👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Netflix a encore frappé, toujours à la pointe du progrès de l'inclusion et des bisous. Le tout servi dans un saladier de bons sentiments convenus fourrés à la moraline la plus pure.

Le compas moral des SJW non binaires s'identifiant à une machine à café Senseo albinos et cul-de-jatte ne sera pas troublé par cette oeuvre entièrement calibrée par et pour eux.


Le synopsis aurait pu amener à autre chose qu'une bouillie visuelle imbuvable. Un groupe de mercenaires immortels opérant à travers différentes époques et pays.
L'idée plaisante, la mise en oeuvre est une catastrophe intersidérale. C'est tellement mauvais que ça en devient drôle par moments, mention spéciale aux flashbacks Xena la guerrière / Mulan.

Les acteurs surjouent leurs personnages sans jamais y croire une seule seconde, les FX et la mise en scène aux fraises feraient passer Uwe Boll pour James Cameron. La réalisatrice de cet étron filmique serait ce une proche d'olivier Megaton? La question mérite d'être posée tant leurs styles sont semblables.

Ce film coche toutes les cases :


Mono expression faciale d'une Charlize Theron noyée dans son jus de botox


Femmes fortes et indépendantes expertes en armes à feu, troisième dan de moraline et hollywood-foo


Chialeries excessives par overdose d'oestrogènes permanente


Bande son inécoutable calée de manière aléatoire et sans rapport avec l'intrigue du film. Intrigue par ailleurs inexistante


Un vilain tellement cliché, à l'image du film. Monsieur Vilain arborant un regard en biseau à la Dalida. Sans doute un easter egg de la réalisatrice fan de la chanteuse malheureusement disparue au sommet de son art


Des scène d'actions que l' hyperactif inspecteur Derrick ne renierai pas. D'ailleurs le labo de monsieur Vilain se nomme Merrick (Derrick / Merrick) second easter egg saluant la série est allemande palpitante


Le cinéma est mort, Netflix à déterré son cadavre et joue avec sans vraiment savoir quoi en faire. Des bisous.

rewind
1
Écrit par

il y a 2 ans

17 j'aime

4 commentaires

The Old Guard
doc_ki
5

Highlander soporifique

Bonjour et bienvenue dans ma critique de The Old Guard Je ne voulais pas vraiment le mater...un peu sans plus et j'ai vu un article du parisien qui parle d'un film extraordinaire... et c'est la que...

Lire la critique

il y a 2 ans

22 j'aime

5

The Old Guard
rewind
1

Overdose d' oestrogènes

Netflix a encore frappé, toujours à la pointe du progrès de l'inclusion et des bisous. Le tout servi dans un saladier de bons sentiments convenus fourrés à la moraline la plus pure.

Lire la critique

il y a 2 ans

17 j'aime

4

The Old Guard
LeTigre
5

C’est la raison pour laquelle nous redoutons la capture, passer l’éternité dans une cage.

Sans avoir vu le film, ni même la bande-annonce, je savais déjà que ce long-métrage était un projet casse-gueule. Pourquoi ? A cause de la réalisatrice, en regardant un peu son CV (plus ou moins...

Lire la critique

il y a 5 mois

16 j'aime

6

The Walking Dead: World Beyond
rewind
1

Mort de la licence

--SPOILS-- Mise à jour épisode 2 On pensait la licence Walking Dead morte et enterrée. Il n'en est rien la poule aux œufs d'or sera exploitée par delà même sa propre mort. Le citron trop rentable...

Lire la critique

il y a plus d’un an

17 j'aime

6

The Old Guard
rewind
1

Overdose d' oestrogènes

Netflix a encore frappé, toujours à la pointe du progrès de l'inclusion et des bisous. Le tout servi dans un saladier de bons sentiments convenus fourrés à la moraline la plus pure.

Lire la critique

il y a 2 ans

17 j'aime

4

Wonder Woman 1984
rewind
1

Golden saint seiya vs la femme léopard

Nous avons là un pur produit de notre époque aseptisée et consensuelle. Une coquille vide, un contenant sans contenu, de l'antimatière, du grand rien, un trou noir audiovisuel. Le néant sous...

Lire la critique

il y a plus d’un an

14 j'aime