👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Comment déguster un ragoût de boeuf gorgé de whisky avec un excès de sourire pour plus tard traiter

Je voulais voir ce film-là depuis un bout et là, j'avoue que je m'attendais pas à ce que ça ait l'air aussi bâclé.

On est en 2022. On nous montre une ville de New-York débordant de ses 40 millions d'habitants, fait auquel personne croît parce que des rues inondées de gens pendant le jour qui se retrouvent silencieuses et vides la nuit, ça suggère pas vraiment ça. Aussi, le commun des mortels se nourrit de bouffe synthétique multicolore, les gens riches se permettent de manger du bœuf et boire du whisky (bourbon, whatever) et les pauvres passent leurs journées couchés dans un escalier ou dans sur le trottoir à attendre qu'on leur marche gentiment dessus. Mêlez à ça une tentative de drame pseudo-mystérieux au twist ultra prévisible nappé de la fameuse sauce complot-gouvernementaliste et vous avez Soylent Green.

Vous aurez compris, les acteurs sont mauvais, c'est bourré de clichés (exemple : la fille saute dans les bras du policier et s'inquiète pour lui, mais c'est la troisième fois qu'elle le voit et elle veut tellement vivre à ses côtés), les combats sont pas dignes d'un film d'arts martiaux de série z, mais on sent la tendance (y'a pas de kung fu et les chorégraphies sont beaucoup plus simples, mais je parle plus de l'aspect global qu'ils ont) et puis la prise de son est phénoménalement mauvaise, même si y'a probablement pire. Tout ça, c'est sans oublier que tout le monde est luisant de sueur, mais que Thorn, lui, policier intrépide portant une casquette bleue et dont les muscles moulent le t-shirt blanc, blanc parce qu'il est trop viril, tient quand même à se nouer un foulard au tour du cou.

La scène la plus drôle est à mon sens celles où des camions viennent pelleter la foule mécontente parce que le stock de petites tablettes vertes est épuisé. Plans ridicules, prise de son pas crédible (oui, je le répète) et sang qui ressemble à de la peinture sont au rendez-vous. Bien sûr, le film recèle d'autres bijoux cinématographiques, mais je veux pas trop en dévoiler parce que ce serait dommage. Bon, ok : y'a aussi des hommes qui pleurent en vivant des moments d'émotions intenses et puis je devrais mettre un point, mais le film fait vraiment cinéma ultra cheap des années 70. Vivent les contraintes budgétaires ; non, l'excuse est trop facile : la réalisation, le jeu, le scénario, costumes, les décors [qui suggèrent pas du tout le futur ; les costumes non plus], tout est mauvais.

Bon visionnement, lalala.
Megillah
3
Écrit par

il y a 11 ans

33 j'aime

9 commentaires

Soleil vert
Sergent_Pepper
7
Soleil vert

Les injures du temps.

Se souvenir des belles choses : voilà le programme de l’humanité, ou de ce qu’il en reste, dans un 2022 imaginé par les années 70. «People were always lousy, but there was a world, once », assène...

Lire la critique

il y a 8 ans

93 j'aime

11

Soleil vert
Kalian
8
Soleil vert

There's no place for us to go

Pour un supposé chef d'œuvre, Soylent Green possède à mon goût pas mal de défauts. Des personnages simplistes, une intrigue qui se laisse suivre mais n'emballe jamais vraiment, une morale prout-prout...

Lire la critique

il y a 11 ans

75 j'aime

12

Soleil vert
Ugly
8
Soleil vert

De l'anticipation qui fait froid dans le dos

Richard Fleischer a choisi de placer une intrigue policière classique dans le cadre de la science-fiction, ça permet de creuser en profondeur le sujet adapté de l'excellent roman de Harry Harrison...

Lire la critique

il y a 5 ans

39 j'aime

18

Soleil vert
Megillah
3
Soleil vert

Comment déguster un ragoût de boeuf gorgé de whisky avec un excès de sourire pour plus tard traiter

Je voulais voir ce film-là depuis un bout et là, j'avoue que je m'attendais pas à ce que ça ait l'air aussi bâclé. On est en 2022. On nous montre une ville de New-York débordant de ses 40 millions...

Lire la critique

il y a 11 ans

33 j'aime

9

Rhinocéros
Megillah
6
Rhinocéros

Brrr...

Rhinocéros : Ça se lit bien, ça coule, mais ça manque de folie. La folie est importante dans l'absurde. J'aurais voulu rire un peu ou, au moins, être surpris, dérouté. Là, c'est assez linéaire et on...

Lire la critique

il y a 11 ans

15 j'aime

Pink Floyd: The Wall
Megillah
4

Pink est triste parce que boo-fucking-hoo, son père, il fait semblant de le télévisualiser avec ses

Bon, il faut que je reconsidère mon 8, qui est l'impression qu'en avait l'adolescent que j'étais au moment de voir le film pour la première fois. Il passait à la télé alors j'ai sauté dessus pour me...

Lire la critique

il y a 11 ans

13 j'aime

4