Ratatouille
7.3
Ratatouille

Long-métrage d'animation de Brad Bird et Jan Pinkava (2007)

Ratatouille par Gérard Rocher La Fête de l'Art

Qui peut détester le plus les rats que les restaurateurs! Et pourtant l'une des plus grandes tables de Paris n'a pas fini de les subir pour le meilleur et pour le pire. En effet Rémy, un jeune rat, se sent des prédispositions pour la cuisine. C' est pourquoi, avec sa famille et ses copains, il s'introduit dans la maison d'une vieille dame afin de trouver les ingrédients d'une recette lue dans un livre de cuisine écrit par Auguste Gusteau, ancien chef du restaurant le plus coté de Paris. L'expédition tourne mal et dans la fuite, Rémy se trouve séparé des siens. C'est alors que par les égouts il va se retrouver à Paris et qui dit Paris dit restaurant, dit " Maître Gusteau".
Notre adorable rat va alors rôder vers les cuisines et faire la connaissance de Linguini, un jeune homme embauché comme commis aux poubelles par l'ineffable Skinner, le nouveau patron de l'établissement. Rabroué parce qu'il s'intéressait à la préparation du potage, Linguini décide de le saboter sous les yeux horrifiés du petit rat. Celui-ci rattrape à sa façon le faute en ajoutant des ingrédients dans la soupière et le breuvage devient le plat préféré de la clientèle. Malheureusement l'horrible Anton Ego aperçoit la bestiole, l'attrape et demande à son commis de s'en débarrasser au plus vite. Celui-ci hésite et finit par s'apercevoir que ce rat peut lui être utile pour l'apprentissage de l'art culinaire. Ainsi va naître entre ces deux êtres totalement différents une longue complicité.

Qu'elle est difficile cette vie de rat! Dès que l'homme vous aperçoit, il vous trouve répugnant, hurle et vous chasse en vous jetant des monceaux d'objets. Personne ne vous soupçonne la moindre qualité ou le moindre talent et pourtant Rémy n'est en rien dépourvu de tout cela et de plus il tient à mettre ses qualités au service du plus humble des employés du grand restaurant: Linguini, le balayeur de service et tête de turc de son patron et de ses collègue. Mais ne dit-on pas qu'un rat est rusé?
Il va le démontrer tout au long de cette aventure en donnant des cours de cuisine très particuliers à son ami Linguini, se cachant comme il peut sous son chapeau de cuisinier. Il est vrai que Rémy ne quitte jamais le livre de recettes écrit par Gusteau: "Tout le monde peut cuisiner", d'autant que la photo du célèbre cuisinier semble parler au jeune rat en lui prodiguant d'excellents conseils de persévérance.

Grâce à son "Petit chef", le petit commis va progresser dans le métier, détrôner son piètre cuisinier de directeur, confondre les critiques culinaires même les plus acérées, connaître l'amour avec la redoutable puis tendre Colette, sa collègue de travail et seule femme de l'équipe. Puis la gloire viendra peut-être grâce à un testament en sa faveur et grâce encore et encore à... Rémy. Celui-ci en sera-t-il remercié par Linguini et arrivera-t-il à faire admettre aux hommes que sa famille et ses copains ne sont pas si nuisibles que cela?...

Ce merveilleux film d'animation de Brad Bird sur la cuisine entre autre, aborde une foule de réflexions sur les rapports humains, sur les coulisses d'un grand restaurant, sur les désastres que peuvent engendrer l'appréciation de certains critiques de guides sans oublier de se poser la question de savoir pourquoi un rat habitué par la force des choses à manger des ordures n'aurait-il pas le droit, lui aussi, à goûter et aimer la grande cuisine? Nous passons des égouts aux majestueux fourneaux fumants de "Maître Gusteau" autour desquels s'active le personnel mené à la baguette non pas par un cuisinier, malgré sa toque, mais par un homme d'affaires retors. La bonne cuisine a disparu, plus de parfums ou d'arômes. On fait un genre de cuisine nouvelle, tape à l'œil, aux portions congrues mais servie cérémonieusement, faute à un critique venimeux qui fit perdre une étoile au précédent chef qui se suicida peu après (ça ne vous rappelle rien?). Cet engrenage paraît inéluctable jusqu'au jour où l'on sert à ce critique une vraie ratatouille qui lui fait ressurgir ses souvenirs de bonne vieille cuisine comme on n'en fait plus. Et là, l'authenticité et la simplicité l'emportent sur le clinquant. Gusteau le talentueux cuisinier qui s'est donné la mort pour avoir perdu une étoile doit se retourner dans sa tombe! Cette histoire trépidante, drôle et émouvante à la fois est portée à l'écran par de magnifiques images dans lesquelles règnent en maître de fabuleux personnages, qu'ils soient attachants ou détestables. Les dialogues sont efficaces et réalistes et les voix fort bien adaptées aux personnages.

Voici donc une nouvelle œuvre issue des studios "Pixar" à porter au tableau d'honneur des films d'animation et ce genre de cinéma, c'est comme la ratatouille quand elle est bonne, on s'en gave !

Prix du Meilleur film d'animation aux Golden-Globes 2008

Ma note: 9/10

Créée

le 5 nov. 2023

Critique lue 2.5K fois

63 j'aime

7 commentaires

Critique lue 2.5K fois

63
7

D'autres avis sur Ratatouille

Ratatouille
Grard-Rocher
9

Critique de Ratatouille par Gérard Rocher La Fête de l'Art

Qui peut détester le plus les rats que les restaurateurs! Et pourtant l'une des plus grandes tables de Paris n'a pas fini de les subir pour le meilleur et pour le pire. En effet Rémy, un jeune rat,...

63 j'aime

7

Ratatouille
zombiraptor
8

Puppet Master Chef

Ceci doit être un message de plus pour expliquer que l'heure du mea culpa est arrivée. Je l'ai souvent dit et je vais me faire un plaisir de réévoquer l'idée ici : Je n'aime pas vraiment les...

le 26 déc. 2013

55 j'aime

15

Ratatouille
Gand-Alf
8

Jazzy Kitchen.

Le challenge était double pour les studios Pixar. Techniquement, les animateurs devaient animer une centaine de rats tous poils au vent. Ensuite, le public devait s'attacher immédiatement pour son...

le 6 févr. 2015

45 j'aime

Du même critique

Amadeus
Grard-Rocher
9

Critique de Amadeus par Gérard Rocher La Fête de l'Art

"Pardonne Mozart, pardonne à ton assassin!" C'est le cri de désespoir d'un vieil homme usé et rongé par le remords qui retentit, une triste nuit de novembre 1823 à Venise. Ce vieil homme est Antonio...

176 j'aime

68

Mulholland Drive
Grard-Rocher
9

Critique de Mulholland Drive par Gérard Rocher La Fête de l'Art

En pleine nuit sur la petite route de Mulholland Drive, située en surplomb de Los Angeles, un accident de la circulation se produit. La survivante, Rita, est une femme séduisante qui parvient à...

168 j'aime

35

Pierrot le Fou
Grard-Rocher
9

Critique de Pierrot le Fou par Gérard Rocher La Fête de l'Art

Ferdinand Griffon est entré malgré lui dans le milieu bourgeois par son épouse avec laquelle il vit sans grand enthousiasme. Sa vie brusquement bascule lorsqu'il rencontre au cours d'une réception...

157 j'aime

47