Peter DOUROUNTZIS signe un premier long métrage d'une maîtrise formelle dingue, et s'offre le luxe grâce à un postulat et un point de vue sur son récit respecté de bout en bout du film, de laisser son spectateur dans un désagréable sentiment de culpabilité et de gène.


On suit les pérégrinations à Paris où il vient de débarquer sans travail, sans économies, sans point de chute, de Djé, dont très vite la nature parfaitement amorale et mauvaise nous est révélée, et pourtant en le suivant littéralement nous ressentons une forme d'empathie pour cet être toxique, dangereux, mais doté d'un magnétisme rare et d'un charme assumé et entendu. Le postulat scénique qui consiste à faire se dérouler les meurtres en hors-champ concoure lui aussi à créer en nous cette sensation de dualité dans nos ressentis, à la fois épouvante par ses agissements et son absence de réaction humaine, à la fois fascinés par son magnétisme animal.


Description brute du mâle dominant à la fois ordinaire et ici jusqu'au boutiste. Vaurien remodèle les codes du film de tueur en adoptant systématiquement le point de vue du bourreau. Les poncifs du genre sont balayés avec le culot d'un primo-réalisateur et l'essai est en plus concluant.


Pour tout vous avouer je n'aurais pas acheté ce film si le label "Cannes 2020" n'avait pas influé mon choix d'achat, mais franchement grosse claque, grosse surprise, à conseiller vivement.

Spectateur-Lambda
7

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Ma collection personnelle par ordre chronologique et Les meilleurs films de 2020

Créée

le 31 oct. 2022

Critique lue 18 fois

1 j'aime

Critique lue 18 fois

1

D'autres avis sur Vaurien

Vaurien
Fleming
6

D'un naturel et réalisme impressionnants

C'est un premier film et je l'ai trouvé réussi. J'ai été pris par le sujet, l'histoire, le climat. Pierre Deladonchamp est excellent dans le rôle du psychopathe. Et Ophélie Bau est charmante et...

le 31 oct. 2022

9 j'aime

Vaurien
Ismael24
8

Dans le sillage d'Hanecke

Dérangeant ? Sans aucun doute. Malsain ? Peut-être. Immoral ? Je ne sais pas. Ce qui est certain c’est que le premier film de de Peter Dourountzis frappe fort dans un registre de surcroît assez...

le 11 juin 2021

7 j'aime

Vaurien
Pout
7

Robin déboires

Vaurien est la contraction de « valoir » et « rien ». Cette révélation, aussi inattendue soit-elle (ne me remerciez pas!), est à la langue française ce que l’empathie est au spectateur de cinéma, à...

Par

le 16 déc. 2020

6 j'aime

Du même critique

As Bestas
Spectateur-Lambda
8

Critique de As Bestas par Spectateur-Lambda

Rodrigo SOROGOYEN m'avait déjà fortement impressionné avec ses deux premiers longs métrages Que Dios nos perdone (2016) et El Reino (2017) et les échos que j'ai eu du précédent sorti avant celui-ci...

le 2 mai 2023

7 j'aime

2

La Mouche
Spectateur-Lambda
8

Critique de La Mouche par Spectateur-Lambda

Retrouver la société de production de Mel BROOKS au générique de ce film n'est pas si étonnant quand on se souvient que le roi de la parodie américain avait déjà produit Elephant Man (1980).Un autre...

le 3 oct. 2022

7 j'aime

4

Le Règne animal
Spectateur-Lambda
8

Critique de Le Règne animal par Spectateur-Lambda

C'est compliqué le cinéma de genre en France ! C'est compliqué parce que l'industrie rechigne à financer ce cinéma. C'est compliqué parce qu'il souffre, à tort, de la comparaison avec les mastodontes...

le 9 oct. 2023

5 j'aime