Film naturaliste sur le harcèlement scolaire

Un monde traite d’un sujet important, celui du harcèlement scolaire, phénomène désormais bien connu et réalité à laquelle parents et enseignants sont sensibilisés ce qui ne veut pas dire qu’ils savent pour autant comment se situer et traiter le problème quand il se présente. Ce film en est un bon reflet.

L’histoire nous est racontée du point de vue de Nora qui entre en primaire et qui assiste au calvaire de son frère maltraité par ses camarades et humilié. Le désarroi des enfants est bien rendu par les deux jeunes acteurs. Nora ne sait que faire : défendre son frère, parler aux adultes, se taire ? Elle est tiraillée et son comportement évolue jusqu’à renier son frère pour ne pas se faire rejetée à son tour par ces propres camarades de jeux.

Raconté du point de vue de Nora, l’histoire nous est montrée à sa hauteur, la caméra ne la lâche pas que ce soit en angle objectif ou subjectif. Les autres protagonistes sont la plupart du temps décadrés ou hors champs. Choix intéressant mais qui a aussi pour effet d’appauvrir le sujet.

J’ai ressenti aussi comme un manque le fait que rien ne nous soit dit de ce que vivent les deux enfants à la maison. Or là aussi il se passe des choses : des interactions entre les deux enfants qui partagent un secret, qui s’épaulent puis se coupent l’un de l’autre, des interactions avec les parents dont le père finit par apprendre grâce à Nora les problèmes de Nora. L’histoire nous est racontée comme si tout se jouait à l’école.

La réalisatrice aborde l’histoire sous un angle naturaliste ce qui implique d’être crédible de bout en bout. Ce n’est malheureusement pas le cas. Pour ne citer qu’un exemple, il est difficilement croyable que deux enfants puisse mettre un sac plastique sur la tête d’un autre enfant en plein milieu de la cour de récréation sans qu’aucun adulte ne s’en rende compte. D’autant que la scène dure un bon moment et que Nora pousse des cris là au milieu, ça fait beaucoup d’agitation.

Un Monde est un film intéressant par son sujet et qui pose bien le problème des attitudes à adopter en un tel cas. Les relations entre les enfants sont crédibles. Laura Wandel a passé plusieurs mois à observer des cours de récréations avant de réaliser son film.

Créée

le 17 juin 2022

Modifiée

le 24 mai 2022

Critique lue 98 fois

6 j'aime

14 commentaires

abscondita

Écrit par

Critique lue 98 fois

6
14

D'autres avis sur Un monde

Un monde
DoisJeLeVoir
9

Le regard bouleversant de l'enfant sur le harcèlement scolaire

C’est le premier long métrage de Laura Wandel qui avait fait avant le court Les Corps Etrangers. Elle en a aussi écrit le scénario. Un Monde va aborder le thème sensible du harcèlement scolaire...

le 25 janv. 2022

33 j'aime

Un monde
micktaylor78
9

La jungle

Chaque metteur en scène le reconnaîtra volontiers, le monde de l’enfance est sans doute ce qu’il y a de plus dur à filmer. Tout d’abord car diriger de jeunes acteurs est encore aujourd’hui considéré...

le 1 févr. 2022

25 j'aime

10

Un monde
grisbi54
5

Un peu brouillon

Avec Un monde, Laura Wandel n'a pas l'air de vraiment savoir sur quel pied danser. Je peux comprendre que beaucoup de gens aient apprécié, parce que la réalisatrice joue à fond la carte de ...

le 2 févr. 2022

16 j'aime

Du même critique

La Leçon de piano
abscondita
3

Histoire d'un chantage sexuel ...

J’ai du mal à comprendre comment ce film peut être si bien noté et a pu recevoir autant de récompenses ! C’est assez rare, mais dans ce cas précis je me trouve décalée par rapport à la majorité...

le 12 janv. 2021

59 j'aime

22

Le Dictateur
abscondita
10

Critique de Le Dictateur par abscondita

Chaplin a été très vite conscient du danger représenté par Hitler et l’idéologie nazie. Il a été l’un des premiers à tirer la sonnette d’alarme. Il commence à travailler sur le film dès 1937. Durant...

le 23 avr. 2022

33 j'aime

22

Le Comte de Monte-Cristo
abscondita
9

"Je suis le bras armé de la sourde et aveugle fatalité"

Le Comte de Monte Cristo est une histoire intemporelle et universelle qui traverse les âges sans rien perdre de sa force. Cette histoire d’Alexandre Dumas a déjà été portée plusieurs fois à l'écran...

le 30 juin 2024

32 j'aime

7