Bien meilleur que le premier.

Avis sur Darksiders II sur PlayStation 3

Avatar Radikal
Test publié par le
Version PlayStation 3

Lorsque j'en viens à parler de Darksiders II, je m'emballe, je bouillonne, je tremble. Ce jeu est, pour moi, bien plus qu'un simple jeu. Vous l'aurez peut-être déjà compris, il s'agit de l'un de mes jeux favoris, toutes époques et plateformes confondues (rien que ça !).

Darksiders II est un chef d'oeuvre. Je le trouve bien meilleur que le premier opus, et ce, pour de nombreuses raisons. Le design de l'univers est encore plus travaillé, les lieux et l'architecture des monuments sont gigantesques, impressionnants et donne une classe folle à l'ensemble. Les panoramas qui nous sont offerts nous laissent admirateurs de longues minutes durant. De plus, le jeu incorpore des éléments de RPG qui sont réellement les bienvenus (une bonne panoplie qui passe par les levels du personnage comme des armes ou équipements, les classiques statistiques ou bonus et dégâts élémentaires divers et variés pour affiner notre stuff au fur et à mesure de l'aventure) et qui le rendent bien plus intéressant que le premier opus, trop orienté action couloir et sans réelle possibilité de customisation. Ce second opus fournit au joueur un gameplay plus étoffé, plus abouti. L'OST (signée Jesper Kyd) est également une merveille absolue, en parfaite symbiose avec l'univers du jeu.

Et justement, j'y viens à l'univers de ce jeu. Un univers singulier, mélange de fantaisie et de religion (Cavaliers de l'Apocalypse obligent), j'en ai eu le souffle coupé. Je suis constamment emporté par la beauté du monde de Darksiders II, par ce design si travaillé, si raffiné et si impressionnant.

Mais comment parler de Darksiders II sans parler de son ambiance, le résultat logique de l'addition design de l'univers et OST. Jouer à cet opus me donne toujours des frissons tant l'ambiance est magistrale, renforcée sans cesse par ces décors imposants, qui nous font nous sentir tout petit, tout seul. Mention spéciale au Royaume des Morts, une terre désolée, âpre où la solitude est le maître mot. L'une des plus grandes expériences de ma carrière de joueur. Elle est indescriptible tant elle est oppressante, il faut y jouer pour ressentir tout le travail des gars de chez Vigil Games.

Impossible de parler de Darksiders II sans parler de Death, le personnage principal. Et quel personnage ! Un charisme fou, une voix française et un ton identitaires, un design des plus classes, deux faux en guise d'armes. Il est le leader des Cavaliers de l'Apocalypse, la Mort en personne, la Mort elle-même ! L'un de mes personnages fictifs favoris, c'est aussi simple que cela. On est loin de War, personnage principal du premier opus, qui manque de charisme face à son frère Death (on dira que c'est une affaire de goût, ici).

Bien sûr, je vous entends, "Mais ce gars-là ne fait qu'une éloge du jeu, sans oser parler des points faibles de celui-ci, et on sait tous qu'il en a à foison". Il en a, oui. À foison, non. Tout d'abord, le scénario. Il est un peu confus. Le jeu semble se perdre au cours de nos pérégrinations. On est presque à se demander, durant notre partie, si Death lui-même ne se questionne pas sur ce qu'il fout ici ou là. On passe d'un lieu à un autre, d'un monde à un autre sans trop savoir pourquoi, et ce brave Death est aussi perdu que nous. Le rythme du jeu s'en retrouve donc affecté, on est parfois complètement lâché au milieu de nulle part, comme un lendemain de cuite (faites comme moi, ne buvez pas et vous aurez cette impression uniquement en jouant à des jeux vidéo).

Quelques textures un peu laides par-ci par-là, des chargements à des moments pas toujours idéaux, tout comme le fait que le jeu accuse un petit retard technique pour son époque, causant fatalement moult ralentissements mais qui ne viendront en aucun cas nous freiner si l'on adhère à l'esthétique du soft. La fin du jeu est également expéditive, mais n'est que le résultat indiscutable d'un scénario ayant du mal à trouver son fil conducteur. Rien d'étonnant, en somme.

Qu'importe ! Ces défauts sont totalement éclipsés par les qualités citées plus haut.

Darksiders II reste, pour ma part, un jeu très agréable à jouer. Un modèle d'ambiance. Un rêve, un souvenir qui restera à jamais gravé dans ma mémoire. Aussi sûr que Death sèmera la mort dans son sillage, et que nul n'en réchappera.

PS : Seconde mention spéciale pour la version collector du jeu, comportant le sublime masque de Death taille réelle, en résine, très détaillé et plus lourd que d'apparence (entre autres artbook, codes de DLC et OST digitale). Comme disait une personne que je connais : "Ils se sont pas foutu de notre gueule avec ce masque !".

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 212 fois
Aucun vote pour le moment

Radikal a ajouté ce jeu à 7 listes Darksiders II

Autres actions de Radikal Darksiders II