John Hardline, le plus grand de tous les héros !

Avis sur Hardline sur PC

Avatar Nobody
Test publié par le
Version PC

J’annonce tout de suite, je ne suis pas là pour parler du jeu (même si je vais résumer ce que je pense brièvement), je veux surtout rendre hommage à un héros méconnu, l’un des personnages de jeu vidéo qui m’a le plus marqué dans ma jeunesse : Ted Irvin.

Alors, qu’est-ce qu’Hardline ? C’est un jeu en Full Motion Video comme on en trouvait beaucoup dans les années 80-90. Je pourrais citer quelques titres plus connus comme Dragon’s Lair, The Beast Within ou Mortal Kombat. Il s’agit ici d’un rail-shooter entrecoupé par de nombreuses séquences cinématiques en prise de vue réelle.

Nous jouons Ted Irvin, un pilote d’hélicoptère qui évolue dans la ville de Détroit, dans un futur dystopique. Il devra combattre les sectoïdes, un groupe vénérant le « Deck », une entité mystérieuse qui semble liée au sombre passé de Ted !

Le jeu se démarque principalement par une difficulté assez élevé (Enfant, je n’ai jamais dépassé le troisième niveau). La réalisation était plutôt bonne, le scénario se révèle assez classique mais reste agréable à suivre. Je n’ai pas grand-chose à dire de plus, le jeu n’est pas exceptionnel mais il peut être sympa à faire (en activant l’invincibilité).

Bon, mais finalement, qui est vraiment Ted Irvin ? Pourquoi est-il si important ?

Et bien, pour commencer, je vais vous avouer un secret. Ted Irvin n’est pas Ted Irvin. QUOI ? COMMENT ? POURQUOI ? Ted Irvin est en réalité JOHN HARDLINE. Et ouais, on ne rigole plus là ! L’explication est assez simple, Ted Irvin était un nom tellement banal que mon esprit d’enfant l’a inconsciemment renommé John Hardline (John, c’est le nom des héros de films américains, ça claque ! Et Hardline… hum… c’est le nom du jeu…).

Donc déjà, le mec a un nom qui en jette mais en plus, enfant, je trouvais qu’il avait un look super bad-ass (Enfin, pas bad-ass, le moi-enfant ne connaissait sans doute pas le terme… en fait, le moi-enfant ne savait pas grand-chose… pas que le moi-présent en sache beaucoup plus, mais le moi-présent se lamente beaucoup plus que le moi-enfant… et le moi-présent s’égare beaucoup plus dans ses propos aussi). Sans rire, John Hardline a une vraie gueule de héros, il est blond, il a les yeux bleus, il a une mâchoire virile, un vrai mec quoi ! Et en plus, il porte un blouson d’aviateur, si c’est pas trop cool ça ! (http://www.abandonware-france.org/images_abandonware/jeux/1952604.gif)

Mais John Irvin ne se limite pas à une belle carrure et de bons goûts vestimentaires, il a un arsenal militaire assez dingue ! Déjà, il a un gros magnum et ça, c’est bon ! (http://www.abandonware-france.org/images_abandonware/jeux/1952705.gif), mais il peut également se munir d’un fusil à pompes, d’un fusil d’assaut, il peut tirer jusqu’à 5 grenades à la fois avec son multi-lance-grenades. Avec ça, j’vous le dis, les sectoïdes ont de quoi avoir peur ! Mais Ted Hardline a encore un atout, le petit plus qui transforme un pilote d’hélicoptère sans expérience en une vraie machine à tuer. Il possède des pouvoirs psychokinésiques ! Une porte verrouillée ? Rien à foutre, il peut griller les circuits du système électronique. Un méchant sectoïde qui cherche à le prendre par surprise ? BOUM ! Ted le fait exploser. (Bon en vrai, il n’utilise ses pouvoirs que lors de quelques séquences scriptées mais c’est trop la classe !)

Bon, je sais ce que vous vous dîtes, ce héros, c’est un super-macho, il a des armes, il a des pouvoirs, mais il lui manque quelque chose. Durant l’aventure, il croisera la route de Catherine, membre du groupe des Rebelles qui luttent contre les forces sectoïdes. Elle est loin d’être une femme fragile, attention ! Dès leur première rencontre, elle désarme John et quand celui-ci essayera de partager sa couche, elle lui jettera une chaussure au visage ! (Et de plus, elle a un plus gros flingue que celui de Ted !!!). Après de nombreuses péripéties, ils finiront bien entendu par se rapprocher et se dévoiler ensemble dans une scène très émouvante (que je n’ai pas eu l’occasion de voir enfant, ce qui n’est pas un mal, mes parents auraient pu décider de me confisquer le jeu, ne souhaitant pas voir leur enfant se souiller l’esprit avec des images aussi crues que celles des tétons de Catherine).

Je crois avoir fait le tour du personnage, son aventure est bien sûr riche en révélation sur son passé et sur l’origine de ses mystérieux pouvoirs. Mais j’aimerais maintenant développer la raison pour laquelle j’affectionne tant ce personnage.

Ted Irvin/John Hardline, qui est-ce vraiment pour moi ? Il est tout simplement le modèle masculin de mon enfance. Quand je jouais au « jeu de l’imagination » avec mon frère (Vous savez, quand on faisait semblant d’avoir des pistolets tout en tirant à base de « Piou piou, bang ! t’es mort ! »), et bien, à ce moment-là, je jouais toujours ce personnage, j’étais John Hardline, le mec le plus cool de l’univers et je gagnais toujours. « Olala ! [Méchant lambda joué par mon frère], tu m’as piégé, je n’ai plus d’arme. Comment faire ? » un coup de télékinésie pour le désarmer et la victoire était assuré !

Je tiens donc à remercier du plus profond de mon cœur, ce héros qui restera méconnu mais qui aura pourtant sauvé le monde un nombre incalculable de fois (dans mon imagination). Son sacrifice d’avoir intégré un jeu moyen dans l’unique but de devenir une source d’inspiration ne sera pas oublié (par moi en tout cas). Je vais maintenant brûler un cierge en son honneur et verser une larme.

R.I.P Ted "John Hardline" Irvin

Je vous remercie de votre attention.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 177 fois
5 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Nobody Hardline