Réalisée en 2010 par Marius Holst, Les révoltés de l'île du Diable est une coproduction entre la Norvège, la Pologne, la Suède et la France, revenant sur une révolte survenue en 1915 au sein d'une maison de redressement de Bastoy, dans le fjord d'Oslo. L'établissement sera transformé en prison en 1970.


Prenant quelques libertés avec les faits historiques dans le but de renforcer l'impact d'un tel événement, Les révoltés de l'île du Diable déroule un récit extrêmement classique et convenu, composé de personnages tous plus schématiques les uns que les autres. Ce qui n'empêche cependant pas l'émotion de pointer le bout de son nez à plusieurs reprises, le sujet étant suffisamment fort pour palier à ces défauts.


Constitué pour majorité de comédiens non-professionnels absolument bluffants (seuls les adultes, menés par Stellan Skarsgard, sont joués par des acteurs confirmés), le film de Marius Holst parvient à nous tenir en haleine du début à la fin malgré la prévisibilité de son scénario. On pourra également regretter un certain déséquilibre entre les deux parties bien distinctes du film, le récit carcéral prenant beaucoup de place par rapport à la révolte du titre et au survival pur et dur.


Mis en scène avec un mélange d'âpreté et de classicisme rigoureux, Les révoltés de l'île du Diable offre des images splendides, certains plans touchant même au sublime lors de courts instants de grâce. La nature y est montrée dans toute sa rudesse et son impartialité, comme dans sa flamboyante majesté, en adéquation totale avec le caractère et le quotidien de ces jeunes protagonistes.


Charge contre les institutions de l'époque, Les révoltés de l'île du Diable ne surprend que très rarement d'un point de vue narratif, mais compense largement ses faiblesses par la force de son sujet, par une interprétation impeccable et par la beauté de ses images.

Gand-Alf
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Ca ferait un beau parking !, sales gosses !, Instant cinéma 2015. et 2010.

Créée

le 21 oct. 2015

Critique lue 713 fois

27 j'aime

Gand-Alf

Écrit par

Critique lue 713 fois

27

D'autres avis sur Les Révoltés de l'île du Diable

Les Révoltés de l'île du Diable
Before-Sunrise
7

The Magdalene brothers

Pendant masculin du film de Peter Mulan sur ces jeunes filles pensionnaires d’une maison de redressement austère voire cruelle, Les Révoltés de l’île du Diable séduit d’abord par son contexte...

le 15 janv. 2013

22 j'aime

1

Les Révoltés de l'île du Diable
K1000
10

Critique de Les Révoltés de l'île du Diable par K1000

Des houles glacées, un bateau, et au loin une île forestière inquiétante...Cet incipit aux tonalités scorsesiennes plonge le spectateur immédiatement dans l'épaisseur d'un réel brumeux et enneigé...

le 2 déc. 2011

15 j'aime

1

Les Révoltés de l'île du Diable
MarlBourreau
7

Band of Brothers.

Située dans le fjord d'Oslo, l'île de Bastoy abrite aujourd'hui une prison, en passe de devenir le premier établissement carcéral écologique du monde, mais au début du XXe siècle c'était une maison...

le 12 août 2014

7 j'aime

Du même critique

Gravity
Gand-Alf
9

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

le 27 oct. 2013

268 j'aime

36

Interstellar
Gand-Alf
9

Demande à la poussière.

Les comparaisons systématiques avec "2001" dès qu'un film se déroule dans l'espace ayant tendance à me pomper l'ozone, je ne citerais à aucun moment l'oeuvre intouchable de Stanley Kubrick, la...

le 16 nov. 2014

250 j'aime

14

Mad Max - Fury Road
Gand-Alf
10

De bruit et de fureur.

Il y a maintenant trente six ans, George Miller apportait un sacré vent de fraîcheur au sein de la série B avec une production aussi modeste que fracassante. Peu après, adoubé par Hollywood, le...

le 17 mai 2015

209 j'aime

20