Pertinent.

Au travers d’une brève tranche de vie humaine, Meadows livre une des mises en images les plus réussies du mouvement Skinhead.

Le générique annonce la couleur. En mêlant fiction et images d’archives, ce film ambitionne une existence dépassant le cadre du divertissement.
Curieusement, la fiction choisie pour illustrer le propos de son réalisateur occupe un espace temporel et dimensionnel restreint. Un choix étonnant de prime abord mais qui vise certainement à renforcer l’immersion du spectateur et son attachement aux protagonistes.

Le film est servi par une distribution de haute volée, le jeune Thomas Turgoose en tête. Parfait dans ce rôle ardu et à l’interprétation périlleuse, il fait taire les mauvaises langues pour qui les enfants n’ont pas leur place au cinéma. Ce petit bout d’homme nous fait passer du rire aux larmes avec une délicatesse peu commune.

Loin des clichés habituels, This is England propose une vision nuancée du mouvement par une étude de ces origines, un retour aux sources indispensable. Nulle justification ou absolution en vue. Une simple remise en place du contexte. Une rapide plongée dans un milieu peuplé de gens, à l’origine, parfaitement banals. Avec leurs forces et leurs faiblesses respectives, leurs personnalités, leurs peurs, leurs amours.

Pas d’élément déclencheur.

Une bête accumulation de ci et de ça. Mélangez, chauffez, attendez quelques mois ou années. Ajoutez un peu d’unité, une once d’appartenance et beaucoup d’amour propre.

Un seul but et non des moindres. Le réalisme.
C’est ce réalisme, accentué par l’incorporation des fameuses images d’archives, qui différencie This is England de ses pairs.
Shane Meadows filme à merveille ses hommes et femmes, avec une touchante simplicité, dans leur quotidien et leurs interrogations.
A l’heure du choix.
Lorsqu’il n’est plus permis d’être passif, lorsque l’imaginaire rejoint la réalité, lorsque le rêveur se réveille, lorsque le garçon devient un homme.
-IgoR-
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

Le 6 avril 2014

50 j'aime

6 commentaires

This is England
-IgoR-
8

Mate moi ce futal

Pertinent. Au travers d’une brève tranche de vie humaine, Meadows livre une des mises en images les plus réussies du mouvement Skinhead. Le générique annonce la couleur. En mêlant fiction et images...

il y a 8 ans

50 j'aime

6

This is England
Shortlegg
9

This is skin head

Il aurait put être de Ken Loach. On aurait pu se dire, "tiens un film social sur le mouvement skin dans sa globalité et pas seulement dans son acceptation la plus évidente celle des néo-nazis." Oui...

il y a 12 ans

26 j'aime

12

This is England
Docteur_Jivago
8

God Shave the Queen

This is England se défait assez vite de certains de ses ainés, à commencer par American History X, montrant que le mouvement Skinhead était, de base, apolitique, et que les bouleversements sociaux de...

il y a 11 mois

23 j'aime

9

Les Lumières de la ville
-IgoR-
10

Big City Lights

Il est facile de réduire ce City Lights à sa bouleversante scène finale. Elle le vaut bien cependant tant elle se fait la synthèse de ce que le cinéma muet a de meilleur. L’absence de parole est...

il y a 8 ans

68 j'aime

13

The Big Lebowski
-IgoR-
9

De temps en temps y a un homme...

Avec ce film, j'ai découvert l’œuvre des frères Coen. Il reste à ce jour l'un de mes favoris. Jeffrey Lebowski (Jeff Bridges), qui se fait humblement appeler "Le Duc", est un fainéant de première...

il y a 9 ans

57 j'aime

13

Les Premiers, les Derniers
-IgoR-
8

Feu ! Chatterton

Un ciel sombre, chargé. Au travers filtre un mince rayon de soleil. Bouli Lanners pose l’esthétique qui habillera son film d’un bout à l’autre. Un poing sur la table. Puis il pose ses personnages. Un...

il y a 6 ans

56 j'aime

25