« Sur la route de Madison » est une apologie du renoncement. Ce film est généralement apprécié par le public auquel il se destine puisqu’il tend à rendre beau l’ordinaire, à héroïser ce que nous nous interdisons de vivre, ce que nous sacrifions à la grandeur d’une abnégation morale qui serait supérieure à la vie vécue, interprétation confirmée par le fait que les deux amants ne s’autorisent à se retrouver qu’après la mort, comme si cette vie après la mort était la récompense de la vie terrestre. C’est aussi un film sur la permission du péché, mais du péché comme épreuve à dépasser, un péché qui rend plus grand parce que nous avons justement succombé à sa tentation, péché qui est aussi une autorisation temporaire à rêver et condition d’espérer.


D’ailleurs, Francesca et Robert, les deux amants de 4 jours, sont conscients que leur passion ne tire son existence que de son impossibilité même, puisque cela est formulé explicitement par les protagonistes à la fin du film. Cette passion n’est donc qu’une évasion, et n’existe que parce que c’est une évasion.


Francesca est prisonnière d’une vie faite de choix, puisque le fait de choisir implique intrinsèquement le refus de toutes les autres possibilités non choisies. Robert, quant à lui, est une de ces possibilités. Je me suis toujours dit qu’il n’y avait rien de plus facile à séduire qu’une femme mariée, qui finit nécessairement par envier n’importe quel autre destin que le sien. Les circonstances sont donc savamment réunies pour que Francesca ait l’incommensurable courage de tromper son mari (et bafouer ce sur quoi est fondée sa vie).


Jusqu’à la fin du film, j’ai préféré croire, désabusé, que Robert ne l’aimait pas, non qu’il simulât forcément, mais prît plaisir à la séduction, à l’excitation orgueilleuse du fantasme qu’il incarnait, explication d’autant plus plausible que si l’amour de Francesca est cohérent, celui de Robert est tout-à-fait incohérent. L’âge des deux protagonistes compromet déjà beaucoup la naissance d’une telle passion, à moins qu’ils ne soient demeurés toute leur vie dans un état de naïveté pré-adolescente, ce qui finalement se pourrait bien. La durée du séjour parait également un peu courte pour permettre de bien se connaître, surtout au regard des échanges aussi profonds qu’un pot de chambre dont nous sommes les médusés spectateurs (si bien que ne se connaissant pas l’un l’autre c’est davantage de leurs soi-disant rêves respectifs dont ils s’éprennent). La personnalité indépendante de Robert, diamétralement opposée à celle de Francesca, son passé (le fait qu’il ait déjà été marié), ses conceptions libertaires de l’amour en contradiction totale avec cette phrase citée de sa propre bouche : « Ce genre de certitude ne vous est donné qu'une fois, et jamais plus, quel que soit le nombre de vies qu'on traverse », tout contribue à desservir la vraisemblance, raison pour laquelle la seule explication logique restait que lui ne pouvait pas l’aimer.


Je préfère encore croire que Robert, philanthrope ou cynique, a joué la passion par-delà la mort, et sans doute était-ce le cas, si ce n’est la volonté du réalisateur.

Julien_Grolleau
4
Écrit par

Créée

le 15 août 2014

Critique lue 7.5K fois

46 j'aime

10 commentaires

Julien Grolleau

Écrit par

Critique lue 7.5K fois

46
10

D'autres avis sur Sur la route de Madison

Sur la route de Madison
Sergent_Pepper
9

Vers l’unisson.

Un monde parfait avait tenté, après l’âpreté crépusculaire d’Impitoyable, d’insuffler dans le cinéma d’Eastwood la question du sentiment. Dans Sur la route de Madison, nul recours à la filiation ou...

le 29 mars 2015

92 j'aime

8

Sur la route de Madison
Ornithogaleenombelle
9

Critique de Sur la route de Madison par Ornithogale en Ombelle

De mes souvenirs, j'avais attribué un 8. A présent, je lui rajoute un point parce que j'ai eu la chance et le plaisir de voir ce film au cinéma, et en VOSTFR. Ce qui ne fût pas le cas, à sa sortie,...

le 15 juin 2015

72 j'aime

24

Sur la route de Madison
Rawi
8

Raison et Sentiments

D'emblée, il faut que j'avoue que ce film est, avec Breezy, mon préféré du cowboy californien. Oui, je suis une éternelle sentimentale. Je ne les ai pas tous vus mais je peux affirmer que ce sont...

Par

le 20 janv. 2018

57 j'aime

3

Du même critique

Sur la route de Madison
Julien_Grolleau
4

Critique de Sur la route de Madison par Julien Grolleau

« Sur la route de Madison » est une apologie du renoncement. Ce film est généralement apprécié par le public auquel il se destine puisqu’il tend à rendre beau l’ordinaire, à héroïser ce que nous nous...

le 15 août 2014

46 j'aime

10

Douze Hommes en colère
Julien_Grolleau
10

« Je ne sais qu’une chose, c’est que je ne sais rien » Socrate

Modèle de rhétorique, de psychologie et de logique, ce huis-clos jubilatoire m’a révélé une autre dimension du cinéma, s'il en est. Un homme, seul contre tous, va héroïquement, pendant une heure et...

le 16 mars 2014

27 j'aime

4

Daech, naissance d’un État terroriste
Julien_Grolleau
10

Compréhension du djihadisme anti-occidental par un exilé français

L'auteur de cet article n'est disciple d'aucune croyance, qu'elle soit religieuse ou sociale. Il s'agit uniquement pour lui d'exprimer une vérité dépouillée. Il ne dispose pas de connaissances...

le 20 nov. 2015

20 j'aime

29