👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Sur une idée de base brillante, Starbuck ne scintille pas par une écriture ciselée ou par des personnages d’une grande profondeur. Le film éblouit plutôt par son ambiance, sa grâce et les éclats de rire qu’il procure. Starbuck n’est pas la comédie du siècle, il n’est pas très habile, parfois un peu feignant (la scène du tribunal torché en 5 minutes sans dialogues) mais il vise juste, vraiment très juste.

Sous couvert d’un humour canadien parfois tordant (« les enfants sont des trous noirs qui t’inspirent toute ton énergie…et ton argent ! »), le film cache en fait une belle analyse de la parentalité et des moments très touchants. Il va prendre à contre-pied certaines productions bien pensantes décrivant la paternité comme la plus belle chose au monde et l’aboutissement d’une vie. Ici, il est question de s’adapter, d’assimiler un fait accompli. David est père malgré lui. Il doit faire avec et se prend au jeu. Encore plus surprenant, le personnage de Julie est une véritable aberration cinématographique : une femme enceinte qui n’aime pas les enfants ! Rien que pour la scène dans laquelle est explique qu’elle voudrait bien en « kiker » certains, le film prend deux points d’entrée !

Starbuck est au final gorgé de douceur et de tendresse. D’une sincérité évidente, il évoque avec simplicité les relations qui unissent tous ces êtres qui n’ont au final qu’un seul point commun mais non des moindres : leur conception. Il rappelle que nous sommes finalement tous frères à l’origine et que la famille va bien plus loin que nos simples racines.
Dommage que ce soit une erreur administrative qui nous le rappelle…
Before-Sunrise
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Films vus en 2013

il y a 9 ans

41 j'aime

3 commentaires

Starbuck
SanFelice
9
Starbuck

There's a Starbuck waiting in the sky

David est un loser, un vrai, un dur (enfin non : un mou). Il tente de faire pousser des plantes prohibées dans son appartement, il doit de l'argent à des personnes peu fréquentables à qui il vaut...

Lire la critique

il y a 8 ans

49 j'aime

18

Starbuck
MarlBourreau
8
Starbuck

El Masturbator !

David Wosniak est un branleur. Au sens propre comme au figuré. Eternel loser irresponsable, il donnait anonymement du sperme sous le pseudonyme de Starbuck pour se faire un peu d'argent.Sauf que...

Lire la critique

il y a 9 ans

42 j'aime

Starbuck
Before-Sunrise
8
Starbuck

« Ne te reproduis jamais ! »

Sur une idée de base brillante, Starbuck ne scintille pas par une écriture ciselée ou par des personnages d’une grande profondeur. Le film éblouit plutôt par son ambiance, sa grâce et les éclats de...

Lire la critique

il y a 9 ans

41 j'aime

3

Mon voisin Totoro
Before-Sunrise
10

Parce que j'ai 6 ans.

Totoro est sans doute mon Miyazaki préféré (avec Ponyo). Certes, il en a fait des plus classieux (Porco Rosso), des plus fouillés (Chihiro) ou des pleins de messages (Mononoké) mais celui-ci...

Lire la critique

il y a 11 ans

179 j'aime

51

Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain
Before-Sunrise
10

Méli-Mélo

Le film qui m'a fait découvrir les sot-l'y-laisse. Donc 10/10. Bon trève de plaisanterie, je me dois de rédiger une "vraie" critique d'Amélie Poulain. Après l'avoir vu 5 fois, je crois que je m'en...

Lire la critique

il y a 11 ans

168 j'aime

39

Spring Breakers
Before-Sunrise
1

Halt Disney

Le film démarre comme un clip de MTV, avec de la musique merdique et la caméra qui tremble. Il n’y a pas de dialogue, juste des cons qui sautent à moitié à poil en buvant de la bière (yeaah on se...

Lire la critique

il y a 9 ans

159 j'aime

38