1h de vide, 30mn d'agonie cancéreuse et 5mn de gore cauchemardesque

Plusieurs jours se sont écoulés depuis ma vision de Twilight 4 mais je ressens toujours l'impérieux besoin de m'inscrire à un groupe d'entraide pour victimes de viol.

Si j'écris une critique de Twilight 4, c'est que je suis plutôt friand de la série, comme tous ceux qui sont allés aussi loin dans la saga, qu'ils se l'avouent ou non. Que ce soit pour ses fulgurances humoristiques involontaires, son auto-dérision, son effarante mièvrerie ou l'originalité de son background vampirique, j'avais passé de bons moments devant la trilogie et j'étais donc raisonnablement impatient de retrouver le torse glabre de Jacob.

J'avais sûrement des attentes trop spécifiques en terme d'ambiance et de ton. La scène d'intro m'avait immédiatement mis en confiance et toutes les scènes rigolotes ou mélodramatiquement poisseuses du mariage ont achevé de me préparer psychologiquement à un spectacle de la trempe des précédents films. Si j'avais su...

Il ne se passait quasiment rien dans Twilight 2 et presque rien dans Twilight 3 mais ce 4ème opus est d'une vacuité hors-norme, avec d'interminables scènes de rien-du-tout où l'action n'avance pas d'un pouce et où on regarde juste les personnages vivre leur vie sans en faire grand chose. On en vient à réaliser que si le film s'arrêtait au bout d'une heure de peloche, on serait bien incapable de raconter ce qui s'y passait ("Bah, y a Bella Edward, et... ils sont dans une maison. Voilà.")

Dès que Bella et Edward se retrouvent sur les lieux de leur lune de miel, quelque chose de substil s'opère, parallèlement à l'ennui sans précédent qui s'installe lentement... Il y a comme un ambiance bizarre, quelque chose d'inquiétant et de malsain. C'est tellement léger que ça venait peut-être de moi... une réaction de défense face à l'ennui profond qu'a suscité cette grosse demi-heure de rien.

[INCOMING SPOILERS]

Bref... pour une raison indéterminée, je me sentais pas très bien, en plus de m'ennuyer comme un rat crevé. Et puis Bella est tombée malade, elle aussi. Enfin, pas vraiment : elle a chopé une maladie sexuellement transmissible et son ventre s'est mis à grossir... vite.

De mortellement ennuyeux, le film est alors devenu glauque et éprouvant : La demi-heure qui suit évoque un reportage sur la douloureuse agonie d'une cancéreuse en phase terminale. Bella devient de plus en plus maigre et névrosée. Incapable de se mouvoir, elle hante sa luxueuse villa comme un spectre décharné et atteint un tel sommet de décrépitude qu'elle devient franchement dérangeante à regarder.

Notons qu'il ne se passait toujours rien et qu'en plus de m'ennuyer, je commençais à me sentir vraiment mal.

Vers 1h30, Bella a des contractions et se brise la colonne vertébrale. J'ai encaissé REC ou Massacre à la Tronçonneuse sans sourciller mais là, j'ai cru que j'allais en cracher ma prostate. La scène est épouvantablement trash mais n'est que le préambule de la pire partie du film : la séquence d'accouchement.

Après "Dream Home" et "A l'intérieur", je pensais être plutôt blindé vis à vis des sévices sur femme enceinte mais le film établit un nouveau record avec une scène en vue subjective affreusement anxiogène, une sonorisation abominable et un montage à l'avenant. Et comme si l'atrocité de la scène échappait même au réalisateur, on bascule un peu plus loin dans l'horreur quand le nouveau-né maculé de sang apparait à l'écran alors que tout dans la réalisation essaye de nous dire que tout va pour le mieux (musique, expression des personnages, etc).
De base, je n'aime pas les scènes d'accouchement, mais j'ai passé celle-là dans un état de crispation assez épouvantable, avec option bras devant les yeux pour essayer de survivre à ces 5 minutes de démence gore en roue libre.

A ce stade, il ne reste plus que 15 minutes de film alors les loups garous attaquent, histoire de respecter un peu le quota d'action. Au final : quelques acrobaties, deux ou trois torgnoles mais c'est vraiment le minimum syndical.
Pendant ce temps, Bella est morte en couche et Jacob est tombé amoureux du bébé (d'une façon chelou, magique et un peu pédophile).

[SPOILERS OFF]


Si vous avez aimé les précédents Twilights, ne regardez surtout pas ce truc. Tout ce qui faisait à mes yeux l'essence de la série (mièvrerie, humour, torse de Jacob, combats de vampires) est passé à la casserole, au profit d'une nouvelle recette à base de rien-du-tout assaisonné de gore et d'agonie maladive.

Je ne peux pas reprocher au truc d'être mal foutu car si c'était l'effet voulu, je l'ai même trouvé fichtrement efficace, mais je ne vois pas ce que ça vient foutre dans la saga Twilight et je suis plus très impatient de voir la seconde partie de ce chapitre 4.
Ezhaac
3
Écrit par

Créée

le 30 août 2012

Modifiée

le 31 août 2012

Critique lue 700 fois

10 j'aime

9 commentaires

Ezhaac

Écrit par

Critique lue 700 fois

10
9

D'autres avis sur Twilight : Chapitre 4 - Révélation, 1ère partie

Twilight : Chapitre 4 - Révélation, 1ère partie
Herma
2

Critique de Twilight : Chapitre 4 - Révélation, 1ère partie par Herma

J'avais gardé un assez bon souvenir des précédents Twilight. Pas au niveau cinématographique, bien sûr, vu que ces films sont au cinéma ce que Les feux de l'amour sont aux séries, mais c'était sympa...

le 23 nov. 2011

15 j'aime

3

Du même critique

Martyrs
Ezhaac
9

Expérience traumatique

Peu de films ont su me retourner comme l'a fait Martyrs. Je vais éluder le débat stérile sur la légitimité du thème de la torture au cinéma et partir du postulat que la vocation première du film...

le 21 juin 2010

85 j'aime

4

Vidocq
Ezhaac
8

Paris gothique en numérique

Le film qu'il vaut mieux ne pas aimer quand on veut briller en société, tant il se traine une réputation usurpée de nanar. Alors c'est le moment de m'empoigner les couilles et de les poser sur ce...

le 16 janv. 2011

65 j'aime

16