Y aura t-il de la neige à Noël ? par Claire Magenta

Prix Louis Delluc 1996, le premier film de Sandrine Veysset, Y'aura t'il de la neige à Noël ?, fit figure d'OFNI lors de sa sortie en décembre de la même année. Produit par Humbert Balsan, ce long métrage dépasse le simple cadre de la chronique rurale durant les années 70. Du quotidien d'une famille d'agriculteurs maraîchers dans le Sud de la France, inspiré par les souvenirs de jeunesse de la réalisatrice, Y'aura t'il s'en écarte à dessein pour mieux plonger dans l'univers du conte à travers le portait, au fil des saisons, de cette mère et de ses sept enfants. Atypique, rare, le film a bénéficié d'une nouvelle restauration 4K supervisée et approuvée par Sandrine Veysset.


Dans une ferme provençale, une mère (Dominique Reymond) élève ses sept enfants en dépit d'un travail dur et d'une vie rude. Au mieux absent quand il n'est pas avec sa seconde et légitime famille, le père (Daniel Duval), patriarche à l'ancienne, autoritaire et violent, y fait régner une discipline de fer. Rythmé au gré des saisons et du travail de la terre, le quotidien de la famille n'a pour seule issue que l'amour protecteur et dévoué de cette mère courage, avant qu'un événement tragique ne laisse place au désenchantement...


Filmé dans des conditions proches du documentaire, cette fiction semi-autobiographique s'impose d'elle-même comme un œuvre forte, tant par ces choix formelles affirmés que par son histoire empreinte d'une ruralité brute. Faisant preuve d'une véritable compassion et d'une tendresse pour ses personnages, Sandrine Veysset dresse le portrait d'une vie agricole, certes ingrate, mais émaillée de scènes de vie de famille, tout à tour intimistes et bouleversantes, quand celles-ci ne s'assombrissent pas l'ombre de cet ogre paternel envahissant et tyrannique.


Tourné en 16 mm, la beauté de Y'aura t'il de la neige à Noël ? réside dans son apparente simplicité. Réaliste, vierge d'une quelconque influence formelle cinématographique, la photographie du film puise sa source dans les souvenirs de la réalisatrice et de ses photos de familles, celle-ci se rapprochant au départ du rouge et du jaune, caractéristiques des photographies surexposées estivales. Puis, les couleurs s'éteignent à mesure, donnant à l'image un effet délavé évoquant autant le passage à l'automne que les désillusions prochaines.


Porté par un casting proche de la perfection, du couple aux enfants d'un naturel confondant, ce premier long métrage esquive avec justesse tout pathos ou mélo. Dans son rôle de mère digne, attaché à cet homme qu'elle a aimé, Dominique Reymond offre une interprétation saisissante, en parfait échange avec un Daniel Duval tout autant séducteur que méprisable.


En aparté, le DVD offre deux suppléments appréciables: le premier intitulé Tout en liberté, où Sandrine Veysset et la chef-opératrice Hélène Louvart évoquent le tournage, le second Terre-Mère-Amour, où Dominique Reymond se remémore ses premiers pas de comédienne au cinéma.


Un classique.


http://www.therockyhorrorcriticshow.com/2015/12/cronico-ritretto-yaura-til-de-la-neige.html

KevinGosse
8
Écrit par

Le 19 décembre 2015

11 j'aime

1 commentaire

Y aura t-il de la neige à Noël ?
RAINDOGS
10

Critique de Y aura t-il de la neige à Noël ? par RAINDOGS

Film bouleversant et d'une justesse infini. Pas de pathos, pas de mélo larmoyant, pas de musique pour appuyé la où ça pleure... Comme chantait Mano Solo, "dans la vie ce qui compte c'est pas l'issue...

il y a 12 ans

9 j'aime

1

Y aura t-il de la neige à Noël ?
Morrinson
6

Conte d'hiver maternel à la campagne

C'est un film qui donne l'impression de sortir de nulle-part, une fiction semi-autobiographique de Sandrine Veysset ancrée dans le quotidien rural d'une exploitation maraîchère. Y aura-t-il de la...

il y a 2 ans

7 j'aime

Y aura t-il de la neige à Noël ?
13cindy13
7

La tristesse

Sélection du mois de la cinetek. Film poignant, une femme tombe amoureuse d'un homme, cet homme, un agriculteur, est marié, père de famille, il installe sa deuxième femme dans une vieille baraque...

il y a plus d’un an

2 j'aime

Glassworks
KevinGosse
10
Glassworks

Critique de Glassworks par Claire Magenta

Dans la série : lançons une réflexion faussement pertinente, peut-on décemment rendre son "art" plus populaire sans compromission ? Et dans le cas qui nous intéresse, comment présenter sa musique à...

il y a 8 ans

15 j'aime

2

Malevil
KevinGosse
8
Malevil

Critique de Malevil par Claire Magenta

Paru en 1972 le roman d'anticipation Malevil de Robert Merle eut droit à une adaptation au cinéma une dizaine d'années plus tard... "inspiré librement" toutefois comme l'indique l'affiche et le...

il y a 9 ans

15 j'aime

Sextant
KevinGosse
9
Sextant

Critique de Sextant par Claire Magenta

La règle générale voudrait qu'un artiste nouvellement signé sur un label, une major qui plus est, n'enregistre pas en guise de premier disque contractuel son album le plus expérimental. C'est...

il y a 8 ans

13 j'aime