Faire du typique dans l’atypique ou méthode pour plaire

Thriller aussi célèbre que passionnant, The Usual Suspects est le genre de film qui vous prend pour ne pas vous lâcher. Le genre de film que l’on pourrait conseiller à tout le monde, quels que soient ses goûts; enfin mis à part quelques grincheux cinéphiles misanthropes et quelques dames un peu trop sensible à la présence d’armes. Et ce parce que The Usual Suspects n’est pas polémique, c’est le genre de thriller ultra-classique, ni violent, ni satirique. Est-ce un blockbuster ? Oui, non, on ne sait pas. Cela dépend ce que l’on entend par blockbuster. Pas de star interplanétaire, pas de budget rocambolesque mais The Usual Suspects est un film programmé pour avoir du succès. Il n’est pas filmé par désir de faire de l’art. On ne prend aucun risque, on s’assure de pouvoir retrouver les fonds investis. Et pourtant le spectateur trouve ce film génial. La fin ? Oui mais pas seulement.

Le film doit beaucoup à sa narration non linéaire qui, sans être très originale, participe de manière très importante à l’intérêt porté au film dès son début par le spectateur. Là où beaucoup nous perdent (la Taupe en est un exemple récent), The Usual Suspects, grâce à un schéma de narration en réalité assez simple, arrive à conserver pleinement notre attention. Et puis on se sent intelligent, et l’égo du spectateur est flatté.

The Usual Suspects et ses cinq personnages principaux, parfaitement introduit, arrive pleinement à créer le mythe de Keiser Söze parfaitement nécessaire à la réussite du film. Et on y croit. Keiser Söze est parfaitement typique dans sa manière d’être fascinant. Il n’a, comme l’ensemble du film, rien de réellement original bien qu’il prétend l’être. Il EST le diable, il sait tout, il est imbattable. Mais il fascine surtout par le mythe qu’il a réussi à créer autour de lui (l’histoire des hongrois en est une illustration). On ne croit pas à son existence mais on en a peur quand même.

[spoil]Venons-en à ce que vous attendez tous : la fin du film. Bon je préviens je vais spoiler donc si vous n’avez pas encore vu le film, sautez ce paragraphe. On doit lui reconnaître un mérite : elle est magnifiquement orchestrée avec ce double retournement. Le spectateur est berné comme le policier mais il trouve Verbal alias Keizer Söze tellement génial qu’il lui pardonne sa fuite. Mais personnellement, un seul retournement m’aurait suffit. Pour la bonne et simple raison que j’étais convaincu que Verbal était Keizer Söze depuis la moitié du film (tellement classique comme coup, personnellement ça m’a sauté aux yeux ; je sais je suis trop fort), la fin ne m’a été aucunement surprenante. Le premier retournement aurait largement suffi.[\spoil]

The Usual Suspects, malgré ses quelques défauts, est un excellent thriller. Le genre d’œuvre parfaite si vous avez envie de passer un bon moment devant un bon film sans rechercher une esthétique magnifique ou l’œuvre qui changera votre vie.

Créée

le 19 juil. 2012

Modifiée

le 20 juil. 2012

Critique lue 1.6K fois

21 j'aime

15 commentaires

Thomas_Dekker

Écrit par

Critique lue 1.6K fois

21
15

D'autres avis sur Usual Suspects

Usual Suspects
Hypérion
6

You sure you brought enough guys?

S'attaquer à un film culte ayant façonné moult productions ultérieures avec une distance de 18 ans, c'est s'exposer à la déception et au syndrome bien embêtant du "j'ai déjà vu ça avant". C'est...

le 1 juil. 2013

109 j'aime

9

Usual Suspects
Docteur_Jivago
9

Beat the Devil

Mais qui est donc Keyser Söze ? Que fait-il ? Comment est-il ? Existe-t-il vraiment d'ailleurs ? En tout cas, rien que son nom est effrayant... Tout commence lorsque cinq malfrats différents se...

le 19 mai 2016

78 j'aime

7

Usual Suspects
Chep-mirandol
4

Surcôté et ennuyeux

Est-ce possible d'être à ce point déçu par un film considéré comme un chef d'oeuvre et dont le classement dans le top 111 SC suffit à lui seul à insérer le dvd dans le lecteur les yeux fermés? Je me...

le 2 avr. 2013

75 j'aime

19

Du même critique

In the Court of the Crimson King
Thomas_Dekker
9

Confusion will be my epitaph.

Magnifique. Sans doute le meilleur album de progressif jamais créé (si l'on met Pink Floyd à part bien entendu). L'album est juste une définition de ce qu'est le progressif ; un album concept symbole...

le 4 mai 2012

46 j'aime

9

2001 : L'Odyssée de l'espace
Thomas_Dekker
5

Kubrick ou le talent de faire croire à son génie à travers une oeuvre nébuleuse et insignifiante.

"2001 : l'odyssée de l'espace, on l'aime ou on le déteste." C'est complètement faux. Il existe un relativisme très fort concernant ce film qui fait que le nombre de 5/6/7 est important sur...

le 24 juil. 2012

44 j'aime

30

La Haine
Thomas_Dekker
3

La haine, c'est comme la banlieue : un cauchemar

Kassovitz s’aime. Il veut être génial et il se croit génial. Le problème c’est qu’il ne l’est pas. Chacun de ces plans est supposé étaler tout son génie. La haine est un navet, je le clame haut et...

le 16 nov. 2012

41 j'aime

47