Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Dès fois on y pense. Dès fois on se dit qu’on pourrait tout lâcher comme ça, tout balancer, et puis se barrer au loin et vivre quelque chose d’autre, quelque chose de fou, d’extraordinaire, pour se (re)trouver enfin. Cheryl Strayed l’a fait. Elle l’a fait et a écrit un bouquin sur son aventure, adaptée aujourd’hui par Jean-Marc Vallée (à la mise en scène) et le romancier Nick Hornby (au scénario). Déchirée par la drogue, abattue par son divorce et la mort de sa mère, Cheryl, sans la moindre préparation, est partie à l’assaut du Pacific Crest Trail, chemin de randonnée long de 4 240 km (Cheryl en parcourra 1 700) reliant la frontière mexicaine à la frontière canadienne.

Un incroyable voyage à travers les cimes de l’ouest américain pour conjurer ses démons, braver ses peurs et tenter de redonner un sens à sa vie. Une sorte de renaissance, une catharsis sauvage à coups d’ampoules à vif et de paysages grandioses où il faut affronter la chaleur, le froid, la pluie, la faune, le manque d’eau et de confort, la fatigue et les blessures, et surtout affronter la solitude. S’affronter soi-même… Reese Witherspoon, sobre et investie, se donne à fond dans ce rôle pain bénit combinant performance physique et émotions vibrantes. Les images sont évidemment magnifiques, sublimant la splendeur farouche et naturelle des grands parcs nationaux traversés.

Dommage pourtant que la valse des souvenirs, résurgences en vrac de l’enfance, de l’adolescence, de l’existence ensuite, soit un peu trop systématique et parfois malhabile, tapageuse dans ses effets (sans parler de cet affreux renard en image de synthèse). Même chose pour ce laïus final en mode béat sur le "pont des Dieux" (séparant l’Oregon et l’État de Washington) qui sursignifie le message, pourtant limpide, du film (pouvoir se dépasser pour se reconstruire). Wild est plus convaincant quand il montre et dit sans trucs ni artifices, et quelquefois même avec humour : un sac à dos trop lourd à mettre sur ses épaules, une rencontre, à demi-mots, avec une autre randonneuse face au soleil couchant, un enfant qui chante dans la forêt, les caresses d’un homme… Moments simples, touchants, consacrant avec humilité une belle aventure humaine qui donnerait presque envie. Envie de partir, de se barrer au loin...
mymp
7
Écrit par

Créée

le 13 janv. 2015

Critique lue 707 fois

9 j'aime

mymp

Écrit par

Critique lue 707 fois

9

D'autres avis sur Wild

Wild
eloch
6

"Ta seule ennemie, c'est toi"

Quand Black Swan est sorti au cinéma, l’hebdomadaire Télérama s’était posé cette question en Une : « Danser est-ce souffrir ? ». Pour Wild, c’est autre chose, il s’agit de vivre. Pour se remettre à...

le 16 janv. 2015

33 j'aime

5

Wild
JimBo_Lebowski
3

Vallée mieux rester chez soi

Quoi de mieux que de partir sur les routes pour oublier son chagrin ? Faire table rase du passé et marcher, s’arrêter, lire, penser, faire de nouvelles rencontres, c’est cool, mais en ce qui concerne...

le 21 janv. 2015

30 j'aime

17

Wild
Gand-Alf
8

La jungle de mon deuil.

De par son titre, son sujet, ses paysages sauvages et son affiche invitant à prendre la route sans attendre, le nouveau film de Jean-Marc Vallée rappelait dangereusement le magnifique Into the Wild...

le 15 janv. 2016

30 j'aime

2

Du même critique

Gravity
mymp
4

En quête d'(h)auteur

Un jour c’est promis, j’arrêterai de me faire avoir par ces films ultra attendus qui vous promettent du rêve pour finalement vous ramener plus bas que terre. Il ne s’agit pas ici de nier ou de...

Par

le 19 oct. 2013

180 j'aime

43

Killers of the Flower Moon
mymp
4

Osage, ô désespoir

Un livre d’abord. Un best-seller même. Celui de David Grann (La note américaine) qui, au fil de plus de 400 pages, revient sur les assassinats de masse perpétrés contre les Indiens Osages au début...

Par

le 23 oct. 2023

173 j'aime

15

Seul sur Mars
mymp
5

Mars arnacks!

En fait, tu croyais Matt Damon perdu sur une planète inconnue au milieu d’un trou noir (Interstellar) avec Sandra Bullock qui hyperventile et lui chante des berceuses, la conne. Mais non, t’as tout...

Par

le 11 oct. 2015

161 j'aime

25