Force est d'admettre que depuis quelques temps si la comédie hexagonale se porte étonnement bien, la série B made in France se paye elle aussi une belle cure de jouvence.


Zulu, Mea Culpa, De Guerre Lasse ou encore Antigang pour ne citer qu'eux, les cinéastes français musclent leur jeu histoire de mieux concurrencer les péloches venues du froid et d'outre-Atlantique, voir même pour mieux effacer des mémoires le triste statut d'un genre complétement englué par sa Marchalisation depuis près d'une décennie maintenant (de l'efficace 36, Quai des Orfèvres au très palot MR73, sans oublier le moyen Gangsters et la série Braquo).
Bref, on se tire un peu les doigts du cul par chez nous et c'est franchement loin de nous déplaire.


Ancien clippeur devenu cinéaste (très) prometteur ayant fait ses gammes chez tonton Besson (il a écrit Yamakasi et réalisé sa suite, Les Fils du Vent) et auteur du musclé mais un brin inconsistant Scorpion (avec un Clovis Cornillac transformé et impliqué), Julien Seri revient, après un parcours du combattant jonché de projets avortés, avec un troisième long des plus prometteurs et entièrement indépendant - financé via une campagne à succès sur un site de financement participatif.


Virée nocturne ambitieuse fleurant bon la production décomplexée et méchamment fun tout droit sortie du pays de l'Oncle Sam, Night Fare suit l'histoire Luc et Chris, son ami anglais, montent dans un taxi pour rentrer chez eux après une soirée parisienne bien arrosée.
Arrivés à destination, ils s’enfuient sans payer la course. Ils sont tombés sur le mauvais chauffeur...
Le taxi va se mettre en chasse toute la nuit. Mais, est-ce vraiment l’argent qu’il veut ?


Petit miracle sur pellicule - et porteur d'un certain espoir pour l'avenir - à la mise en scène plus que solide et maitrisé (de la photographie nocturne superbe à quelques plans d'une beauté renversante), Night Fare est une série B comme on les aime, efficace et haletante mais surtout incroyablement sincère et transpirant de tous ses pores l'amour du cinoche du samedi soir; qui se joue pleinement de son budget restreint pour divertir un spectateur plus qu'agréablement surpris face à une telle péloche produite dans l'hexagone.


Iconique et créatif à souhait, bourré jusqu'à la gueule de références (de Duel à Collateral en passant par Le Justicier dans la Ville, Maniac Cop ou encore Highwaymen), porté par un casting convaincant et une ambiance purement 80's (ce qui le rapproche encore plus du Drive de Winding Refn) tout en étant, logiquement, très limité d'un point de vue scénaristique (le manque de scènes d'action, ses flashbacks explicatifs inutiles, sa grande prévisibilité); Julien Seri embrasse avec fougue le survival tendu dans sa course-poursuite urbaine offrant une vision inédite de la capitale parisienne.


Si l'effort s'avère au final assez sage et dénue de violence (on peut y voir la volonté louable de Seri de vouloir toucher un large public et de ne pas se faire lynché par la censure comme sur Scorpion), Night Fare n'en est pas moins un bon film burné, référencé et rythmé, qui tire de son aspect modeste une vraie déclaration d'amour passionnée pour le cinéma d'exploitation jouissif made in America.


Une belle et généreuse surprise qui, on l'espère, en appellera bien d'autres dans un cinéma de genre hexagonale qui ne demande qu'à être arpenter par les cinéastes de demain.


Jonathan Chevrier


http://fuckingcinephiles.blogspot.fr/2016/01/critique-night-fare.html

FuckCinephiles
6
Écrit par

Créée

le 12 janv. 2016

Critique lue 835 fois

6 j'aime

FuckCinephiles

Écrit par

Critique lue 835 fois

6

D'autres avis sur Night Fare

Night Fare
FuckCinephiles
6

Critique de Night Fare par FuckCinephiles

Force est d'admettre que depuis quelques temps si la comédie hexagonale se porte étonnement bien, la série B made in France se paye elle aussi une belle cure de jouvence. Zulu, Mea Culpa, De Guerre...

le 12 janv. 2016

6 j'aime

Night Fare
lepetitrenardeau
1

N.A.V.R.A.N.T

Je ne suis pas du genre à écrire des avis sur les films. Mais la nullité rarement égalée de ce " film " si on peut encore l'appeler ainsi me pousse à écrire ces quelques lignes. Quel est le genre du...

le 11 déc. 2015

5 j'aime

2

Night Fare
Hawk
6

Night Fare : Une nuit parisienne tournant au cauchemar

Julien Seri avait déjà prouvé avec Scorpion qu’il aimait sortir du cinéma français traditionnel en proposant un film d’action dans le monde de la boxe thaïlandaise. Avec Night Fare, il déroute, une...

Par

le 28 janv. 2018

4 j'aime

3

Du même critique

Avant toi
FuckCinephiles
8

Critique de Avant toi par FuckCinephiles

Comme la majorité des spectateurs de la série Game of Thrones, nous sommes de ceux à être tombé amoureux de la belle Emilia Clarke dès le premier regard. Si la jolie (et le mot est faible) Kalheesi...

le 20 juin 2016

35 j'aime

The Get Down
FuckCinephiles
8

Critique de The Get Down par FuckCinephiles

(Critique - sans spoilers - de la première partie de la saison 1) Tout part d'un projet aussi fou qu'alléchant sur le papier : mettre en image avec passion et réalisme, la naissance du hip-hop dans...

le 16 août 2016

32 j'aime

2

Nous trois ou rien
FuckCinephiles
8

Critique de Nous trois ou rien par FuckCinephiles

Tôt ou tard, les poils à gratter comiques du Paf s'en vont envahir le septième art, avec des fortunes diverses certes, mais force est d'admettre que le giron humoristique de chez Canal + peut se...

le 14 oct. 2015

30 j'aime

2