon sens, la différence la plus importante concerne le portrait du monde mafieux: alors que "Infernal Affairs" avait du style sans être dans l'excès, la version de Scorsese comporte d'une part un langage très fleuri, et d'autre part des seaux entiers de sang versé, notamment dans la dernière partie. J'ai par ailleurs trouvé, comme beaucoup je suppose, la musique très à-propos. Scorsese et son équipe ont réalisé un grand travail à ce niveau, sans contestation possible.


Outre cette violence, le réalisateur maîtrise son casting à la perfection: Baldwin, Sheen et Wahlberg (récompensé il me semble) font bon usage de leur temps à l'écran. Damon délivre une belle performance et Nicholson en impose grave. Dommage toutefois que De Niro, qui était le premier choix pour le rôle, n'ait pas joué Costello, ça aurait fait un beau passage de témoin entre Bob et Leo, les deux chouchous de Matty. Di Caprio, justement, mérite une mention spéciale puisqu'il parvient enfin à casser son image de Jack dans "Titanic" grâce à ce qui est peut-être sa meilleure performance. Dommage, comme d'habitude, qu'il n'ait pas eu l'Oscar qu'il attend toujours presque 10 ans plus tard.

Red_in_the_Grey
8
Écrit par

Créée

le 22 mars 2015

Critique lue 2.9K fois

35 j'aime

3 commentaires

Red in the Grey

Écrit par

Critique lue 2.9K fois

35
3

D'autres avis sur Les Infiltrés

Les Infiltrés
Ochazuke
2

Critique de Les Infiltrés par Ochazuke

Je venais de voir Infernal Affairs dont ce film est le remake et ... j'ai enfin compris pourquoi Scorsese me désespère profondément. De sa reprise d'un thriller à la base intéressant et bien ficelé,...

le 26 oct. 2011

82 j'aime

47

Les Infiltrés
krawal
3

Ou comment faire moins bien, moins efficace, et bien plus long que l'original.

D'abord on prend des stars, plein de stars. Des stars pour tout. Histoire de se persuader qu'on ne fait pas un remake d'un film magistral sorti quelques années plus tôt pour rien. L'effet pervers,...

le 4 oct. 2009

74 j'aime

15

Les Infiltrés
Sergent_Pepper
7

Hysteria of violence

La cinéphilie, c’est comme toute passion : ça peut régulièrement devenir encombrant. Les Infiltrés fait partie de ces films qui en pâtissent. Qu’on regarde le film pour ce qu’il est au moment de sa...

le 26 mars 2016

73 j'aime

4

Du même critique

Crazy, Stupid, Love
Red_in_the_Grey
5

ATTENTION CLICHÉS

Crazy Stupid Love est une comédie romantique pas forcément désagréable mais bourrée de clichés. Le seul gros reproche que je puisse lui faire étant d'avoir inspiré beaucoup trop de garçons avec le...

le 24 juil. 2014

40 j'aime

7

Les Infiltrés
Red_in_the_Grey
8

I'm Shipping up to Boston.

Il a beau avoir fait de bonnes comédies musicales ("New-York, New York"), des comédies surréalistes ("After Hours"), des satires ("The King of Comedy") et des biopics ("The Aviator"), Martin Scorsese...

le 22 mars 2015

35 j'aime

3

Supersonic
Red_in_the_Grey
9

Fucking Biblical.

Supersonic est un documentaire qui se concentre sur les jeunes années du plus grand groupe de rock des années 90, j’ai nommé Oasis. Dès le début du film, il nous est rappelé que les Mancuniens sont...

le 1 nov. 2016

28 j'aime

4