👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.



Il y a être con, et être con. Et puis il y a les Schtroumpfs.
J'avoue avoir du mal à trouver mes mots. Mes métaphores habituelles sur la sodomie et les bukkake me semblent bien fades face à ce que nous fait subir ce film pendant 1h30. Imaginez qu'on vous viole à coups de gode-ceinture-rasoir pendant plusieurs heures en vous chantant la danse des canards, ça vous donnera un aperçu.
Je comprends bien que le film ne s'adresse pas à moi, mais là il y a quand même des limites. Si j'ai pu mettre 7 à Kung Fu Panda 2 et 6 aux Voyages de Gulliver, et sachant que dessiner des bites là où je peux est un de mes passe-temps favori, je pense pouvoir dire sans trop m'avancer que je suis ouvert aux plaisirs enfantins, voire régressifs, mais là faudrait quand même voir à pas me prendre pour un consanguin qui sniffe de la colle quand y a plus de Mr. Propre à siroter.

Parce que c'est à ce niveau que vous emmène ce fi...cette oeu...cette chose. Oui. Pour sûr, je n'en schtroumpferai pas. Les gags gras et idiots s'enchaînent sans vergogne et sans que ça n'ait l'air de déranger personne. Gargamel qui va dans des chiottes publiques et ressort en parlant de magie noire maléfique ? HAHAHAH ENORME ! DU CACA QUI PUE ! C'EST AUDACIEUX !
Si ça, ça vous donne pas envie de ne PAS le voir, je ne sais pas ce qui pourra vous convaincre. Le viol méticuleux d'une licence pourtant pas si dure que ça à adapter en film pour enfants, le fait de retrouver un Neil Patrick Harris ridiculisé et souillé dans mon coeur de fanboy à tout jamais ou bien l'effrayant premier degré avec lequel toutes les blagues de merde du film sont assénées, comme des coups de pieds dans les côtes du bon goût, qu'on tabasse parce qu'il n'est plus assez hype et qu'on va pas s'emmerder avec alors que ça rapporte pas plus de fric ?

Bon j'avoue, au bout d'un moment, j'ai quand même bien ri. Quoi ? Ah non, il n'y a rien qui fasse rire, enfin pas volontairement, mais j'ai fini par craquer. C'étaient des rires nerveux, avec une pointe de désespoir et beaucoup d'incrédulité. Là je pourrais continuer les métaphores crades mais je finirai par être aussi lourd que le film que je critique, donc je vais m'arrêter là. Dites-vous juste que j'ai réussi à trouver une scène sympa dans Green Lantern, que j'aime bien Fast & Furious 1 et 5 et que je serai même prêt à rematter Batman & Robin, et que malgré tout ça j'ai trouvé ce film en-dessous de tout. Il n'y a rien à sauver, à part vous-mêmes, en évitant ce film, qui, je l'avoue, m'a filé une peur bleue.

il y a 11 ans

36 j'aime

10 commentaires

Les Schtroumpfs
Veather
1

Lettre du grand Schtroumpf

Chers lecteurs du monde réel, Je schtroumpfe cette page avec le sang d'un schtroumpf. Je vais essayer de limiter l'emploi du langage schtroumpf dans mon texte pour qu'il demeure compréhensible à...

Lire la critique

il y a 7 ans

57 j'aime

12

Les Schtroumpfs
Klow
2

Des mois que j'ai vu Les Schtroumpfs, et mon âme saigne encore

Je ne voulais pas voir cette horreur jusqu'à ce que je me lance enfin, histoire de pouvoir dire "Je l'ai vu et c'est de la merde" au lieu d'un simple "C'est de la merde" sans vraiment savoir. Et du...

Lire la critique

il y a 10 ans

38 j'aime

9

Les Schtroumpfs
Stavroguiness
1

Bleu Fiel

Il y a être con, et être con. Et puis il y a les Schtroumpfs. J'avoue avoir du mal à trouver mes mots. Mes métaphores habituelles sur la sodomie et les bukkake me semblent bien fades face à ce...

Lire la critique

il y a 11 ans

36 j'aime

10

Batman & Robin
Stavroguiness
3

Adam et.....crève !

Un film très long et très pénible à regarder. Une sorte d'épreuve de volonté, un peu comme l'éternel retour de Nietzsche mais en plus kitsch et avec Arnold Schwarzenegger. Non vraiment, c'est un film...

Lire la critique

il y a 11 ans

37 j'aime

1

Les Schtroumpfs
Stavroguiness
1

Bleu Fiel

Il y a être con, et être con. Et puis il y a les Schtroumpfs. J'avoue avoir du mal à trouver mes mots. Mes métaphores habituelles sur la sodomie et les bukkake me semblent bien fades face à ce...

Lire la critique

il y a 11 ans

36 j'aime

10

Breaking Bad
Stavroguiness
10
Breaking Bad

Critique de Breaking Bad par Stavroguiness

Reprenant la trame principale de Weeds, Breaking Bad s'annonçait comme une série surfant sur la vague, sans plus. Oui mais voilà : elle magnifie ladite trame et ne se perd pas en voulant rameuter le...

Lire la critique

il y a 12 ans

35 j'aime

2