⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

Comment gâcher une saga en 2h20... Quelle déception! La salle était remplie de fans de Star Wars qui, comme moi, ont senti leurs tripes faire un saut intergalactique quand le générique a retenti... S'il y avait bien des applaudissements au début, personne n'avait plus envie de réitérer à la fin, les sourires d'impatience du depart avaient fait place aux mines déconfites...


Sans spoiler, faisons simple: rien n'est crédible, et pourtant avec la science fiction, il y avait une marge de manoeuvre! Phobiques des apparitions (et disparitions) mystiques en tout genre, n'y allez pas: c'est l'unique stratégie trouvée pour rattraper un scénario bancal et prévisible. Ça en devient comique.


Bref, c'est un Disney passable, il y a tellement de petits monstres mignons que vous pouvez emmener vos enfants. Sauf que si vous êtes comme moi un/une fan de Star Wars depuis toujours, que vous aviez pardonné la faiblesse de l'épisode II en bon Jedi en pensant avant tout à sauver l'ensemble de la saga, et bien cette fois-ci, petits padawans, autant vous dire qu'on est passés du côté obscur de la force commerciale.

Créée

le 20 déc. 2019

Critique lue 240 fois

3 j'aime

1 commentaire

Critique lue 240 fois

3
1

D'autres avis sur Star Wars - L'Ascension de Skywalker

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
Sergent_Pepper
4

Back to their culture

Toute saga a une fin : arrivés à un certain point d’essorage, les studios et leurs team de scénaristes ont trouvé la parade ultime pour provoquer un sursaut d’intérêt : venez quand même, c’est le...

le 21 déc. 2019

216 j'aime

15

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
Larrire_Cuisine
6

[Ciné Club Sandwich] Marche arrière à 12 parsecs sur l’autoroute spaciale de l’incohérence

DISCLAIMER : La note est une note par défaut, une note "neutre" qui correspond à la moyenne (arrondie) de l’oeuvre au moment où on publie la critique. Avant, on mettait 5 à tous les films mais il...

le 19 déc. 2019

171 j'aime

18

Du même critique

Matthias & Maxime
-MâriönCihüatl-
8

Toi mon amour, mon ami, quand je rêve c'est de toi

Alors que le français n'a qu'un seul mot pour exprimer le fait d'aimer sa mère, son ami d'enfance, son partenaire ou la crème brûlée, le grec en a quatre: Storgê, l'attachement familial, Philia,...

le 3 nov. 2019

3 j'aime

3

Mektoub, My Love : Canto uno
-MâriönCihüatl-
8

Sentir, regarder, aimer : vivre

Peut-on filmer une sensation, un sentiment, un désir refoulé ou libéré ? Il y a ceux qui penseront que c’est vain. Un sentiment, cela se vit, cela ne se filme pas. Un sentiment, c’est invisible et...

le 3 avr. 2018

3 j'aime

2