👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

The Big Lebowski est une comédie. Enfin, il paraît. Autant le dire d'entrée, ça ne vole pas haut. Le comique tourne autour de la ceinture, et comme les blagues ne sont pas nombreuses, vous les ré-entendrez toutes plusieurs fois.

Le scénario se veut placé sous le signe de l'absurde, ce qui représente essentiellement une excuse pour les réalisateurs pour s'autoriser n'importe quel délire.

En bref : un homme, un homonyme d'un milliardaire est racketté par erreur par des gangsters qui pissent sur son tapis. Très énervé, il va demander réparation et se retrouvé embarqué dans une enquête terriblement *baille* palpitante. En clair, le héros va rebondir de scène aléatoire en scène aléatoire, le tout servant uniquement de conteneur à de l'humour bien gras. Jusqu'à la fin.

Ce film qui se veut à la fois la descendance directe des noirs films et de westerns, qui prétend être une critique verte des guerres menées par les états-unis (l'action du film se déroule en 91, et les références à la guerre du Vietnam sont nombreuses) se retrouve être une belle daube, qui n'arrive pas à faire suffisamment briller son looser de héros pour lui donner de la crédibilité, qui fait honte à ses ancêtres, The Searchers et The Big Sleep, pour ne citer qu'eux. A oublier très vite.

Edit : face aux réactions outrées de défense de ce film culte, je lui enlève encore un point pour en plus avoir fait perdre toute honnêteté intellectuelle à une partie de la société, des gens obligés de prétendre qu'ils aiment ce genre de films pour être acceptés de leurs amis. Les mecs, sérieux. Changez de potes.
C4stor
2
Écrit par

il y a 11 ans

78 j'aime

112 commentaires

The Big Lebowski
Eren
9

La crème de la crème.

Soyez cool. Regardez la gueule du Dude. Avec sa posture tire-au-flanc, son caleçon douteux et ses sandales. Mais derrière son bouc touffu et sa touffe de cheveux, Lebowski est un gros nounours...

Lire la critique

il y a 8 ans

143 j'aime

7

The Big Lebowski
real_folk_blues
8

Coen si dense

Film emblématique du crépuscule de la génération 90's, encore un peu insouciante, encore un peu légère et flottante avant la gueule de bois des années 2000, et malgré quelques petits défauts, The Big...

Lire la critique

il y a 10 ans

123 j'aime

30

The Big Lebowski
Sergent_Pepper
9

Au jeu des bras cassés on se tire la bourre : Chanson de geste

“Sometimes there is a man”, hors des vicissitudes L’œil au risque aguerri, les jambes écartées De diverses boissons la barbe maculée Faites place au champion, l’inénarrable Dude. Chômeur invétéré...

Lire la critique

il y a 7 ans

117 j'aime

12

La Zone du dehors
C4stor
9

Politiquement savoureux

Lorsqu'on s'inscrit en héritier d'œuvres comme Le Meilleur des Mondes et 1984, il faut pouvoir assumer. Alors placer l'action en l'an ...2084, c'est plutôt gonflé. (On pourrait aussi citer un...

Lire la critique

il y a 12 ans

44 j'aime

4

American Psycho
C4stor
5

Bad Trip

American Psycho, une critique incendiaire du mode de vie yuppie, des golden boys cocaïnés de la génération Donald Trump. Ou pas. Oui, le livre choque. L'enchainement des scènes de viol et de...

Lire la critique

il y a 12 ans

25 j'aime

25

Le Démon
C4stor
5
Le Démon

Infinissable.

Oui, j'ai fermé ce livre au milieu. Enfin, un peu après. Au deux tiers à peu près. De toute manière, la fin était grillée d'avance, et je n'avais pas spécialement envie de me taper 150 pages de plus...

Lire la critique

il y a 11 ans

8 j'aime

3