Odyssée principale finie en 102 heures de partie, sans DLC, Level 47 avec Kassandra


Commençons par les 3 principaux défauts:
1) l'IA en mode télétubbies fait mal à l'immersion. Genre je tue un soldat, je camoufle le corps dans les buissons MAIS le bouclier et une grosse flaque de sang restent sur la place de mon méfait. Pas de panique, la sentinelle faisant office de relève stationnera sur le bouclier et le sang par terre comme si rien n'était arrivé. Il s'agit quand même de militaires, voire de gradés professionnels. Ca la fout mal un tel laxisme face à des détails qui sautent aux yeux. Pour la next-gen, il faut qu'Ubisoft prennent les devants sur ce défaut récurrent de bons nombres de AAA contenant des phases d'infiltration.
2) Le loot pour crafter les équipements légendaires est lourd et abusif. Ah il en faut du bois, du métal et autres peaux pour avoir des stats' costauds. Des équipements épiques moins puissants seront plus rapides pour l'évolution avec beaucoup moins de ressources pour un résultat en combat très satisfaisant. Il ne faut pas aussi oublier le navire, de plus en plus gourmand lui aussi à chaque nouveau palier franchi.
3) Le bestiaire s'adapte au niveau de votre personnage et ça, ben non, non et NON! Le sentiment de puissance n'est jamais ressenti. Genre je choppe une armure de demi-dieu d'un membre du Kosmos, mes stats montent en flêche mais trois malheureux félins vont arriver à inquiéter ma jauge de vie. Merde quoi! Je suis level 45 avec une superbe armure et du bestiaire de base peut encore s'avérer dangereux malgré le fait que je puisse les tuer en un coup.
Maintenant que j'ai vidé mon sac sur les points noirs, passons aux qualités et elles sont nombreuses. Déjà, l'open-world: l'un des plus grands, détaillé et magnifique du marché. Les villes, villages et espaces naturels fourmillent de vies, de détails et on ne ressent pas trop le copier-coller des architectures des quartiers. On stationnera souvent à contempler les vastes horizons pour abuser du mode photo. Il est d'ailleurs sympa de profiter en ligne des captures imagés d'autres joueurs. Les 2 héros, Alexios et Kassandra sont chouettes même si je conseille de vivre l'aventure avec Kassandra. Je trouve que la sensibilité féminine se prête mieux à cette quête de reconstruction familiale, à condition bien sur d'opter pour cette voie là. Rien à redire sur la narration et le doublage qui sont au top. Certaines quêtes annexes scénarisées comme "les contes perdus de Grèce" peuvent révéler de belles surprises. Par exemple celle intitulée "Une très, très mauvaise journée" est une belle compilation d'humour noir rappelant celui de The Witcher III. Ah! Nous y voilà à l'inévitable comparaison: il est évident qu'Ubi est allé puiser dans le chef-d'oeuvre de CD Projeck. Alexios ressemble à Geralt en plus jeune, la carte est remplie de points d'interrogation signalant un lieu à découvrir. Que dire que la quête principale où le héros (ou héroïne) cherche à se rebâtir une famille avec des personnages aux caractères disons... bien trempés pour ne pas spoiler. Ca fonctionne très bien et certaines scènes font plaisir à voir malgré une puissance émotionnelle en déça du monument Wild Hunt:


les retrouvailles d'Alexios/Kassandra avec sa mère, aussi touchantes soient-elles n'égalent pas celle de Géralt avec Ciri sur la fameuse île des brumes.


La tragédie répond aussi présente:


décidément, les jeunes filles prennent cher dans les RPG que j'ai fait dernièrement. Mais contrairement à DQ XI avec Veronica, sauver la petite Phoïbé est impossible ici.


La multiplication des camps, forts militaires ne m'a pas gêné outre mesure, malgré le fait de reconnaitre la répétitivité facile choisie par Ubi pour remplir sa Grèce antique . Le principe des mercenaires traquant votre avatar laisse à peine le temps de respirer: ils sont forts, vous trouvent facilement et très vite même. Se balader dans une région avec une jauge "mercenaires" remplie à bloc devient un vrai calvaire: ils vous tombent dessus à trois ou quatre et bon courage pour avoir le dessus. Avec sa richesse impressionnante et son suivi de qualité, AC Odyssey est une masterpiece devant laquelle il est facile de succomber. J'aurai pu y rester davantage (100 h de plus est possible vu le contenu+ les DLC) mais j'ai découvert ces derniers temps que les open-worlds moyenâgeux me bottent moins qu'avant, préférant plutôt des univers plus contemporains comme Marvel's Spider-man, GR Wildlands et même Final Fantasy XV.

Article illustré sur le blog.

Flikvictor
9
Écrit par

Le 10 juillet 2019

5 j'aime

3 commentaires

Assassin's Creed Odyssey
boulingrin87
4

Sublime médiocrité

Un jeu sur lequel on passe beaucoup de temps peut-il être mauvais ? Ce n'est pas le premier, mais Assassin's Creed Odyssey me dit que oui. Peut-être parce qu'il n'y a rien de plus rassurant que de...

il y a 4 ans

67 j'aime

11

Assassin's Creed Odyssey
-Alive-
3

L’aventure avec un grand U

Ah bah ça alors ! Ce RPG de dingue ! T’es là, en Grèce antique, tu peux parler avec le moindre pnj et faire ton petit commerce, gérer une véritable carrière d’assassin dans laquelle chaque contrat...

il y a 4 ans

54 j'aime

22

Assassin's Creed Odyssey
Rineko
8

L'Odyssée des Choix

Nous nous retrouvons donc aujourd'hui pour parler d'Assassin's Creed Odyssey, petit frère de Origins, arrivé quelques mois plus tôt. Cette proximité a fait beaucoup parlé d'elle, mais cela s'explique...

il y a 4 ans

40 j'aime

27

Lightning Returns: Final Fantasy XIII
Flikvictor
9

Rose d'adieu.

Un bijou de gameplay au point que je peux enfin pousser la note jusqu'à 9 sur un projet estampillé "Fabula-j'ai-eu-les-yeux-plus-gros-que-le-ventre". Parlons-en justement de cette mythologie: à...

il y a 8 ans

25 j'aime

8

The Amazing Spider-Man - Le Destin d'un héros
Flikvictor
8

Une toile maitrisée, ou presque!

Mettre Gwen Stacy et le Bouffon vert dans le même film, ça suscite forcément une grande curiosité surtout lorsqu'on sait comment se passe la rencontre entre ces 2 personnages dans le comics d'origine...

il y a 9 ans

18 j'aime

3

Goldorak
Flikvictor
9
Goldorak

Accours vers nous, épisode 75.

Cinq français ont osé l'impossible : scénariser un vrai épilogue sur l'animé pionnier de la popularité de la japanim' en France, le fameux Goldorak de Go Nagai. Lorsque le prince d'Euphor a débarqué...

il y a plus d’un an

14 j'aime