⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

Comme Tous les autres s'appellent Ali sorti deux ans plus tard, Les Larmes amères de Petra von Kant est un film à l'emprise unique sur son spectateur, où Fassbinder ne cesse par sa mise en scène, d'enfermer cette femme désespérément amoureuse d'une mannequin de milieu modeste. L'occasion pour Margit Carstensen de proposer tout son talent, à l'occasion des dernières quarante minutes d'une puissance dramatique admirable.


Par ses actions, Petra von Kant parait vouloir posséder d'abord Karin, plutôt que de l'aimer et de la garder sous son aile, c'est un motif que l'on retrouve chez Fassbinder, la bourgeoisie consommatrice de l'autre comme elle méprise les classes sociales, races et orientations sexuelles (homophobie pour la figure maternelle ici). Margit Carstensen interprète un personnage très ambivalent, pas nécessairement attachant pour la majeure partie du film, résolument complexe.


Admirable idée de proposer en sous-contexte, la violence faite sur la secrétaire, similaire à celle qui lui sera donnée en retour par la femme qu'elle aime. Utilisant les cadres de l'habitacle comme ceux pour faire prisonniers quatre à cinq personnages (ce plan fixe mémorable, où Petra von Kant attend l'appel de Karin, alors que sa famille est présente), Rainer Weiner Fassbinder évoque la violence faite à soi, et celle que l'on inflige aux autres. La secrétaire comme ombre d'une pièce soumise aux ordres de sa maîtresse, la bourgeoise aimera à sens unique, la mère méprisera. Paradoxalement, c'est la secrétaire qui en ressort libre, non sans affecter sa maîtresse. Chacun soumet, et reçoit violence.


C'est un portrait d'une société triste, encline à toujours plus respecter les conventions, alors qu'elle meurt de jour en jour, Tous les autres s'appellent Ali ira également dans ce sens à la représenter de la sorte.

Créée

le 18 nov. 2021

Critique lue 126 fois

6 j'aime

William Carlier

Écrit par

Critique lue 126 fois

6

D'autres avis sur Les Larmes amères de Petra von Kant

Les Larmes amères de Petra von Kant
Olympia
8

Critique de Les Larmes amères de Petra von Kant par Olympia

Le drame de la passion amoureuse en cinq actes. Ce qui est fascinant dans le film de Fassbinder c'est la virtuosité avec laquelle il construit, plan par plan, un monde entièrement défini et qui...

le 12 juin 2012

12 j'aime

Les Larmes amères de Petra von Kant
Northevil
8

Critique de Les Larmes amères de Petra von Kant par Northevil

Pour le moins très singulier par son approche, ce film offre de très belles idées et une construction en plans-séquences excellente. Le film n'est que discussions entre Petra von Kant et les...

le 16 juin 2012

8 j'aime

3

Du même critique

Frère et sœur
William-Carlier
1

Et... ta mère aussi !

Il n’est jamais agréable de constater le piètre jeu d’un acteur que l’on apprécie, surtout lorsqu’il est dirigé par un auteur. Le film d’Arnaud Desplechin est une souffrance constante, paralysée par...

le 23 mai 2022

31 j'aime

2

Black Panther: Wakanda Forever
William-Carlier
2

Pour les enfants

Il n'était pas possible d'attendre quoi que ce soit de ce deuxième volet du déjà très oubliable Black Panther, pour la simple raison qu'il n'y avait encore rien à ajouter à la matière très fine de...

le 20 nov. 2022

20 j'aime

1

Sans filtre
William-Carlier
7

Shitty Ship

Ruben Östlund ne met pas d’accord son public, qu’il avait un peu offusqué lorsque The Square avait remporté la Palme d’Or. On disait son style irritant, son propos social prétentieux en plus de...

le 29 sept. 2022

19 j'aime