👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

filmdeouf

Allemagne | 35 ans

« Il n'existe pas plus de valeur en soi d'une œuvre qu'il n'existe de concurrence loyale ou d'égalité des chances. Il n'y a pas de valeurs, il y a des valorisations, l'écart de légitimité entre elles ordonnant le jeu complexe des distinctions. La pratique de l'art est fatalement distinctive, et un esthète est tout autant sensible à l'art qu'aux codes de sa réception. Contexte éducatif aidant, j'ai su tôt que je me valorisais davantage en valorisant Antonioni plutôt que Leconte, les Pixies plutôt qu'Indochine, Flaubert plutôt que Troyat. Et, trente ans après, goûts affutés ou non, rien n'a vraiment changé : une œuvre que j'aime, je m'aime l'aimant. Elle me plaît parce que je me plais devant elle. Je plais à moi. Je m'aime bien. Je me trouve beau l'examinant, la parcourant, la commentant. Je me trouve beau à côté de Nabokov. Nabokov me valorise. Didier Super augmente mon capital anarchie. Entre ta vie esthétique et la mienne, pas de différence qualitative. Il y a juste que je ne me plais pas devant les mêmes œuvres que toi. Je ne m'aime pas pareil que tu ne t'aimes. » François Bégaudeau in Histoire de ta bêtise chez les éditions Pauvert.

4205

Total

3344

Films

370

BD

258

Livres

104

Séries

60

Albums

52

Morceaux

17

Jeux vidéo

Pas si méchant que ça
filmdeouf
8

Bonnie et Clyde bien de chez nous !

Il y a dans cette histoire banale sur le papier un petit quelque chose d'assez difficilement définissable, mais qu'on ne trouve pas ailleurs. D'abord, les acteurs. On est en 1974 et ça ne fait que 4...

Lire la critique

il y a 11 mois

1 j'aime

Phantom of the Paradise
filmdeouf
10

Préfiguration des années fric

J'ai mis du temps à apprécier Phantom of the paradise. Je l'avais vu jeune adolescent et je ne l'avais pas du tout compris, à une époque où je préférais Terminator au Nouvel Hollywood. Mais petit à...

Lire la critique

il y a 2 ans

7 j'aime

6

Le Château d'Otrante
filmdeouf
3

Du « romantisme noir » ni romantique ni noir

Horace Walpole, un député britannique qui s’intéressait plus aux voyages en Europe et à se construire un château à Strawberry Hill qu’à la politique, est reconnu comme l’auteur du premier roman...

Lire la critique

il y a 2 ans