"Inafune : portrait d'un CV mensonger."

Avis sur Mighty No. 9 sur PC

Avatar Le MaSQuE -  Arthur Meurant
Test publié par le
Version PC

Keiji Inafune. Depuis maintenant quelques décennies l'homme entretient volontairement une forme de malentendu qui n'est réellement possible à mettre en place que dans le domaine du jeu vidéo : il prétend être le créateur d'un phénomène dont il n'aura fourni que la première esquisse. Pas que l'effort consenti soit nul; hein. L'homme a bel et bien dessiné autrefois une copie bleuâtre d'Astro Boy dotée d'un aspirateur dans l'un de ses bras. C'est très bien. Mais cela ne suffit tout simplement pas à prétendre avoir inventé Mega Man. Et pourtant... c'est bien sur cette phrase ambiguë que l'homme a construit tout son curriculum vitæ.

Pourquoi? Simple : l'homme n'a tout simplement plus jamais collaboré à un projet d'une pareille qualité en près de trois décennies dans le domaine de cette industrie interlope que certains n'hésitent pas à qualifier de vidéoludique. Il est bien plus commode pour l'homme responsable de la conception de Yaiba: Ninja Gaiden Z de prétendre être celui qui a créé Mega Man. Et, du moins partiellement, c'est vrai. Il est même possible que son petit personnage ait donné le ton d'une production dont on ignore précisément si elle contenait des robots avant son arrivée. Par contre, et c'est là que le mensonge commence : l'on sait très bien - et c'est prouvable - que Keiji Inafune n'a jamais été game designer. Oh, il s'est essayé à l'exercice. De temps à autres. Souvent sous la férule des vrais créateurs de Mega Man que sont Akira Kitamura et Tokuro Fujiwara... mais le reste de sa carrière fut réalisée dans une case totalement différente de celle-là. Il est, au mieux, mauvais producteur.

C'est dans ce rôle très spécifique qu'il contribua - souvent de manière constructive - aux dizaines de titres Capcom qui constituent le plus gros de ses efforts dans le domaine du jeu vidéo. Paradoxalement, quand il compte sur ses propres talents pour conceptualiser l'affaire, les titres finissent assez catastrophiques. L'homme, en somme, n'est jamais meilleur que son équipe. Sachant cela... Mighty N°9 n'est pas une réelle surprise. L'équipe ici réunie est constituée de vétérans ayant étrangement disparu lors des dernières décennies - dont Yoichi Ono, un ancien de Telnet dont le dernier titre remonte à 1989 - ou d'anciens subalternes Capcomiens sur lesquels l'Inafking pense pouvoir compter.

Pas que le résultat soit catastrophique, hein : Mighty N°9 est une version assez fade mais pourtant servile de Mega Man 2. Son réel problème est plutôt de ne pas exceller dans une catégorie qu'il prétend redéfinir. Original? Il ne l'est pas. Bien réalisé? Faut pas rêver. C'est un jeu Unreal Engine 3.0 créé pour la génération 360. Novateur? Non plus : c'est grosso-modo la version la plus proche des aventures du Blue Bomber que l'on puisse réaliser sans enfreindre le copyright de Capcom. Or, je ne sais pas si vous le saviez... mais il existe près de 131 titres dans la série Mega Man. Celui-ci, malgré ses efforts, n'en est qu'un pâle écho.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 684 fois
6 apprécient

Le MaSQuE - Arthur Meurant a ajouté ce jeu à 1 liste Mighty No. 9

  • Jeux vidéo
    Cover Critique Cruelle par... Le MaSQuE.

    Critique Cruelle par... Le MaSQuE.

    Vous retrouverez ici des compléments informatifs à la série Critique Cruelle. Une initiative qui est tout simplement considérée...

Autres actions de Le MaSQuE - Arthur Meurant Mighty No. 9