The Neon Demon est un film que j'attendais particulièrement, étant fan du travail du réalisateur danois depuis ses débuts et extrêmement intéressé par le scénario, autant dire que mes attentes étaient plutôt élevées concernant le projet en question. J'avais bien aimé Drive et trouvé Only God Forgives très intéressant malgré un style beaucoup trop poseur, j'ai finalement l'impression, au sortir de The Neon Demon, de me retrouver devant un hybride, un enfant maudit fruit de ses deux précédentes œuvres.


En effet, la chose qui frappe dés les premières secondes, c'est la récurrence d'un style nouveau adopté depuis Drive, à savoir une esthétique parfaite, avec l'arrivée, par le biais d'Only God Forgives, de l'utilisation de couleurs et de lumières vives à grand renfort d'effets sonores et visuels oniriques. De plus, la bande son, pour la troisième fois signée Cliff Martinez, est une véritable tuerie. Certaines séquences de la première moitié m'ont littéralement accroché au siège grâce à l'intensité sonore et visuelle. La première moitié se révèle donc un spectacle son et lumière fascinant et mystérieux, sublimé par une palette de personnages féminins autant magnifiques qu'effrayants.


Seulement, cette première partie est selon moi gâchée par une lenteur exacerbée au début du troisième quart débouchant sur un ralentissement scénaristique et une perte des enjeux principaux. On rentre dans une sorte de rêverie hallucinée semblant sortir tout droit d'une pub pour parfum. C'est beau, mais ça manque de fond, ou du moins c'est trop visible, et c'est le principal reproche que je pouvais faire à Only God Forgives, ce sentiment de vouloir faire de l'abstrait, de l'artistique et une volonté de perdre le spectateur en faveur d'une beauté formelle et non profonde.


Malgré tout, la dernière partie est géniale et la fin, même si elle m'a beaucoup déstabilisé au départ, se révèle finalement très couillue et pleine de sens. The Neon Demon est donc un film inégal mais fascinant, envoûtant, parfois révulsant mais proposant une véritable expérience cinématographique, à découvrir en salles de toute urgence. Cela dit, j'espère y voir là la conclusion de cette trilogie du héros mutique, auto-destructeur et plastique au profit d'un retour aux sources, en termes thématiques et scénaristiques surtout (Pusher et Bronson, c'est vous que je montre du doigt.)


Bref, allez le voir, ça pète la rétine et les oreilles.

Créée

le 21 mai 2016

Critique lue 691 fois

7 j'aime

Audric  Milesi

Écrit par

Critique lue 691 fois

7

D'autres avis sur The Neon Demon

The Neon Demon
Antofisherb
5

Poison Girl

Bon allez, pas d’introduction bien tournée pour cette fois, pour éviter toute confusion et parce qu’on colle des procès d’intention au film pas tout à fait pertinents, je vais commencer par quelques...

le 8 juin 2016

196 j'aime

45

The Neon Demon
Gand-Alf
5

Beauty is Everything.

Le temps d'un plan, j'y ai cru, au point d'en avoir une demie molle. Le temps d'un opening theme fracassant, me renvoyant au temps béni de Blade Runner, et dont les basses me parcourent l'échine avec...

le 20 juin 2016

193 j'aime

6

The Neon Demon
Sergent_Pepper
8

Splendeur et décadence.

La plastique, c’est hypnotique. La bande annonce, le clip, la publicité : autant de formes audiovisuelles à la densité plastique extrême qu’on louera pour leur forme en méprisant le plus souvent...

le 13 juin 2016

149 j'aime

19

Du même critique

Black Mirror : Blanc comme neige
Scorcm83
9

Critique de Black Mirror : Blanc comme neige par Audric Milesi

Cet épisode spécial White Christmas est un cas d'école. Il met en exergue l'importance du comédien au sein d'une oeuvre audiovisuelle. J'en fais peut-être trop, mais en cours de visionnage, c'est ce...

le 20 nov. 2016

8 j'aime

1

L'Anatomie du scénario
Scorcm83
8

Critique de L'Anatomie du scénario par Audric Milesi

Autant je reprocherai à ce livre son aspect dogmatique et le côté très "donneur de leçons" de John Truby, autant je ne peux que constater son utilité pour un jeune auteur qui souhaite...

le 28 nov. 2017

7 j'aime

4

The Neon Demon
Scorcm83
7

Mi-Drive, Mi-OGF, un nouveau style ?

The Neon Demon est un film que j'attendais particulièrement, étant fan du travail du réalisateur danois depuis ses débuts et extrêmement intéressé par le scénario, autant dire que mes attentes...

le 21 mai 2016

7 j'aime