Difficile de donner un avis objectif sur ce film tant le ressenti éprouvé face à ce couple dépend de soi et de son vécu, de sa capacité à comprendre le personnage de Tony ou pas.
Au cours d'une virée en boîte, la jeune avocate retrouve Georgio, un homme rencontré plusieurs années auparavant. Charmeur, ce dernier ne la reconnait d'abord pas mais insiste finalement pour l’emmener prendre un petit déjeuner chez lui pour prolonger la soirée.
Éblouie, séduite par les manières et l'aplomb de Georgio, elle se laisse entraîner dans une relation de dépendance.
Comment faire face au manque de considération, à l'égoïsme de l'être qu'on aime mais qui ne sait pas aimer.
On lui trouve des excuses, on se cache derrière les bons moments, les trop rares attentions qui vont droit au cœur...
Et on se perd, on se sacrifie par trop d'empathie sans arriver à penser à soi. Comme l'autre non plus, ne pense pas à nous, on s'oublie et on disparaît jusqu'à nier ses propres besoins.
Il est normal que Mon Roi ne plaise pas à tout le monde.
Loin des clichés, Marie-Antoinette est avocate, une femme intelligente, Maïwenn ne cède pas à la facilité de montrer des personnages manichéens. Vincent Cassel n'est pas un bourreau, il est juste inconscient de certaines choses. Aucun pathos, la réalisatrice ne le charge pas. Tour à tour séducteur qui ose tout, amoureux sincère et homme immature dépassé, Cassel offre une partition sans fausse note. Face à lui, la personnalité discrète d'Emmanuelle Bercot pose d'emblée le cadre d'une relation amoureuse déséquilibrée. Il est dans la folie du moment, elle vit dans l'attachement durable. Il en prend soin quand il est avec elle, elle pense à lui avec toutes les fibres de son âme, jour et nuit. Le spectateur, à travers le regard objectif et distancier du frère de Marie-Antoinette (Tonie) comprend vite ce déséquilibre et assiste impuissant aux efforts des protagonistes pour le nier. Ils s'aiment et se déchirent, se font mutuellement du mal et épuisent le spectateur pris dans cette ronde infernale et incessante.
Les moments de bonheur qu'ils partagent sont divins et euphorisants. Ils contrastent d'autant plus avec l'indifférence, la distance
qui se créent entre eux. Le désespoir de l'épouse est d'autant plus invasif pour le spectateur. Je parle pour moi mais je suis arrivée à le partager, à le ressentir et à le vivre. Il a su toucher à une part intime de moi avec grande justesse malgré quelques maladresses.
Le point de départ est un banal accident de ski qui immobilise Tonie plusieurs mois. En suivant une rééducation douloureuse, elle se remémore les moments forts de sa relation avec le père de son fils. De leur rencontre à leur divorce, en passant par leurs retrouvailles, les disputes et les joies intenses.
En se battant pour remarcher, elle fait le point sur sa dépendance à cet homme.
J'aurais tendance à penser que ce film est un film de femmes, qui plaira davantage au public féminin. Il s'agit d'une relation vécue et racontée par une femme, selon son point de vue.
Je ne nie absolument pas les faiblesses de ce film, certaines facilités mais cette oeuvre a réussi son pari sur ma sensibilité même si ce ne sera pas le cas pour tous.

Rawi
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Maïwenn, Top critiques (films), Mes B.R. et Mes toiles de 2015

Le 1 novembre 2015

176 j'aime

10 commentaires

Mon roi
Sergent_Pepper
6
Mon roi

Hystérie of romance.

Maiwenn est depuis quelques films en mesure d’affirmer une tonalité et un traitement suffisamment singulier pour qu’on la reconnaisse. Avec Mon Roi, elle se déleste de l’originalité d’un scénario (Le...

Lire la critique

il y a 7 ans

100 j'aime

2

Mon roi
eloch
9
Mon roi

Nous ne vieillirons pas ensemble

Ecrire une critique sur un film de Maïwenn n'est jamais une entreprise facile tant la réalisatrice déchaîne les passions. Elle a divisé en effet jusqu'à la Croisette en quête chaque année de films de...

Lire la critique

il y a 7 ans

68 j'aime

5

Mon roi
Je_en_vert
8
Mon roi

Mon Roi de Cœur qui pique

Paradoxalement, malgré tout ce temps que je passe au cinéma, c’est une chose assez rare que j’attende réellement et impatiemment un film, des mois et des mois à l’avance. Cette pratique...

Lire la critique

il y a 7 ans

63 j'aime

6

Mon roi
Rawi
8
Mon roi

Amoureuse

Difficile de donner un avis objectif sur ce film tant le ressenti éprouvé face à ce couple dépend de soi et de son vécu, de sa capacité à comprendre le personnage de Tony ou pas. Au cours d'une...

Lire la critique

il y a 7 ans

176 j'aime

10

Under the Skin
Rawi
8

Poème érotique

Le film s'ouvre sur un oeil, un regard qui se forme, une langue qui se prononce maladroitement. Fond noir ! L'intérêt majeur de cette adaptation est son ACTRICE principale. A la fois très connue,...

Lire la critique

il y a 8 ans

126 j'aime

33

Le Petit Prince
Rawi
9

Poésie initiatique

Cher Antoine, Quand j'ai fait la connaissance de votre petit Prince, je n'étais qu'une petite fille qui commençait ses découvertes littéraires. Bien sûr qu'à 7 ans, je n'ai pas tout compris. La...

Lire la critique

il y a 6 ans

117 j'aime

9