C’est fou comme ça fait du bien d’avoir un vrai film “vivant”.

Emmanuelle Devos m’agace parfois, mais il faut bien reconnaitre qu’elle est convaincante dans le rôle de la secrétaire effacée et paumée, dont la surdité est à la fois un handicap et un plus puisqu’elle lui permet de lire sur les lèvres (et de donner son titre au film).

Elle est crédible, et le serait sans doute plus si ses paumettes avaient un rouge un peu plus “naturel”, mais c’est vraiment le seul faux pas de son personnage (et aussi par moments on a l’impression qu’elle lit sur les lèvre des gens qui sont de biais par rapport à elle alors que je pensais qu’il fallait être vraiment en face... enfin c’est un détail).
Vincent Cassel nous rappelle combien il peut être un excellent acteur, et on a presque du mal à reconnaitre l’homme-parfum propre et rafiné sous les traits du repris de justice aux cheveux gras, aux traits émaciés et au parler brutal (même s’il nous a déjà fait le coup, ici je le trouve terriblement crédible)

.

La confrontation des deux personnage est belle parce qu’elle est à la fois violente, brute sans pitié, et délicate par moments: pas de rapprochement à pas d’éléphant, mais de petits riens, de petites touches, des silences que le spectateur est libre d’interpréter comme il l’entend. Parfois on a l’impression de comprendre les personnages, et puis soudain, ils semblent indifférents, on les perd, ils ont encore la possibilité de nous surprendre.

Comme de vrais individus dans la vraie vie: ce sont des être autonomes, pas englués dans un scénario qui les cantonnerait à des rôles trop écrits. On les voit évoluer tous les deux, sans savoir où l’on va mais on se laisse porter.

Le film est aussi très bien amené parce qu’il nous propose plus que la confrontation des deux héros: il nous offre un vrai suspens, une traque, et quelques rebondissements sur la fin pour nous tenir en haleine. On peut réécrire la fin au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire et se retrouver encore surpris du dénouement.

La réalisation est quasi parfaite, on plonge vraiment dans les différentes ambiances, on vit avec les personnages, on angoisse pour la petite secrétaire qui est en train de se faire avoir.

On aime ce cinéma qui prend le temps de nous montrer certains regards, de nous laisser nous faire une idée, et qui ne montre pas tout, nous laissant parfois aveugle, ou mal voyant, mal entendant aussi histoire de nous faire approcher le brouillard que peut représenter la surdité de l’héroïne.

Les musiques sont soignées, le rythme du film parfois lent mais plein de vie, c’estréaliste, et on a envie de rester dans cet univers.

bref on déguste chaque moment, et on se rappelle qu’il n’y a que les grands films qui peuvent transmettre autant d’émotions avec efficacité.
iori
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste 2013 et des pellicules

Le 1 mai 2013

22 j'aime

Sur mes lèvres
amarie
8

Critique de Sur mes lèvres par amarie

Je suis sourde ou malentendante, c'est comme vous voulez, mais ça ne veut pas dire que je suis bête, que vous avez le droit de m'ignorer, de vous moquer de moi, je mérite le respect ! Alors...

il y a 9 ans

34 j'aime

6

Sur mes lèvres
Truman-
8

Critique de Sur mes lèvres par Truman-

Jacques Audiard signe ici un polar froid ou l'on suivra une femme malentendante qui engagera pour l'aider dans ses taches de secrétariat un ancien détenu qui veut se réinsérer, une rencontre plus...

il y a 9 ans

24 j'aime

2

Sur mes lèvres
EvyNadler
8

Tu ne vivras point.

Tant de regards se posent sur elle. Des regards compatissants, aussi, mais ceux-là, elle ne les remarque guère. Elle ne voit qu'une masse difforme, prête à bondir sur la moindre occasion, à épier ses...

il y a 7 ans

22 j'aime

3

Adults in the Room
iori
8

La dette qui avait trop de Grèce (ou l’inverse)

Voici un film qui illustre parfaitement une certaine idée du cinéma, celle qui permet à des orfèvres de s’emparer de sujets politiques difficiles, abscons et d’en donner une interprétation qui permet...

il y a 3 ans

29 j'aime

Les Cowboys
iori
8
Les Cowboys

Kelly watch the stars

François Damiens dans un film qui s’intitule “les cowboys”, où il incarne un père de famille fan de country dans les années 90. Voilà une base qui donne envie. Envie de fuir bien loin. Sauf que ça...

il y a 7 ans

23 j'aime

7

Sur mes lèvres
iori
9

Sourd mes lèvres

C’est fou comme ça fait du bien d’avoir un vrai film “vivant”. Emmanuelle Devos m’agace parfois, mais il faut bien reconnaitre qu’elle est convaincante dans le rôle de la secrétaire effacée et...

il y a 9 ans

22 j'aime