Typiquement le genre de projet que j'aime : une curiosité Européenne où les stars Hollywoodiennes vont, pour l'amour de l'art, offrir un spectacle insolite et mémorable. Sur le papier, The Lobster pourrait bien être le film que mon Top-10 attendait.
Et puis une pénible narration en voix off décrivant scrupuleusement ce qui se passe à l'image, en mode 300, vient vite briser mes espoirs aussi bien que mes couilles.


Je me rends compte que Yorgos Lanthimos cherche à faire du bizarre-pour-le-bizarre, sans avoir fondamentalement réfléchi les règles du jeu de son propre univers. Résultat, on se demande à chaque décision des personnages qu'est-ce qui la motive, hormis la volonté d'un piètre scénariste.


Pourquoi la ville est-elle obnubilée par la vie de couple ? Pourquoi les gens de l'hôtel ne tombent-ils pas instantanément amoureux de Jessica Barden ( la fille qui saigne du nez ) ? Pourquoi les solitaires vont ils en ville se faire passer pour des couples auprès des parents ? Pourquoi les solitaires-qui-tombent-amoureux ne retournent pas tout simplement en ville ? Autant de zones d'ombres, jamais adressées, qui viennent entacher cet insolite conte des temps modernes.


Et, surtout... c'est long.


Deux heures pour raconter si peu. Pour se la raconter en somme. The Lobster est un gros ratage nombriliste de petit branleur, et fonctionne par sa bizarrerie assumée qui fait mouche auprès d'une horde de spectateurs occasionnels à qui l'on a dit que s'ils pigent rien c'est normal : c'est bizarre. Ah OK monsieur alors c'est bizarre, j'y mets une bonne note.
Mais non ! Révoltez-vous, putain ! Ce film est une infecte arnaque ! Ne vous laissez pas dominer par le dictat de la bizarrerie factice ! Allez choper Yorgos, attachez-le et faites le bouillir !


Sinon il recommencera, récompensé qu'il est dans son absence d'effort.

Le 3 novembre 2015

51 j'aime

29 commentaires

The Lobster
Sergent_Pepper
6
The Lobster

Société profasciste des animaux.

The Lobster fait partie de ces films qui font les frissons de l’annonce de la sélection, quelques mois avant le festival de Cannes : un pitch singulier, un casting de rêve prêt à se compromettre, et...

Lire la critique

il y a 6 ans

144 j'aime

16

The Lobster
pphf
4
The Lobster

Homard m'a tuer

Prometteur prologue en plan séquence – avec femme, montagnes, route, voiture à l’arrêt, bruine, pré avec ânes, balai d’essuie-glaces, pare-brise et arme à feu. Puis le passage au noir, un titre...

Lire la critique

il y a 7 ans

137 j'aime

30

The Lobster
JimBo_Lebowski
5
The Lobster

Lapin mécanique

Je partais avec un sentiment assez contrasté avant de voir ce Lobster, à l’image de mon expérience de deux autres films de Lanthimos, enthousiasmé par Canine et rebuté par Alps, le cinéaste grec...

Lire la critique

il y a 6 ans

107 j'aime

7

Super Size Me
mikeopuvty
2

Démonstration par l'absurde.

Super Soy Me : Morgan Spurlock passe deux mois à ne manger que des nouilles sauce soja. Il prend quinze kilos, mais on lui enlève un rein, donc au total seulement 14k850g... King Size Me : Morgan...

Lire la critique

il y a 10 ans

247 j'aime

85

Hercule
mikeopuvty
3
Hercule

HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARGGHHHH !!!!

" SI VOUS VIVEZ A LA FIN DU COMBAT ALORS C'EST GAGNE !! AAAAAAAAAAAAAAAAAAHH !!! " " BUVEZ SOUS PEINE D'AVOIR SOIF !!!! HAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!! " " QUAND NOUS AURONS GRAVI CES MARCHES NOUS...

Lire la critique

il y a 8 ans

221 j'aime

30

Pourquoi j'ai pas mangé mon père
mikeopuvty
1

La Bouse de Jamel

On sait qu'une comédie est embarrassante quand les moments comiques provoquent des soupirs gênés, et les scènes de mystère ou épiques des éclats de rire... Pourquoi j'ai pas mangé mon père est de ces...

Lire la critique

il y a 7 ans

196 j'aime

22