Je vous demande pardon d'avoir décroché cette palme d'or qui aurait dû revenir à un véritable Artiste de l' esbroufe et de la pseudo subtilité niaise.


Je m'excuse en m'aplatissant de vous avoir montré dans toute sa violence la réalité, avec les moyens qui étaient les miens. Oui parfois cela flirtait avec le ridicule ou le dérisoire, mais enfin la vie est-elle toujours si intelligente et dotée de sens?


Je vous pardonne d'être des experts de la misère, de remarquables connaisseurs de la société britannique et du rôle qu 'on fait jouer aujourd’hui aux bureaucraties dans les démocraties occidentales.
Je vous pardonne de trouver la sobriété de mon film excessive, au point de trouver son final putassier. Ceci était mon testament, mon dernier combat, mon adieu aux armes, mais cela bien sûr vous avez la dignité de le respecter. Ou l'indulgence de ne pas trop appuyer là où cela ferait mal.
Avez-vous seulement écouté ce que j'avais à dire ?


Je vous pardonne de ne pas avoir été plein d'empathie pour mon héros Daniel Blake, joué par ce petit chauve dont j'ai oublié le nom, comment s'appelle-t-il déjà? De toute façon ce n'est pas un grand acteur who cares! Mais je n'aurai aucune pitié pour ceux qui me diront la même chose de Katie.


Je vous pardonne de n' avoir pas avoir été ému aux larmes par cette scène dans la banque alimentaire, elle ne valait pas le génie de la mise en scène de X Dolan c'est vrai, ou l'intelligence d'un Bruno Dumont qui lui mérite bien le titre de cinéaste philosophe marxiste ( tendance groucho alors, mais bien foirée).
Moi à côté de ces Géants je ne suis qu'un humble artisan du cinéma, has been ( oui ce film était aussi mon autoportrait en creux, et alors? Vous ne trouvez pas cela assez égotiste? )


Je ne sais enfin si je peux vous pardonner de ne pas avoir eu cette réaction simple de se dire en regardant mon film, putain mais j'ai de la chance quand même de ne pas être du mauvais côté de la barrière; d'avoir une pensée pour ceux là qui ne font pas partie de mon monde...
Ils appartiennent à cette périphérie décrite par le géographe Christophe Guilluy, qui à force d 'être oubliée, en perds parfois les valeurs simples que je prône, la solidarité.


Film "militant" est un gros mot, dont je me contrefous car je vous emmerde.
Je n'entrerai jamais dans la postérité comme un grand Artiste, mais à la fin il me restera toujours ces trois choses; le cinéma, l' humanité, et un truc sans importance qui s'appelle la dignité.

PhyleasFogg
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes pour l'édification cinématographique des jeunes Padawan, liste commentée des films vus au cinéma en 2016 et Mon festival de Cannes 2016

Le 4 novembre 2016

74 j'aime

Moi, Daniel Blake
Sergent_Pepper
4

Les arcanes du film social

Un atelier d’écriture de la salle communale de Newcastle. Table en formica, chaises décaties, des gâteaux secs, une fontaine et des gobelets en plastique. -Bon, on sait tous comment Ken fonctionne,...

Lire la critique

il y a 6 ans

108 j'aime

32

Moi, Daniel Blake
PhyleasFogg
8

Moi, Ken Loach....

Je vous demande pardon d'avoir décroché cette palme d'or qui aurait dû revenir à un véritable Artiste de l' esbroufe et de la pseudo subtilité niaise. Je m'excuse en m'aplatissant de vous avoir...

Lire la critique

il y a 6 ans

74 j'aime

Moi, Daniel Blake
Théloma
8

Un homme de coeur dans un monde de fou

La droiture. Voici le mot - au sens propre comme au sens figuré - qui vient à l'esprit pour qualifier le personnage de Daniel Blake. Car il n'est pas question pour ce menuisier au chômage en lutte...

Lire la critique

il y a 6 ans

68 j'aime

12

Chantons sous la pluie
PhyleasFogg
10

Make 'em laugh Make 'em laugh Don't you know everyone wants to laugh?

Qui peut résister à "Singing in the rain" ? Qui peut rester hermétique à ce film qui vous entraine, vous endiable, vous charme et à la fin vous terrasse de joie. Je me souviens encore de la stupeur...

Lire la critique

il y a 9 ans

64 j'aime

18

Les Enfants du paradis
PhyleasFogg
10

Sur le boulevard du crime, vous vous promenez, et tombez amoureux d'une fleur, Garance

Sur le boulevard du crime, vous vous promenez, et tombez amoureux d'une fleur, Garance. Il y a Baptiste, le mime enfant de la lune, tellement fou d' amour qu'il n'ose cueillir la fleur... Frédéric...

Lire la critique

il y a 9 ans

57 j'aime

15

Timbuktu
PhyleasFogg
8
Timbuktu

Mea culpa ou savoir accueillir un film pour ce qu'il est.

Longtemps je me suis gardé de rédiger une critique à ce film. Le parti pris du cinéaste, qui de la dérision, à la folle poésie, finissait en mélodrame, échappait en partie à mon entendement. Je l'...

Lire la critique

il y a 7 ans

54 j'aime

15