Avis sur

BioShock Infinite sur Xbox 360 par Dr Karlsov ♪

Avatar Dr Karlsov ♪
Test publié par le
Version Xbox 360

Bioshock Infinite, on peut dire qu'il était attendu par la communauté de joueurs, mais au final que vaut-il?

Je vais tout d'abord parler du contenu de l'édition limitée que j'ai pu obtenir ce lundi 25 mars, en précommande et pour une somme carrément dérisoire, ce qui me convenait parfaitement.

L'édition limitée contient moultes goodies et accessoires, je voulais procèder à un Unboxing, mais je pense que 20.000 personnes le feront à ma place. Je vais tout de même résumer ce que contient ce petit coffret.

Un Mini-Artbook d'environ 64 pages remplies de concepts arts, dans mon cas, c'est de l'excellente références même si il me semblait que l'artbook Deco Devolution de Bioshock 2 était carrément plus complet avec ses 96 pages...

Le coffret annonce une Figurine du Handyman, il est temps de clarifier les choses, il s'agit d'un PION pour le jeu de plateau à venir : The siege of Columbia, je le reconnais ce jeu m'intrigue, mais HO ne commencez pas à confondre pion et figurine. (Voir photo ci-après).

En outre, le coffret contient une lithographie "Baiser du diable", c'est sympatoche, j'aime le format et le style rétro, j'ai pas grand'chose à ajouter dessus.

un Porte-clés "Corbeaux Meurtriers" qui me parait pas de trop mauvaise facture sauf concernant cet espèce d'autocollant collé vaguement avec des moufles qui est censé être l'étiquette sur la bouteille. Du coup, j'ai peur de le sortir de son emballage d'origine de peur de l'abîmer...

un Code pour la bande son numérique. Je suis pas fan du dématérialisé, mais hey, c'est bon à prendre, alors je prend. \ o /

Trois améliorations in Game, que j'ai pas téléchargées pour ma première partie, mais que je testerai pour la seconde. Ces améliorations permettent de booster un peu le personnage principal. Rien de vraiment essentiel.

La tenue Avatar Booker de Witt & Elizabeth à télécharger. Mouais. J'ai quand même pris celle de Booker deWitt. Mais quand je vois l'accesoire "Corbeaux meurtriers" pour les avatars, avec ses corbeaux de la taille d'un moineau, ça me laisse froid. Je payerai jamais pour ces trucs...

Bonus de précommande: un code d'accès aux 30 mini-jeux Web Industrial Revolution Permettant de débloquer d'autres objets dans le jeu.

Voila, c'est à peu près tout... Le jeu tient sur un disque et il possède une jaquette réversible après la controverse de la jaquette originale. Aussi le manuel est présent et minimaliste et propose un lien vers le manuel complet, je vais le télécharger histoire de voir ce qu'il me propose.

Une édition sympa, vu le prix à laquelle je l'ai obtenue à sa sortie je vais pas me plaindre (moins de 20€), mais il n'empêche que c'est un peu faible et maigrelet sur le contenu mais satisfaisant. En revanche, l'édition "collector" avec la statue du Songbird me parait carrément être une vaste blague, déjà les 65€ supplémentaires exigés pour avoir juste une statuette en plus par rapport à l'édition limitée, j'attend des retours de ceux qui l'ont achetée, voir si elle en vaut la peine (mais j'en doute).

Bon, mais il est temps de parler du contenu du jeu en lui même, sans spoiler.

Bioshock, c'est un jeu qui avait déjà marqué son temps (en 2008) et je ne vais pas revenir une nouvelle fois dessus.
Le jeu commence sur une séquence légèrement cryptique, un peu à la façon de son ainé (les joueurs de la première heure comprendrons tout de suite) et nous amène rapidement à Columbia, la ville volante dans laquelle vous, Booker deWitt doit ramener "la fille" pour effacer votre dette. Nous sommes en 1912, et Columbia semble être une belle petite ville flottante tranquillement sur les nuages mais malgré cette façade, tout n'est pas net ici et il semblerait que ramener la fille ne sera pas si simple que ça.

Même si retrouver Elizabeth (la fille donc) se fait assez rapidement, elle va se joindre à vous et vous aider de son mieux et fournissant argent, soin, cristaux et vous permettra d'ouvrir des failles pour faire revenir du matériel et soutien "d'ailleurs".
Pour une fois qu'un PNJ se montre utile et pas envahissant, ça a fait du bien à mes rides de contrariété (Sheva, pour ne revenir qu'à elle).
Pris entre deux camps, la Vox Populi et les Fondateurs, vous devez vous frayer un chemin hors de Columbia mais fort heureusement vous aurez l'aide des Plasmi... des Toniques, qui vous conferera moults pouvoirs, boule de feu, invocation de corbeau, onde de choc faisant léviter les ennemis... Je suis assez deçu par les choix, certains Toniques ne se montrent pas vraiment originaux ("Charge" qui aurait pu être une compétence de combat corps à corps en fait...) et d'autre comme "Retour à l'envoyeur" qui m'a particulièrement fait jubiler.

Niveau ambiance... Impossible de ne pas être pris dedans dès les premières secondes de jeu, la direction artistique est juste absolument bluffante, l'univers est cohérent, même si au début on a du mal à y croire de voir des buildings léviter dans le ciel et on reste quelques minutes avec un air abruti et béat à juste regarder les décors, c'est une constatation positive, la magie opère et on rentre sans problème dans l'univers qui nous est offert...

En revanche, j'ai tout de même des points négatifs en tête (outre les toniques un peu décevants), et je vais les formuler sous forme de liste:
- Pas d'ennemis aussi mythiques que dans les premiers Bioshock (Big Daddy et Co), les ennemis plus balaises ne m'ont pas marqués du tout, le Handyman et le Patriote Motorisé sont amusants, mais c'est tout. Le Songbird était pas assez exploité à mon goût. On tue beaucoup d'humains agressifs, mais sans plus. Bref, le coup des Boy of Silence aussi offre un bon moment, mais il y en a tellement peu dans le jeu que ça en est presque ridicule...
- Les superbes trailers avec une Elizabeth invoquant la pluie, la chute dans les roses. J'ai attendu ça pendant tout le jeu. BREF.

C'est tout ce qui me reviens pour le moment.

Sinon musicalement, c'est fort beau, graphiquement aussi, c'est déjà pour moi un jeu à possèder et à terminer.
Déjà culte dans ma tête, et puis on ne peut pas tout avoir, surtout un poney.

Après un peu plus de 13h de jeu en difficulté moyenne, je suis un peu frileux à ce niveau, j'aime tester la difficulté d'un jeu avant de me lancer dans plus dur, ce sera un 9,5 pour moi, mais... Je met 9 pour le moment puisqu'on ne peut pas mettre des demies notes.

Stand tall for the beast of America ♫

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 534 fois
1 apprécie

Dr Karlsov ♪ a ajouté ce jeu à 9 listes BioShock Infinite

Autres actions de Dr Karlsov ♪ BioShock Infinite