Observer_ : Dans le cyberespace, personne ne vous entendra saigner

Avis sur Observer sur PlayStation 4

Avatar Jérémy_Dls
Test publié par le
Version PlayStation 4

“The year is 2084”

Transhumanisme glauque, rapports malsains avec les technologies de l’information et du divertissement, le tout saupoudré de quelques questionnements métaphysiques, voilà ce que nous offre bien généreusement le dernier jeu du petit studio polonais Bloober Team.

Présenté comme un Walking Simulator (type de jeu proche du cinéma interactif) sauce Cyberpunk Horror, Observer_ tient clairement ses promesses.
C’est crade, c’est gore et on a parfois l’impression que le fantôme de Philip K. Dick hante certaines scènes quand la frontière entre la réalité et le délire s’effrite dans un nuage de pixel.
L’immersion est parfaite, l’ambiance est fort bien installée par les interactions avec la faune torturée qui peuple les ruelles et les immeubles d’une Cracovie sordide à souhait, entre néons grésillants et hologrammes saturés de bugs.
Rien n’est rose dans la Pologne du futur, tout est même bien noir, suintant le sang et le liquide hydraulique. Si vous avez survécu au Nanophage, un virus bionumérique particulièrement dégueulasse qui ronge les chairs et s’attaque aux augmentés, et à la guerre entre l’Est et l’Ouest qui ravage le monde, vous êtes forcément devenus accros aux augmentations cybernétiques, aux “feeds” d’infotainments et aux drogues bizarres, c’est le prix à payer pour fuir une réalité de plus en plus dégradée.

Employé par la Chiron Corporation, Daniel Larzarski, incarné par un Rutger Hauer parfait dans le rôle, est un enquêteur d’un genre particulier. Grâce à des implants nécessitant des injections régulières s’il veut éviter de sombrer dans la folie cybernétique, le vieux bonhomme à la capacité de pénétrer l’esprit des gens. Vivants ou mort. Ce qui donne lieu à des passages bien poisseux et dérangeants. On ne dévoilera rien de l’intrigue ici, mais dès les premières minutes on se laisse porter par les investigations et l’histoire de l’agent Lazarski. La personnalité tout en nuance de notre cher Observer est appréciable et les choix de dialogues révèlent une écriture intelligente, bien au dessus de ce que l’on pourrait trouver chez certaines superproductions vidéo-ludiques actuelles (Oui Horizon Down, c’est toi que je regarde. Tu m'as déçu).

Le gameplay ne pète pas plus haut que ses mods et c’est tant mieux. On avance, on se baisse et on interagit avec son environnement, c'est tout. L’aspect recherche d’indices, avec ses trois modes de scans médico-légaux (un pour l’organique et un pour le technologique, plus une vision nocturne) est pertinent et largement suffisant, par contre on évitera de se balader avec ses scanners allumés en permanence, au risque de se retrouver comme Jared Leto dans le dernier Blade Runner.
La prise en main, assez classique pour un jeu de ce genre, est intuitive et facilite la plongée dans les ténèbres cybernétiques, tout comme l'interface, sobre et claire.

Certes on ne peut s’empêcher de penser à Blade Runner (Rutger Batty incarnant un personnage ressemblant à celui de Deckard. Délicieusement ironique) à Neuromancer et grosso modo à tout ce qui se fait de mieux en matière de dystopie. Surement parce qu'on a la sensation de se trouver (enfin) face à un univers et une intrigue qui font plus que citer leurs nobles références.
Observer_ apporte clairement une nouvelle pierre à l’édifice trop souvent malmené du cyberpunk vidéo-ludique. Il en reprend certes les vieux codes, mais n'est-ce pas là le lot de toute production s'inscrivant dans un genre bien défini ?

Si vous êtes joueur occasionnel et fan de ce genre d’univers, n’hésitez pas, vous allez vous régaler. En revanche, si vous êtes allergique aux “Walking Sims” et ne vibrez que pour un bon jeu d'action au gameplay foisonnant et à l'ATH charnu, alors c’est bien dommage car vous risquez de passer à côté d’une expérience fascinante, trop rare dans le monde merveilleux du jeu vidéo.
D'ailleurs Observer_ est plus que ça, c’est une œuvre à part entière.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 856 fois
4 apprécient

Autres actions de Jérémy_Dls Observer