Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Premier film de Hossein Amini, le scénariste de Drive, The two faces of January, est un polar un peu mollasson qui veut reproduire le charme, le ton, les ambiances, les couleurs, des films noirs d’antan.
C’est même le côté plutôt réussi grâce à trois bons acteurs (Viggo Mortensen, Kirsten Dunst, Oscar Isaac) qui portent le film à eux tous seuls. Faut dire que c’est l’histoire classique du trio fatal : le mari, la femme, le troisième larron.
Qui est réellement le mari, un élégant américain, richissime mais en fuite, et qui semble avoir quelques mauvais créanciers aux trousses ?
Qui est vraiment cette femme plus trouble que le simple rôle de blonde hitchcockienne de service qui lui semble dévolu ?
Et quel est ce petit arnaqueur bien attentionné, trop attiré par les charmes de l’une et l’argent de l’autre pour que son aide soit réellement désintéressée ?
Ça démarre plutôt bien avec un engrenage infernal qui met le trio dans une situation inextricable : tout cela a l’air cousu de fil blanc, bien trop convenu et le spectateur se dit qu’on est en train de l’emberlificoter et que derrière les apparences se cache un autre jeu et un autre trio … patience !
Mais non, le film se traîne nonchalamment sous le soleil égéen et la façade trop lisse n’était même pas en trompe-l’œil : on cherche vainement la double face de Janus mais on n’aura droit qu’au double-fond de la valise.
Petit coup d’accélérateur sur la fin car il faudra bien choisir entre la femme et la valise, à moins que comme dans tout bon film noir qui se respecte, ce ne soit finalement ni l’une ni l’autre.
Reste quelques belles images de Crète et surtout le trio de personnages, on l’a dit, aux relations troubles et équivoques, où l’on apprécie particulièrement le jeu entre le vieux riche et le jeune beau gosse … mais n’en disons pas plus pour préserver les rares mystères de ce film qu’on aurait aimé plus sulfureux.
BMR
4
Écrit par

Créée

le 23 juin 2014

Critique lue 1.4K fois

10 j'aime

BMR

Écrit par

Critique lue 1.4K fois

10

D'autres avis sur The Two Faces of January

The Two Faces of January
Philippe_Delaco
6

The Two Faces of January

Un bon film de fin d'après midi d'été. Quand le temps est lent, qu'il est encore trop tôt pour boire un Ouzo, trop tard pour travailler et qu'il fait trop chaud pour se balader. Très classique dans...

le 27 juin 2014

12 j'aime

The Two Faces of January
Frédéric_Perrinot
7

Élégant Thriller

Premier film d'Hossein Amini, scénariste ayant notamment travaillé sur Drive, The Two Faces of January s'impose comme un film dans la pure tradition hitchcockienne sans pour autant atteindre la...

le 8 août 2014

10 j'aime

The Two Faces of January
BMR
4

La femme ou la valise ?

Premier film de Hossein Amini, le scénariste de Drive, The two faces of January, est un polar un peu mollasson qui veut reproduire le charme, le ton, les ambiances, les couleurs, des films noirs...

Par

le 23 juin 2014

10 j'aime

Du même critique

A War
BMR
8

Quelque chose de pourri dans notre royaume du Danemark.

Encore un film de guerre en Afghanistan ? Bof ... Oui, mais c'est un film danois. Ah ? Oui, un film de Tobias Lindholm. Attends, ça me dit quelque chose ... Ah purée, c'est celui de Hijacking ...

Par

le 5 juin 2016

10 j'aime

2

The Two Faces of January
BMR
4

La femme ou la valise ?

Premier film de Hossein Amini, le scénariste de Drive, The two faces of January, est un polar un peu mollasson qui veut reproduire le charme, le ton, les ambiances, les couleurs, des films noirs...

Par

le 23 juin 2014

10 j'aime

Les bottes suédoises
BMR
6

[...] Je ne suis pas hypocondriaque, mais je préfère être tranquille.

C'est évidemment avec un petit pincement au cœur que l'on ouvre le paquet contenant Les bottes suédoises, dernier roman du regretté Henning Mankell disparu fin 2015. C'est par fidélité au suédois et...

Par

le 10 oct. 2016

9 j'aime

1