Les films du magnifique Denis Villeneuve ne sont pas d'une thématique ou genre ressemblante, il bouge dans des styles de film différents.
Mais il a toujours son dénominateur commun, au-delà du style ou le ton qu'il met en avance, c'est surtout la solitude de son personnage principal.
Tous ses protagonistes sont des solitaires pathologiques (Enemy) poussés par les circonstances (Prisoners), ou par les caractéristiques de leurs professions (Sicario).


Cette fois-ci, le point de vue qu'on nous montre ne correspond pas à un militaire ou un agent de la CIA.
Cette fois c'est une experte linguiste, la fabuleuse Amy Adams (tout comme Jeremy Renner et Forest Whitaker), qui devra faire face au défi global, de réussir à établir un contact, à comprendre ou se faire comprendre, avec des aliens.


Avec ce "simple" argument, Villeneuve et le scénariste Éric Heisserer, se construit un récit passionnant sur l'importance de la communication entre humain et alien met aussi entre les humains.
Parce que Premier Contact n'a rien à voir avec n'importe quelle invasion extraterrestre vue auparavant dans le grand écran, principalement car s'il y aurait une invasion dans notre monde, les choses ressembleraient assez à ce que ce film nous raconte.


Techniquement, le film est une merveille.
Autant la musique de Johan Jóhannsson (terriblement émotive, mais aussi sensorielle, magnifique B.O.) comme la superbe la photographie et la réalisation, qui nous envolent aux atmosphères et aux styles du cinéma de Kubrick.
Arrival, en étant terriblement réaliste, contient un mystère, une tension, des sensations qui sont trompeuses, et qui se développent avec un contrôle absolu du rythme et de l'objectif qui veut atteindre, l'un des climax, apogées, les plus puissants de l'histoire du cinéma de la S-F.


Denis Villeneuve nous surprend encore par son talent pour assembler l'histoire intime d'une perte, racontée d'une forme précise et humaine, en concentrant l'émotion, et en parlant de la communication et la linguistique comme un concept presque plus philosophique qu'uniquement théorique...


Magnifique, encore une fois Denis.


Note Final : 8.8

JaviFou08
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Films vu en 2016 et Top Fims 2016

Créée

le 6 oct. 2016

Critique lue 2.6K fois

21 j'aime

2 commentaires

JaviFou08

Écrit par

Critique lue 2.6K fois

21
2

D'autres avis sur Premier Contact

Premier Contact
Velvetman
8

Le lexique du temps

Les nouveaux visages du cinéma Hollywoodien se mettent subitement à la science-fiction. Cela devient-il un passage obligé ou est-ce un environnement propice à la création, au développement des...

le 10 déc. 2016

260 j'aime

19

Premier Contact
Sergent_Pepper
8

Mission : indicible.

La science-fiction est avant tout affaire de promesse : c’est un élan vers l’ailleurs, vers l’au-delà de ce que les limites de notre connaissance actuelle nous impose. Lorsqu’un auteur s’empare du...

le 10 déc. 2016

193 j'aime

16

Premier Contact
trineor
5

Breaking news : t'es à court sur la drogue bleue de Lucy ? Apprends l'heptapode !

Bon, bon, bon. Faut que je réémerge d'une apnée boulot déraisonnable, rien que le temps d'un petit commentaire... parce que c'est que je l'ai attendu, celui-ci. Et fichtre, je suis tout déçu ...

le 7 déc. 2016

153 j'aime

61

Du même critique

Les 4 Fantastiques
JaviFou08
5

Josh Trank VS 20th Century Fox

Il y a une bonne et mauvaise nouvelle, de ce reboot des 4 Fantastiques. La bonne nouvelle c'est que ce reboot est meilleur que la version de 2005. La mauvaise est qu'elle est juste un peu...

le 11 août 2015

24 j'aime

3

Quelques minutes après minuit
JaviFou08
9

Affronter ses Peurs

Juan Antonio Bayona c'est certainement le réalisateur espagnol avec plus de projection à Hollywood (avec le permis de Jaume Collet-Serra), même si tous ses films sont espagnols ou américo-espagnol...

le 4 oct. 2016

22 j'aime

4

Premier Contact
JaviFou08
9

Humain et Philosophique Premier Contact

Les films du magnifique Denis Villeneuve ne sont pas d'une thématique ou genre ressemblante, il bouge dans des styles de film différents. Mais il a toujours son dénominateur commun, au-delà du style...

le 6 oct. 2016

21 j'aime

2