Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Il est amusant de constater à quel point le personnage de Superman a du mal à passer avec le public français, au contraire de celui de Batman. Peut-être que l'univers sombre et plus réaliste du Caped Crusader passe mieux, contrairement à celui du fils de Krypton, demandant aux spectateurs une crédulité totale pour accepter pleinement l'omnipotence d'un tel superhéros. Ce qui pourrait expliquer, en partie, l'accueil tiède réservé au nouveau film de Zack Snyder, qui pourtant, malgré ses défauts évidents, enterre tranquillement la concurrence, en premier lieu un "Avengers" étrangement bien accueilli.

Pour apprécier comme il se doit ce reboot, il est toutefois nécessaire d'avoir bien conscience de deux choses avant de rentrer dans la salle. Premièrement, vous vous apprêtez à passer près de deux heures et demie devant une grosse machine typiquement américaine ("Y a pas plus ricain que moi" dira d'ailleurs Kal-El), saupoudrée de références éléphantesques à la vie de Jésus Christ notre sauveur comme chacun sait. Pas de prosélytisme là dedans, encore heureux, mais une invitation (sommation ?) à CROIRE !!!! Deuxièmement, oui vous allez vous retaper une fois de plus toute l'origine du héros à la cape rouge (mais sans son slip ici), heureusement sous forme de flashbacks efficaces (bien qu'un peu redondants), après une introduction grandiose nous présentant la planète Krypton sous la forme d'un pur space-opera à faire rougir Riddick et ses chroniques. Pigé ? A vous maintenant d'apprécier (ou pas), le cocktail que l'on viens de vous servir.

Le moins que l'on puisse dire devant le produit fini, c'est que le trio Goyer / Nolan / Snyder fait ici tout l'inverse d'un Bryan Singer prisonnier de son amour pour le film matriciel de Richard Donner, jetant tout à la poubelle pour tout reprendre depuis le début. Un parti-pris payant bien qu'un peu ingrat, condamnant ce premier opus à n'être que la partie émergée de l'iceberg, comme l'était "Batman begins". Car disons le d'emblée, le spectacle n'est pas aussi monumental qu'espéré, la faute à de sérieuses longueurs et à une intrigue pas franchement palpitante, bien trop occupée à poser les bases d'un univers que l'on espère plus tard enfin libre de brûler l'asphalte et de passer ce satané mur du son.

Malgré ces réserves, le petit garçon ayant accroché une serviette de bain à son t-shirt qui est en moi a prit un plaisir évident, Zack Snyder dirigeant cette gigantesque entreprise avec un brio certain, délaissant son style outrancier pour une mise en scène plus proche de ses personnages, à la fois ample et contemplative, à mi-chemin entre Terrence Malick et "Battlestar Galactica", prenant surtout le temps de mettre en lumière les doutes de son héros christique avant de tout faire péter dans un final apocalyptique dont on sort complètement rincés.

Car s'il souffre d'un rythme un peu chaotique, alternant entre morceaux de bravoure, flashbacks et introspection, le film de Snyder n'en reste pas moins foutrement spectaculaire, parvenant à rendre cinématographique les scènes de vol (ce qui n'était pas gagné d'avance) grâce à la magie d'effets spéciaux impeccables. On espère cependant que les suites éventuelles sauront mieux les insérer au récit et les rendre un peu plus dramatiques.

On appréciera également le soin apporté aux principaux protagonistes de l'histoire, notamment la relation entre Clark Kent et ses parents adoptifs, apportant une certaine émotion à l'ensemble. Bonne idée également d'avoir rendue toute sa force et sa détermination au personnage de Loïs Lane, autrefois si crispante mais ici au coeur de l'action, en plus de connaître rapidement l'identité de Superman, ce qui nous épargne le stupide coup des lunettes... pour un temps du moins (voir la dernière séquence, casse-gueule). Les Kryptoniens, quant à eux, retrouvent enfin une vraie puissance, que ce soit Jor-El ou le général Zod, loin des délires en pyjama vus précédemment.

Ayant eu la malchance de voir le film en version française, je ne pourrais juger véritablement du jeu des comédiens mais ils ont tous une véritable présence à l'écran, que ce soit Henry Cavill, incarnation parfaite de Kal-El ou le génial Michael Shannon (un peu grimaçant toutefois), ou encore la choupinette Amy Adams ou le revenant Costner.

"Man of steel" n'est donc pas le chef-d'oeuvre ultime qu'il aurait pu être, trop inconstant et baignant dans une imagerie christique un peu trop prononcée mais demeure une belle promesse pour l'avenir et offre près de 2h30 d'un spectacle grisant apte à faire rêver tous les petits garçons du monde entier.

Créée

le 23 juin 2013

Critique lue 4K fois

104 j'aime

32 commentaires

Gand-Alf

Écrit par

Critique lue 4K fois

104
32

D'autres avis sur Man of Steel

Man of Steel
Socinien
3

Faire du neuf avec des vieux.

Un jour, j’arrêterai de tomber dans le panneau et de payer pour voir sans cesse le même film, avec plus ou moins de lens flares. Surtout quand la climatisation de la salle, une de mes grandes...

le 19 juin 2013

202 j'aime

161

Man of Steel
Gothic
7

Calice Kal-El Edit

Dire que j'attendais ce "Man of Steel" relève du doux euphémisme. Scotché par ce que Nolan a globalement réussi à accomplir avec le Caped Crusader (enfin, surtout "The Dark Knight" en fait), j'étais...

le 24 juin 2013

161 j'aime

84

Man of Steel
Noremac
9

Critique de Man of Steel par Noremac

Au diable les critiques,moi j'ai pris un pied monstrueux Autant se débarrasser tout de suite des évidences: oui Man of steel est démentiellement spectaculaire,viscéralement jouissif et que, pour...

le 18 juin 2013

120 j'aime

25

Du même critique

Gravity
Gand-Alf
9

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

le 27 oct. 2013

268 j'aime

36

Interstellar
Gand-Alf
9

Demande à la poussière.

Les comparaisons systématiques avec "2001" dès qu'un film se déroule dans l'espace ayant tendance à me pomper l'ozone, je ne citerais à aucun moment l'oeuvre intouchable de Stanley Kubrick, la...

le 16 nov. 2014

250 j'aime

14

Mad Max - Fury Road
Gand-Alf
10

De bruit et de fureur.

Il y a maintenant trente six ans, George Miller apportait un sacré vent de fraîcheur au sein de la série B avec une production aussi modeste que fracassante. Peu après, adoubé par Hollywood, le...

le 17 mai 2015

209 j'aime

20