👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

J’ai souvent emmené mes enfants au cinéma, je les mets régulièrement devant un grand classique. C’est un moment important durant lequel je tente de leur ouvrir les yeux sur ce qui peut exister de chefs-d’œuvre, sur les mérites du noir et blanc, de la VO, sur la grandeur de Trou dans l’menton (Kirk Douglas) ou James Stewart

Ça prend, le papa n’est pas peu fier. Souvent, aussi, face aux daubes contemporaines, je tente de m’abstenir, je les laisse aimer tranquillement, même s’ils veulent fatalement savoir ce que j’en pense. J’en avais déjà parlé à propos de Tous en scène version 2017, les voir regarder un film est déjà en soi une séance.

Pour Totoro, c’est particulier. Parce que ce film, ils le connaissent par cœur, et que je ne l’avais jamais vu en entier. Des fragments, pleins, sur diverses séances, qui m’avaient de toute façon déjà convaincu, une mélodie, des envolées… Et les étoiles dans les yeux des enfants.

Ce sont donc eux qui m’ont fait voir un film.
Et c’était, bien entendu, une pure merveille.

Et c’est d’autant plus fabuleux de passer par le relais de leur regard pour ce film qui échappe à toute analyse. Totoro, c’est l’évidence même de la magie. C’est la beauté avec laquelle on crie pour conjurer la peur de lieux inconnus, c’est rendre attachante l’obscurité effrayante par l’invention des noiraudes, c’est le soleil et le vent, une rivière et des herbes hautes, des glands au sol et la frondaison des arbres qui frémit dans la brise.

Totoro, c’est la familiarité pour l’enfant qui contemple : oui, bien entendu, la magie existe, et les héros de mes livres me rendent visite pour me soutenir dans l’adversité ; mes rêves annoncent la réalité, les arbres sont démesurés et ma tristesse peut être endurée lorsqu’elle se mêle au vent.

Les adultes au contact des enfants n’ont rien à faire, si ce n’est s’attendrir et se souvenir d’avoir été, un jour, comme eux, les rois du monde.

Totoro, le film, est une déclaration d’évidence : la plus grande singularité du récit provient de son absence continue de surprise. Il suffit pour s’en convaincre de (re)voir (en boucle) les rencontres avec Totoro, la créature : en pleine sieste entre deux racines géantes d’un arbre, ou à l’attente d’un bus sous la pluie, il est simplement là. Et les deux sœurs, en sa compagnie. Pas de frayeur, pas d’appréhension, puisque de toute façon, on sait que pour conjurer la peur, on crie de joie.

Dès lors, la poésie peut surgir, et la magie s’épancher. Une goutte de pluie fait vibrer l’univers, la nuit se colore d’une mélodie soufflée au sommet des arbres, le bus est un chat aux yeux qui foudroient les bois obscurs, et la terre se fend pour faire surgir la vie.

Mei et Satsuki n’ont qu’un pouvoir, celui de savoir regarder la véritable beauté du monde.

Mes enfants s’en sont fait les relais, et m’ont convié à la danse.

Merci à eux.

il y a 4 ans

156 j'aime

14 commentaires

Mon voisin Totoro
Before-Sunrise
10

Parce que j'ai 6 ans.

Totoro est sans doute mon Miyazaki préféré (avec Ponyo). Certes, il en a fait des plus classieux (Porco Rosso), des plus fouillés (Chihiro) ou des pleins de messages (Mononoké) mais celui-ci...

Lire la critique

il y a 11 ans

179 j'aime

51

Mon voisin Totoro
Sergent_Pepper
9

Evidence sur veillée.

J’ai souvent emmené mes enfants au cinéma, je les mets régulièrement devant un grand classique. C’est un moment important durant lequel je tente de leur ouvrir les yeux sur ce qui peut exister de...

Lire la critique

il y a 4 ans

156 j'aime

14

Mon voisin Totoro
Black_Key
10

Le bonheur est dans la forêt

Mon Voisin Totoro, c'est une perle de douceur d'1h30. C'est un film qui nous rappelle ce qu'est l'innocence, la beauté, l'insouciance. Mon Voisin Totoro, c'est une plongée dans le Japon des années...

Lire la critique

il y a 7 ans

129 j'aime

21

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

711 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

648 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53