Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

D'emblée, il faut que j'avoue que ce film est, avec Breezy, mon préféré du cowboy californien. Oui, je suis une éternelle sentimentale.
Je ne les ai pas tous vus mais je peux affirmer que ce sont deux des plus beaux films évoquant le sentiment amoureux. La brute armée fait montre d'une délicatesse et d'une pudeur confondantes. Il transforme le best-seller mièvre et sirupeux de Robert James en chef d'œuvre du cinéma.


Francesca est une femme terne et sans relief particulier, une épouse et une mère dévouée qui devient la sensualité incarnée au contact du regard et du désir d'un homme de passage. Queen Meryl, (suite d'adjectifs pompeux et puant la dithyrambe) tient là l'un de ses plus beaux rôles.
Robert est photographe. Il a l'œil et sait voir. Il a compris quel genre de trésors recélait Francesca sous sa robe de provinciale fatiguée et la passion qui l'habite.
Son appareil lui sert de révélateur. Lui, loup sauvage et solitaire, devient chiot fragile et maladroit.


Quand il entre dans sa vie, à la faveur d'une erreur de chemin, ils n'ont plus ni l'un ni l'autre la fraicheur et l'innocence de la jeunesse. Ils ont vécu, traînent des blessures et une expérience de la vie censées les rendre prudents.
Ce qui prive le spectateur d'étreintes torrides et dénudées, lui offre à la place l'intensité des regards, l'expressivité d'un geste, la (dé)charge érotique d'une main sur l'épaule, la puissance du trouble que provoque la simple présence de l'autre...


Elle est une intellectuelle frustrée, une amoureuse de la beauté cantonnée à une vie cantonnée à une routine campagnarde. Elle fait son devoir sans passion, vivant dans son monde intérieur étranger à sa famille.
"Et dans ce moment-là, tout ce que je croyais vrai sur moi jusque-là disparut. Je me comportais comme une autre femme et pourtant j'étais moi plus que jamais." dit elle après s'être ouverte à Robert. Elle semble l'attendre depuis toujours sans même savoir qu'il existe.


C'est là que l'éphémère prend des accents d'éternité. Le drame qui pèse sur tout le film, à la fois inéluctable et repoussé permet pourtant à cette parenthèse de 4 jours de transformer le reste de leur vie. En faisant ce choix, elle épargne à cet amour la saveur des remords et des regrets.


Le temps reste ainsi suspendu, comme les ponts, et le couple comme le spectateur prend le temps d'observer la nature qui l'entoure et profiter de la présence de l'autre afin de cristalliser à jamais les souvenirs de ces moments uniques.

Créée

le 20 janv. 2018

Critique lue 3.8K fois

57 j'aime

3 commentaires

Rawi

Écrit par

Critique lue 3.8K fois

57
3

D'autres avis sur Sur la route de Madison

Sur la route de Madison
Sergent_Pepper
9

Vers l’unisson.

Un monde parfait avait tenté, après l’âpreté crépusculaire d’Impitoyable, d’insuffler dans le cinéma d’Eastwood la question du sentiment. Dans Sur la route de Madison, nul recours à la filiation ou...

le 29 mars 2015

92 j'aime

8

Sur la route de Madison
Ornithogaleenombelle
9

Critique de Sur la route de Madison par Ornithogale en Ombelle

De mes souvenirs, j'avais attribué un 8. A présent, je lui rajoute un point parce que j'ai eu la chance et le plaisir de voir ce film au cinéma, et en VOSTFR. Ce qui ne fût pas le cas, à sa sortie,...

le 15 juin 2015

72 j'aime

24

Sur la route de Madison
Rawi
8

Raison et Sentiments

D'emblée, il faut que j'avoue que ce film est, avec Breezy, mon préféré du cowboy californien. Oui, je suis une éternelle sentimentale. Je ne les ai pas tous vus mais je peux affirmer que ce sont...

Par

le 20 janv. 2018

57 j'aime

3

Du même critique

Bienvenue à Gattaca
Rawi
10

Critique de Bienvenue à Gattaca par Rawi

Un des meilleurs sinon le meilleur film d'anticipation existant. Scène d'ouverture, une des douches les plus hygiéniques jamais filmées. Des lambeaux de peaux, tombent dans le bac à douche les uns...

Par

le 31 oct. 2012

183 j'aime

23

Le Petit Prince
Rawi
9

Poésie initiatique

Cher Antoine, Quand j'ai fait la connaissance de votre petit Prince, je n'étais qu'une petite fille qui commençait ses découvertes littéraires. Bien sûr qu'à 7 ans, je n'ai pas tout compris. La...

Par

le 26 avr. 2016

129 j'aime

9

Under the Skin
Rawi
8

Poème érotique

Le film s'ouvre sur un oeil, un regard qui se forme, une langue qui se prononce maladroitement. Fond noir ! L'intérêt majeur de cette adaptation est son ACTRICE principale. A la fois très connue,...

Par

le 4 juil. 2014

129 j'aime

33