👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

En voilà une chose qui en fait du vacarme, ça bouge dans tous les sens mais pourquoi? Pour faire du divertissement, c'est pour cela que Disney a acheté la licence Star wars après tout. La société aux grandes oreilles a plusieurs parcs d'attractions à travers le monde pour secouer ses clients dans des manèges à sensations, ils n'ont pas besoin de le faire aussi sur grand écran. À moins que tout cela ne soit fait uniquement dans le but d'étourdir le spectateur, afin qu'il ne cherche pas à se dire que toute cette agitation n'est construite que sur du vent. Avoir de l'action n'est pas un reproche dans un tel film seulement, pour que cet élément fonctionne il lui faut aussi des bases solides sur lesquels s'appuyer. Hors J.J Abrams prend mal ses appuis, il pense qu'il suffit de mettre des grandes figures qui ont fait l'histoire de la saga et de faire défiler ses personnages dans des lieux emblématiques pour faire un film.

Le rendu esthétique est beau, mais tout cela ressemble à une belle personne à qui on a oublié de mettre un cerveau. Plastiquement elle peut faire illusion tant qu'elle ne parle pas, mais dès qu'elle ouvre la bouche s'en est terminé. Tout ce qu'elle dégageait jusqu'alors s’évanouit instantanément, écrasé par la sottise de ses propos. Parler avec ce genre de personne s'avère rapidement difficile pour qui arrive à aligner plus de deux phrases. Cette conclusion de saga est cette chose belle d’extérieur, mais vide à l'intérieur. Difficile de dire que cela est surprenant puisque J.J Abrams est un habitué du genre, il présente tout ce que la firme Américaine veut apporter aux consommateurs du monde entier, c'est-à-dire rien. Rien que de l'image vide. Vide de tout. La recette on la connaît, il faut dire qu'elle est servie d'un film à l'autre, telle une soupe industrielle. Sur laquelle se trouve une belle étiquette avec la mention recette à l'ancienne inscrit dessus. Les ingrédients sont d'ailleurs les mêmes que dans les productions Marvel que possède également Disney. Il n'y a que l'emballage qui change, le contenu lui est identique, il faut dire que tout sort de la même usine. On y glisse un peut de tragédie, un combat entre le bien et le mal, le tout saupoudré de gags navrants. Abrams tente de faire vibrer la flamme avec des révélations qui n'en sont pas. Cet épisode étant censé être le dernier de la nouvelle trilogie tout le monde est là. Comme pour un départ en retraite, tout le monde vient saluer pour quelques instants celui qui a apporté sa contribution pour faire tourner la boîte. Ce qu'il faut c'est être là, même si ce n'est que pour faire un petit coucou furtif, tant qu'on t'as vu c'est bon. Disney est un enfant capricieux qui s'est payé le plus beau des jouets. Mais maintenant qu'il le possède il faut faire rentrer l'argent dans sa po-poche, il faut dire qu'acheter Star Wars lui a coûté terriblement cher, il faut donc ratisser large pour rembourser. Ne serait-ce pas là le côté obscure de la force, que de proposer un piètre spectacle juste pour se remplir les poches? La firme veut rentabiliser, mais à force de ne rien proposer, elle risque de dégouter même les moins regardants. Ceux qui y vont affublés d'un casque de Stormtroopers vont être ravis, ils seront aveuglés et n'entendront pas grand-chose. Le rêve quoi.

Heurt
2
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Un titre, un jeu de mots.

il y a 2 ans

77 j'aime

44 commentaires

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
lhommegrenouille
3

Star Tour - Episode IX

Ça y est. C’est fini. Le verdict est définitivement tombé désormais. Le côté obscur de la force l’a emporté. L’Empire Disney a triomphé. Certes c’était attendu. C’était écrit. Le retour de J. J...

Lire la critique

il y a 2 ans

266 j'aime

54

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
Sergent_Pepper
4

Back to their culture

Toute saga a une fin : arrivés à un certain point d’essorage, les studios et leurs team de scénaristes ont trouvé la parade ultime pour provoquer un sursaut d’intérêt : venez quand même, c’est le...

Lire la critique

il y a 2 ans

210 j'aime

15

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
Larrière_Cuisine
6

[Ciné Club Sandwich] Marche arrière à 12 parsecs sur l’autoroute spaciale de l’incohérence

DISCLAIMER : La note est une note par défaut, une note "neutre" qui correspond à la moyenne (arrondie) de l’oeuvre au moment où on publie la critique. Avant, on mettait 5 à tous les films mais il...

Lire la critique

il y a 2 ans

170 j'aime

18

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
Heurt
2

Le jet d'ail.

En voilà une chose qui en fait du vacarme, ça bouge dans tous les sens mais pourquoi? Pour faire du divertissement, c'est pour cela que Disney a acheté la licence Star wars après tout. La société aux...

Lire la critique

il y a 2 ans

77 j'aime

44

Jojo Rabbit
Heurt
4
Jojo Rabbit

Rabbi Jocob

L'endoctrinement de la jeunesse Allemande est le sujet de ce Jojo Rabbit, qui voit Adolf Hitler comme la seule voie à suivre. Adolf est là constamment pour le petit Jojo, il est son ami imaginaire...

Lire la critique

il y a 2 ans

61 j'aime

14

Once Upon a Time... in Hollywood
Heurt
5

Cette fois il est temps.

Les années 60 à 70 ont été une très bonne période du cinéma, elles étaient inventives et permissives. Pourtant la censure était omniprésente, mais les cinéastes trouvaient tout un tas de stratagèmes...

Lire la critique

il y a 2 ans

48 j'aime

5