Je garde un assez bon souvenir des « Petits mouchoirs », que je n'ai pas revu depuis sa sortie (ce que je ferais prochainement). J'avais ainsi bon espoir que Guillaume Canet soit capable de réitérer un film équivalent, voire de gommer les défauts précédents : j'étais loin du compte... Franchement, cette suite, en plus d'être inutile, n'est vraiment pas bonne. Déjà, hormis de rares moments et à quelques exceptions près, j'ai eu beaucoup de mal avec les personnages. Ni sympathiques, ni intéressants voire franchement superficiels : alors que le « poids » de l'ami décédé n'est ici plus l'élément principal et aurait donc dû permettre une identification plus facile, il n'en a rien été.


C'est toutefois presque un moindre mal à côté de l'autre problème majeur de « Nous finirons ensemble » : son scénario. Je devrais presque écrire « absence de scénario » tant celui-ci apparaît totalement vide : il n'y a rien, ou presque, juste quelques protagonistes à qui il arrive des choses plus ou moins graves, toutes tournant autour de Max, les autres autour essayant d'exister à travers le lien qui les unit. L'occasion de quelques scènes pas mal (surtout l'échange nocturne entre Marion Cotillard et Gilles Lellouche, assez réussi) et beaucoup de gênantes, voire ridicules, le traitement réservé à certains (la baby-sitter) étant juste sidérant, sans parler du malaise José Garcia, son intégration au récit étant aussi grossière qu'incompréhensible.


J'en viendrais pourtant presque à me trouver sévère car ces 135 minutes n'ont rien d'insupportable, offrant à nouveau un sacré casting faisant plutôt bien le boulot, quitte à en faire trop (n'est-ce pas pas, François Cluzet ?), même si, me concernant, Clémentine Baert et Pascale Arbillot (radieuse) sont clairement sous-exploitées alors qu'elles étaient les seules à vraiment me plaire. Seulement, quand j'y pense, entre tous ses moments si peu crédibles, cette écriture défaillante ou, cerise sur le gâteau, cette fin que l'on voit arriver à un million de kilomètres, j'ai beaucoup de mal à trouver de réelles qualités à ce second volet, accentuant encore les doutes que l'on pouvait avoir sur Canet réalisateur... Dispensable.

Caine78
3
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films avec Marion Cotillard et Les meilleurs films de 2019

Créée

le 11 mai 2019

Critique lue 4K fois

33 j'aime

6 commentaires

Caine78

Écrit par

Critique lue 4K fois

33
6

D'autres avis sur Nous finirons ensemble

Nous finirons ensemble
Cinephile-doux
5

Tant qu'il y aura des huitres

La (seule) bonne idée de Nous finirons ensemble est de ne pas l'avoir intitulé paresseusement Les petits mouchoirs 2. Pour le reste, bien peu de choses justifient les retrouvailles avec cette bande...

le 4 mai 2019

37 j'aime

1

Nous finirons ensemble
alice_weyers
8

Entre amour et haine il n'y a qu'un pas.

Je me suis rendue à la projection du film "nous finirons ensemble", insouciante et sans attente quelconque. Que l'on me pardonne, je n'avais pas vu "les petits mouchoirs" et je n'avais donc aucune...

le 23 avr. 2019

36 j'aime

1

Nous finirons ensemble
Caine78
3

Possible de finir avec quelqu'un d'autre?

Je garde un assez bon souvenir des « Petits mouchoirs », que je n'ai pas revu depuis sa sortie (ce que je ferais prochainement). J'avais ainsi bon espoir que Guillaume Canet soit capable de...

le 11 mai 2019

33 j'aime

6

Du même critique

Enquête sur un scandale d'État
Caine78
2

Enquête sur un scandale cinématographique ?

Thierry de Peretti est un réalisateur doté d'une bonne réputation, notamment grâce à « Une vie violente », particulièrement apprécié à sa sortie. J'y allais donc plutôt confiant, d'autant que le...

le 20 août 2022

32 j'aime

8

Mourir peut attendre
Caine78
4

Attente meurtri(ère)

Cinq ans d'attente, avant que la crise sanitaire prolonge d'une nouvelle année et demie la sortie de ce 25ème opus, accentuant une attente déjà immense due, bien sûr, à la dernière de Daniel Craig...

le 7 nov. 2021

28 j'aime

31

L'Origine du monde
Caine78
3

L'Origine du malaise

Je le sentais bien, pourtant. Même si je n'avais pas aimé « Momo », adapté du même Sébastien Thiéry, cela avait l'air à la fois provocateur et percutant, graveleux et incisif, original et décalé,...

le 25 sept. 2021

22 j'aime