Quelques femmes, dans l’univers, virevoltent au ralenti, les bras lourds tentent de faire s’envoler le corps par la grâce. Mabel est l’une d’elles.
Personne ne veut danser - les costumes-cravates bien rangés, les autres dames qui ont l’heure. Seul un type ivre, un peu idiot, esquisse quelques pas d’une valse alcoolisée.
Nick, lui, aimerait bien savoir danser, mais c’est un ouvrier italien, la seule grâce qu’il connaisse se trouve dans un plat de spaghetti. Pourtant son amour est aussi beau que son strabisme, et c’est là tout le drame.
Les seuls compagnons de Mabel, ce sont les enfants - les êtres au delà des convenances sociales, mais ils ne comprennent pas ce qu’ils font.
Mabel est reine de sa maison.
C’est toujours la folie des autres qui nous rend fous. Il n’existe aucunement une folie pure, joyau intouché des autres. Un méchant sorcier vient toujours transformer la princesse en cygne. C’est effrayant l’admission courante de la bizarrerie d’une personne car la masse, elle, est uniforme. Ne te trouves-tu pas plus bizarre à ressembler à tant d’autres, milles foules mélangées, où personne ne danse, triste monde.
Les électrochocs (ou toute technique cherchant à annihiler l’unusual) ne tueront pas celle qui joue la mort du cygne.

J’ai cherché une vidéo, pour conclure, avec Mabel qui boude le monde avec son bruit de bouche étrange et son geste de bras désinvolte - celui que Nick lui demande quand il lui dit “be yourself”, imagine-le car je ne l’ai pas trouvé.
slowpress
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Statistiques 2014 - Films., A la suite du top 10, Figures du féminin et Débordements

Le 8 août 2014

47 j'aime

8 commentaires

Une femme sous influence
Rawi
10

The lady in blue...

Pour tout dire et en guise d'introduction, il me faut préciser que ce film m'habite depuis quelques années et qu'il me fait beaucoup réfléchir sur la féminité, le couple et des tas d'autres choses à...

Lire la critique

il y a 7 ans

67 j'aime

15

Une femme sous influence
obben
9

Desperate housewife

De Cassavetes, je n'avais vu que Shadows et Faces, deux films qui, s'ils étaient notables pour leur vivacité et leur authenticité, m'avaient tout de même perdu en route par leur côté bordélique (en...

Lire la critique

il y a 9 ans

63 j'aime

10

Une femme sous influence
Pravda
10

"Mabel n'est pas folle, elle est différente !"

Il m’apparaît extrêmement difficile d’écrire une critique constructive ou objective sur ce film, encore plus « à chaud » comme on dit, tant j’ai surtout envie d’en livrer mon ressenti. Un fort...

Lire la critique

il y a 9 ans

53 j'aime

7

Carrie au bal du diable
slowpress
10

If you want some terror, take Carrie to the prom

Ceux qui me suivent depuis un moment savent que je m'intéresse de près à la figure de la femme dans les films d'horreur : le genre dans le genre comme dirait Superjèr. (Ceux qui ne le savent pas le...

Lire la critique

il y a 8 ans

54 j'aime

12

Terminator 2 - Le Jugement dernier
slowpress
9

Une nounou d'enfer

Déjà, Terminator premier du nom était sexy avec ses lumières bleues et son synthétiseur. Je m'étonnais moi-même de ne pas cracher sur Schwarzy et je fondais comme une petite fille devant Sarah...

Lire la critique

il y a 8 ans

49 j'aime

7

Une femme sous influence
slowpress
10

La mort du cygne

Quelques femmes, dans l’univers, virevoltent au ralenti, les bras lourds tentent de faire s’envoler le corps par la grâce. Mabel est l’une d’elles. Personne ne veut danser - les costumes-cravates...

Lire la critique

il y a 8 ans

47 j'aime

8