⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

Sacré Tim Burton, on commence bien à le connaître pour ses œuvres cinématographiques mignons et enchanteurs, il a toujours plus d’un tour de son sac pour nous transporter dans des mondes imaginaires et chimériques. C’est carrément le maître absolu du divertissement juvénile, on ne compte plus ses productions abordant de nombreux thèmes tellement qu’il est capable de nous émouvoir au plus haut point et avec n'importe quel contexte.


Avec sa nouvelle production Miss Peregrine et les enfants particuliers, le metteur en scène nous entraine dans un scénario inusuel, où il épuise de nombreux thèmes assez fantaisies pour construire un monde très particulier et assez étrange pour éveiller pas mal notre curiosité. On suit, avec appétence, le parcours d’un jeune garçon qui s’aventure sur une île et tombe par hasard sur un groupe d’enfants dotés de pouvoirs magiques, tous retenus dans une boucle temporelle leur obligeant à vivre la même journée, en compagnie de leur directrice de pensionnat, une certaine Miss Peregrine.


Tous ces derniers vivent ainsi, afin de ne pas tomber entre les mains des sepulcreux, des créatures infectes et bouffeurs d’yeux d’être particuliers. Le genre de scénario que Tim Burton maîtrise sans problème, venant d’un roman écrit par l’écrivain Ransom Riggs. Au premier abord, le film part sur de bonnes bases mais plus on avance dans le visionnage, plus ça devient risible et insipide.


A vrai dire, je ne vois pas trop où est la fibre artistique que Tim Burton faisait l’honneur de la dévoiler dans des fortes productions comme Charlie et la Chocolaterie, Sleepy Hollow ou Beetlejuice. J’avais l’impression qu’il avait un autre artiste derrière la caméra, tellement que je ne sentais pas le sens artistique de Tim Burton dans toutes les scènes de la production. De plus, le scénario n’a rien d’exceptionnel, on ne voit pas un seul brin de nouveauté, c’est majoritairement du recyclage. Heureusement que le divertissement et le côté enfantin se font bien ressentir pendant le visionnage. C’est plaisant, c’est sympathique, c’est reposant mais sans plus.


On retrouve certaines de ses pratiques bien employées dans la production, dont un genre horrifique et un genre fantastique s’entremêlant sans le moindre encombrement mais pas assez surprenant pour que ce ne soit pas inoubliable. En plus, c’est pratiquement trop de bavardages à droite et à gauche, lançant le contexte bien trop tardivement pour nous surprendre. Parmi les acteurs, deux tiennent très bien la vedette.


On a tout d’abord je jeune Asa Butterfield, assez brillant dans le rôle d’un jeune garçon rêveur et jouant son personnage d’une sensibilité magique. Ce dernier est secondé par la plus délicieuse des actrices françaises, Eva Green, se manifestant très adroitement, dans la peau d’une directrice de pensionnant respectable et débordant de charme assez sensuel. Le reste du casting m’importe peu, même Samuel L. Jackson m’a un peu déçu dans le rôle d’un sepulcreux, il a beau avoir une altitude cool mais c’est à tout même se demander ce qu’il est venu faire dans cette comédie fantaisie.


Un casting loin d’être fabuleux, comme certains effets numériques un peu trop abusés selon mon point de vue, nous conduisant dans un affrontement un peu trop gai à mon goût. C’est mieux que son moyen et foutraque Alice aux pays des merveilles mais ce n’est pas aussi remarquable que certains des précédents long-métrages du réalisateur. 6/10



Ton père croit que j'ai pas besoin d'une arme pour les affronter ?


LeTigre

Écrit par

Critique lue 1K fois

26
5

D'autres avis sur Miss Peregrine et les enfants particuliers

Miss Peregrine et les enfants particuliers
Rcan
8

Eva, cette Miss PereGreen

Tim Burton, réalisateur sous-estimé depuis les années 2000, revient ici avec un genre qui lui correspond à merveille. Dès l'introduction, Burton nous plonge dans son univers, nous raconte cette...

Par

le 1 oct. 2016

62 j'aime

12

Miss Peregrine et les enfants particuliers
fyrosand
8

Tim Burton et ses films particuliers

Avant de lire cette critique, je dois vous prévenir que je n'ai jamais lu le roman de Ransom Riggs . Je ne jugerai donc point le film en tant qu'adaptation réussie ou non . Tim Burton, selon beaucoup...

le 30 sept. 2016

34 j'aime

9

Du même critique

Baby Driver
LeTigre
8

La musique comme elle n’a jamais été utilisée au cinéma.

Réalisateur de la trilogie Cornetto et du film Scott Piligrim, Edgar Wright est en voie d’être l’un des réalisateurs les plus intéressants à suivre de notre génération. Il renouvelle le cinéma d'une...

le 12 juil. 2017

59 j'aime

9

Logan
LeTigre
8

L'adieu mortel du mutant le plus emblématique de la franchise X-Men. 

Suite à la grande satisfaction publique de la réalisation Wolverine : Le combat de l'immortel, le réalisateur James Mangold s'est engagé, sans la moindre hésitation, à mettre en œuvre un nouveau...

le 16 déc. 2020

56 j'aime

10

Mad Max - Fury Road
LeTigre
9

Une nouvelle injustice à régler pour notre justicier Australien !

Un quatrième opus de la saga Mad Max ? Après trente d’absence sur le grand écran ? Personne n'aurait cru ça et pourtant, Cette information a bien été confirmée par de nombreux sites sur Internet...

le 26 mars 2020

54 j'aime

13