Une narration décevante, une image passionnante

Quand elle était adolescente, Joana Hadjithomas, la co-réalisatrice, a immortalisé son quotidien en pleine guerre du Liban, par cassettes audio et cahiers entiers, pleins de textes, photos, collages. Des dizaines et des dizaines de journaux, pas tout à fait intimes puisqu’ils étaient destinés à sa meilleure amie de l’époque, qui avait quitté le pays. Près de trente ans après, elle a repris contact avec elle. Elle a ainsi pu redécouvrir ce trésor. Avec son compagnon et co-réalisateur, Khalil Joreige, elle a décidé de repartir de cette matière incroyable pour raconter une histoire. Il ne s'agit ni d’une autobiographie, ni d'une autofiction, mais d’une histoire ‘librement inspirée de’.
Le point de départ de Memory Box est donc celui-là : émigrée au Canada, Maya, une femme dans la quarantaine, reçoit du Liban l'ensemble des cahiers et cassettes qu'elle avait envoyés à sa meilleure amie, perdue de vue et récemment décédée. Elle refuse de se replonger dedans, ce que va secrètement faire sa fille Alex. L'adolescente va découvrir comment sa mère a vécu cette tranche de vie, l’amitié, l’amour, les drames de la guerre, et quelques secrets.
Ce qu'on retient surtout de Memory Box, c'est sa plastique incroyablement inventive. Rien d’étonnant, les deux réalisateurs sont tous deux plasticiens. Collages, surimpressions, fragments, superpositions, photos animées, incrustations, flipbooks… les journaux prennent littéralement vie sur l’écran. Il y a aussi une vraie authenticité de l'image qui s’appuie sur les dizaines de milliers de photos que Khalil Joreige a pris du Liban pour, lui aussi, documenter sa vie. C’est donc esthétiquement un véritable tour de force, c’est créatif, esthétique et extrêmement nerveux, efficacement soutenu en cela par le montage son, entre le grésillement si particulier des cassettes audio de l’époque, les bruits du quotidien et de la guerre, et les musiques habilement choisies. La forme est donc géniale, et sa puissance correspond parfaitement à ce qu’impose la soif de vie et l'énergie d’une vie adolescente, et le moment si tragique que vit le pays.
Mais le scénario et la mise en scène sont beaucoup moins séduisants et plutôt laborieux. D’abord parce que la narration est extrêmement linéaire. De fait, les allers-retours entre passé et présent présentent peu d’intérêt. Loin d’apporter un rythme, ils fonctionnent plutôt comme des pauses sans réelle justification. Ensuite, parce que le son et l’image font souvent doublon : l’image ne reconstitue que ce que la cassette ou la lecture du journal nous raconte. Dans de nombreuses scènes, cette narration explicative de l’image alourdit l’ensemble. Enfin, le jeu et le texte des deux actrices, la Maia adulte et plus encore sa fille, ne sont pas convaincants et m’ont sortie de l’universalité du propos pour en faire quelque chose de trop artificiel. Je suis donc passée avec regret à côté de l’émotion qui cherchait manifestement à se dégager de cette superbe plongée nostalgique et historique. Dommage. Pour autant, c’est un bel objet cinématographique dont la photographie peut justifier seule son visionnage.

kvaldah
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Vus et revus en 2022

Le 11 janvier 2022

5 j'aime

2 commentaires

Memory Box
Trilaw
7
Memory Box

« Moi, j’étouffe »

Le film présente deux aspects du Liban : celui de la morbidité de la guerre face au désir d’expérimenter, de libertés d’une jeunesse reluisante. Fortement autobiographique, le métrage montre une...

Lire la critique

il y a 2 mois

4 j'aime

Memory Box
6nezfil
7
Memory Box

Lourdeur de l'héritage

Beaucoup d'émotions parcourent Memory Box, construit à partir de deux temporalités : en 2019 à Montréal et plus de trente ans plus tôt, à Beyrouth, en pleine guerre. Des regards de filles et de...

Lire la critique

il y a 7 mois

2 j'aime

Memory Box
JorikVesperhaven
4
Memory Box

Malgré une forme recherchée, on n'entre pas dans cet album de souvenirs épars en forme de patchwork.

Les intentions sont bonnes, on le sent. « Memory Box » est une œuvre originale et d’une grande sincérité. Mais comme le dit l’adage les meilleures intentions ne font pas toujours les meilleurs films...

Lire la critique

il y a 7 mois

2 j'aime

Combats et métamorphoses d'une femme
kvaldah
6

De l'autofiction au journal intime

Inconditionnelle d'Edouard Louis, mais... Depuis son premier bouquin, Edouard Louis offre des récits sinuant entre l'autofiction et la dénonciation sociologique et politique. Ici, c'est le parcours...

Lire la critique

il y a plus d’un an

7 j'aime

4

Une ode américaine
kvaldah
4

Raté...!

Une Ode américaine est l'adaptation d'un bouquin typiquement américain, l'autobiographie d'un pti gars du Kentucky qui s'en est sorti, forgé sur et malgré les affres d'une vie cahotique au sein...

Lire la critique

il y a plus d’un an

6 j'aime

Memory Box
kvaldah
6
Memory Box

Une narration décevante, une image passionnante

Quand elle était adolescente, Joana Hadjithomas, la co-réalisatrice, a immortalisé son quotidien en pleine guerre du Liban, par cassettes audio et cahiers entiers, pleins de textes, photos, collages...

Lire la critique

il y a 7 mois

5 j'aime

2