La véritable évolution Pokémon

Avis sur Pokémon Méga Donjon Mystère sur Nintendo 3DS

Avatar Aurablade
Test publié par le
Version Nintendo 3DS

C'est la critique que j'ai écrite pour Pokémon Trash, mais tant qu'à faire autant vous en faire profiter aussi.

On l’aura attendue. L’expérience Pokémon Donjon Mystère ultime. Alors que le dernier opus comptait bien trop d’aspects décevants, on commençait à se demander quelle direction allait prendre la série. Est-ce que les défauts seront corrigés ? Est-ce que la recette qui faisait des 5 premiers opus des incontournables de la licence allait être reprise en main après cet échec cuisant ? Réponse.

Pokémorne ? Plus maintenant.

Marre de devoir se faire 8 champions d’arène, marre de dérouiller une organisation criminelle qui cherche à foutre la merde après environ 2h de réflexion concernant les conséquences qui s’en suivraient, et marre de capturer des bestioles qui passeront leur vie dans un coin du PC parce que de toutes façons on utilise toujours les mêmes. Du coup, on veut de la nouveauté. Et c’est là que se pose la série des Pokémon Donjon Mystère. Le pitch(u) a toujours été assez simple de base ; un humain transformé en Pokémon sans aucun souvenir du pourquoi ni du comment, se retrouve à devenir pote avec un Pokémon pas totalement sûr de lui, mais qui a quand même ce qu’il faut pour défendre la veuve et l’orphelin. Au final on se retrouve à avoir les réponses qu’on cherche, tout en prenant le temps de sauver le monde. Ça vend pas vraiment de rêve dit comme ça je vous l’accorde, mais ce qui est spectaculaire, c’est pas l’histoire en elle même, mais son exécution. Les évènements vous amènent à vous attacher à votre personnage et à son entourage. Ce sont peut-être les jeux Pokémon où le self-insert est le mieux réussi. Par ailleurs, en dehors du premier opus 3DS, tous les jeux vous font passer un test de personnalité au début pour définir le Pokémon que vous allez contrôler au cours de votre aventure. Vous êtes un casse-pied arrogant ? Attendez-vous à jouer Arcko. Tout le monde vous aime et vous n’êtes qu’amour ? Félicitations, c’est vous Pikachu.

Si vous n’êtes pas familiers avec la saga “Donjon Mystère” (car oui, c’est une série de Chunsoft, adaptée ici à l’univers Pokémon) permettez-moi de vous expliquer rapidement le principe. Vous explorez des dizaines de donjons, à la troisième personne, qui changent continuellement. Une exploration d’un donjon sera toujours différente étant donné que les étages sont générés aléatoirement. La progression se fait avec des quêtes qui consistent généralement à trouver telle personne (tel Pokémon en l’occurrence) ou à trouver tel objet. Bien sûr pas mal d’alternatives apparaissent au fur et à mesure, et vous aurez le droit à la chasse au Pokémon recherché ou à la mission d’escorte. La difficulté est bien dosée et chaque joueur pourra y trouver son compte, à la condition d’aimer le RPG à la base. La constitution de votre équipe et de votre inventaire est importante, car vous devez non seulement gérer la vie et les PP de vos Pokémon, mais également la faim du Pokémon que vous contrôlez (sauf dans l’opus précédent, qui a cherché à beaucoup trop simplifier les mécaniques de la série) afin de ne pas mourir d’inanition. Pas d’inquiétudes, c’est ultra simple, il suffit de prendre quelques pommes avec soi et le tour est joué. Si vraiment c’est trop la crise vous pouvez manger des graines, ça vous calera pas beaucoup mais ça vous évitera de mourir au dernier moment. Pour ce qui est des stats des membres de votre équipe, ça reste la même chose que dans la série principale. Si vous vous interrogez concernant l’intérêt de la vitesse, elle détermine quel Pokémon agira en premier après l’action du meneur. En effet, à chaque action effectuée (déplacement, attaque, utilisation d’objet) chaque Pokémon agit alors à son tour. Vous suivez ? Très bien.

Retour à l’école.

Vous vous réveillez, et oh surprise, vous êtes un Pokémon. Aucun souvenir, et à peine vous reprenez vos esprits que vous vous faites encercler par 3 Neitram, des trucs moches au chara design douteux et au nom idiot. Par chance, un Pifeuil assiste à la scène et vous aide à vous enfuir. Il vous amène alors chez lui à Bourg Tranquille et décide de… vous adopter. En effet, vous n’êtes qu’un enfant, et pas question de vadrouiller seul. Du coup, vous voilà inscrit à l’école du village, où vous rencontrerez toutes sortes de Pokémon. Les professeurs stricts mais plutôt cools, des élèves qui font les chauds mais qui restent avant tout des enfants, et la teigne de la ville, qui aura vite fait de devenir votre meilleur(e) ami(e).

Vous allez maintenant rentrer dans le feu de l’action. Les professeurs vous apprennent à vous servir de la plupart des nouvelles possibilités de gameplay, vous allez explorer quelques donjons pas bien méchants suite à des défis lancés par vos camarades, ou encore vous échapper au milieu de la nuit pour résoudre une histoire de fantômes qui passe de bouche à oreille dans le village. Au final toute cette partie du jeu est super agréable étant donné la place que vous avez dans la vie du village, celle d’un enfant, et ce qu’on expérimente est proche de ce qu’on peut ressentir dans Dragon Quest V dans lequel vous jouez aussi le rôle d’un gosse. L’aventure évolue en parallèle de petites cinématiques mettant en scène des Pokémon légendaires qui semblent plutôt soucieux. Tandis que vous et votre partenaire évoluez dans ce petit village, vous finirez par rencontrer un représentant des Grands Explorateurs, groupe qui, comme son nom l’indique est constitué de Pokémon qui voyagent à travers le monde afin de remplir une carte de celui-ci. Bien entendu, votre partenaire est un grand fan et aimerait les rejoindre une fois l’âge requis atteint. Vous finirez donc par fuir le village pour rejoindre la capitale. Et c’est là qu’on réalise qu’on avait encore rien vu.

Le jeu nous fait croire à une map plutôt grande à la base. On fait vite de débloquer une quinzaine de donjons différents et la difficulté s’impose vite. Mais en avançant dans le jeu on découvre le Transport Lockhlass qui permet au joueur de voyager au travers de plusieurs continents. Vous aurez accès gratuitement aux deux premiers, à savoir la Terre de l’Eau et la Terre du Vent. Ensuite vous devrez acheter des passeports. Plus que de simples donjons, l’accès à ces nouveaux continents permet de visiter de nouvelles villes, de rencontrer des nouveaux Pokémon à recruter et par conséquent d’avoir accès à de nouvelles quêtes. C’est d’ailleurs le moment idéal pour vous parler de la façon dont vous allez constituer votre groupe d’aventurier. Ceux qui ont joué aux opus précédents le savent, il fallait battre des Pokémon en boucle et espérer qu’ils vous rejoignent, le tout selon leur humeur. Mais tout ça c’est fini. Plus de recrutement suite à un génocide dans un donjon. Plus de frustration après avoir battu un Pokémon pour la 36ème fois sans qu’il daigne vous regarder. Le gadget d’explorateur est là pour ça. Celui-ci comporte l’orbe des liens qui est ni plus ni moins qu’une liste de toutes vos relations avec les 720 Pokémon du jeu, ainsi que les relations qu’ils ont entre eux. Par conséquent, recruter un Pokémon pourra entraîner l’arrivée d’autres Pokémon dans vos rangs. Et en général, vous êtes rejoints par les Pokémon auxquels vous aurez rendu service. Ça va de la livraison de lettre au simple bavardage en ville. Certains Pokémon surprenants pouvant être rencontrés de cette manière. Vous pourrez toujours faire évoluer la plupart des Pokémon recrutés, sauf exceptions liées directement à l'histoire.

Si la série nous avait habitué à des objets et un peu de thunes en récompense aux quêtes du jeu, on est toujours servi par un Pokémon en plus dans l’équipe ici. Bien sûr vous aurez tendance à utiliser plus souvent Dracolosse que Minidraco, mais l’aspect collectionnite de la série principale est ici plus présent que jamais de par son accessibilité. Et en plus de ça, vous pourrez découvrir de nombreux donjons en terminant certaines quêtes. On a de par ce fait, toujours plus de contrées à découvrir pour remplir le Pilier Atlas et faire partie des plus grands explorateurs Pokémon que la terre ait connu.

L’histoire met du temps à décoller, mais une fois partie, plus d’arrêt sur la ligne. On est constamment entraîné dans des aventures folles mettant en scène des Pokémon légendaires, toujours plus de questions sont soulevées, et les combats deviennent de plus en plus nerveux. Bien sûr, tout ceci ne fonctionnerait pas sans l’ost fabuleuse qui nous est offerte. Clé de voûte de la série, la bande-son du jeu est constamment en raccord avec les évènements. Chaque donjon a son propre thème, et certaines musiques présentes depuis le début profitent ici d’une refonte qui fait vachement plaisir. D’ailleurs on remercie ici le format informatique de ce test qui me permet de partager une de ces merveilleuses reprises.

Et tant qu’on parle de l’aspect artistique du jeu, les graphismes ne sont pas non plus à plaindre. La 3D permet des effets plutôt agréables lors des cinématiques, et les modèles des Pokémon sont pour la plupart assez propres. C’était déjà le cas dans l’opus précédent, mais ici tous les Pokémon sont modélisés (à quelques exceptions près comme Volcanion) et les villes du jeu sont elles aussi ultra colorées. On retrouve du coup ce qu’on aime dans Pokémon, l’aspect juste assez enfantin pour être apprécié de tous, des couleurs, et pour finir, des dialogues qui profitent d’une traduction de qualité. En effet l’humour est omniprésent dans le jeu, parfois enfantin, parfois plus fin, les traducteurs s’en sont donné à coeur joie, et ça se voit. Parler à tous les PNJ devient un vrai plaisir, et on se retrouve à rire devant des calembours aussi idiots que bien amenés.

Les Pokémon aimeraient ne pas être les seuls à évoluer.

On a ici une recette qui a marché assez longtemps et qui au final a très peu changé au fil des opus. Du coup ça peut devenir lassant. Heureusement, Pokémon Méga Donjon Mystère amène quelques nouveautés bienvenues dans son gameplay. À commencer par une ergonomie revue. Beaucoup moins de temps passé dans les menus, ceux-ci sont plus accessibles que jamais, les attaques s’enchaînent bien plus vite, et une simple pression sur l’écran tactile vous permet de changer de meneur pendant une quête. De nouveaux objets font leur apparition (les branches, sortes de baguettes magiques délivrant différents effets au moment de leur utilisation) mais surtout un nouveau type d’équipement, l’anneau.
Pas de nain, d’elfe et de mage dans l’addition, mais des pierres précieuses. Les anneaux sont des bracelets comportant des fentes dans lesquelles vous pouvez insérer des “éphélites”, pierres chargées d’effets divers (comme une méga évolution ou une montée en attaque), uniquement actifs dans les donjons. Une fois sorti de votre labyrinthe, les éphélites disparaissent et seul l’anneau reste dans votre inventaire. Les anneaux aussi peuvent avoir un effet de base qui ne disparaît pas, mais comme on est dans un Donjon Mystère, si vous mourrez, tout votre inventaire s’envole et vous allez devoir vous en procurer des nouveaux. Attention à en stocker dans votre coffre avant de partir en expédition donc. Du coup, ceux qui ont déjà joué aux jeux de la série l’auront deviné, ce sont ces nouveaux objets qui remplacent les rubans, qui étaient alors les seuls équipements possibles.

De nouvelles mécaniques font aussi leur apparition. Il est maintenant possible de pousser vos coéquipiers plutôt que de prendre leur place, ce qui permet de nouvelles tactiques, et une des innovations les plus agréables, la proposition d’utiliser un objet de soin ou non sur un Pokémon qui en a besoin. Fini le Pokémon faible qui gâche un objet de résurrection pour sa pomme. Fini la défaite facile parce qu’une baie a pas été utilisée au bon moment. Ça n’empêche certes pas le jeu d’être salaud au possible par moment, mais ça permet de rager un peu moins. Un peu.

De nouveaux “services” font aussi leur apparition. L’ïle Békipan vous permet d’organiser des équipes de sauvetage en cas de défaite par votre équipe principale ou par des amis. Une simple lecture de QR Code permet de recevoir une mission, et les récompenses qui vont avec. Le Cinémiaouss fait également son apparition, stand tenu par, comme son nom l’indique, Miaouss, où vous pourrez prendre part à des missions aux règles particulières (Niveau baissé à 5, pas d’objets etc…) que vous pourrez enregistrer et partager via internet pour voir qui a la plus grosse. Préparez vous à enchaîner quelques échecs car c’est vraiment pas simple. Pour finir, le jeu intègre également un jukebox comme dans Les Portes de l’Infini, les musiques se débloquent avec l’avancée de l’histoire et votre rang d’explorateur pour les musiques bonus des autres jeux de la série.

Donjon Mystère à terre

Il faut dire ce qui est, le jeu n’est pas parfait. C’est peut-être le meilleurs opus de la saga, mais certains défauts sont toujours présents. Le QI, stat supplémentaire qui permettait d’apprendre de nouvelles tactiques aux membres de votre équipe ne revient donc pas du cimetière des trucs cools détruits par l’opus précédent, et même si le choix des starters est plutôt bien fourni, on regrette l’absence de certains Pokémon “surprise” comme Goinfrex, Lixy ou Phanpy qui étaient présents dans Bleu, Rouge, Temps, Ombre et Ciel. Il faut également accepter le fait que la formule de base n’a pas tant changé que ça. Quelqu’un qui n’a pas aimé jouer aux autres ne trouvera pas spécialement plus de plaisir à faire ce jeu là, étant donné l’aspect dungeon crawling très poussé du jeu. Malgré tout le jeu fait plaisir, et sait s’adresser à tous les joueurs. Vous pourrez revoir des figures de proue de la saga, si vous êtes largués par le jeu que vous trouvez trop difficile, il est possible de recruter des Pokémon de haut niveau rapidement pour vous aider à progresser. Libre à vous de les utiliser ou non (À titre indicatif, j’ai pu recruter un Drattak niveau 50 alors que j’étais seulement niveau 14).

C’est un dungeon rpg plus que solide. On peut penser que l’apport de la licence Pokémon en ferait un jeu simple, mais le nombre de donjons aux règles spéciales, la quête de collection à rallonge et l’after-game qui fait honneur à la série font que tous les joueurs pourront prendre leur pied sur ce jeu. On a d'ailleurs une véritable chasse au trésor une fois l'aventure principale terminée, qui vous motivera à remuer de fond en comble tous les donjons du jeu. Si cela ne vous semble pas suffisant les 720 Pokémon à recruter sauront vous garder occupé bien assez longtemps. Ceux qui attendaient avec impatience un nouveau jeu de la saga principale apprécieront de pouvoir se balader dans la peau d’un Pokémon avant de repartir sur les terres de Kalos, ou râleront parce que c’est pas ça qu’ils attendaient. Mais en tant que fan déçu par la première entrée sur 3DS de la série, je suis plus que conquis et j’attends avec impatience l’arrivée du jeu en Europe pour le refaire encore et encore. Ce sont peut être ces jeux là qui profitent le plus d’une bonne écriture et ce n’est pas un argument à mettre de côté. Surtout quand on voit à quel point Méga Donjon Mystère a cherché à avoir une histoire émouvante et surprenante. En bref, c’est un très bon moment à passer aux côtés de vos Pokémon préférés (ou pas) que vous pourrez contrôler à cœur joie. Si vous n’avez pas joué aux autres et que ce test vous a tenté, je ne peux que vous conseiller de faire ceux sortis sur la DS en attendant 2016. D’ici là, vous serez prêts à profiter de l’entrée la plus complète de la série !

Ok j'ai mis 10/10 alors que y'a quelques défauts, objectivement ça reste un 9/10 voire un 8 si on adhère pas au concept, mais vous pouvez pas imaginer ma joie quand j'ai découvert que c'était le jeu que j'attendais.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1563 fois
15 apprécient

Aurablade a ajouté ce jeu à 5 listes Pokémon Méga Donjon Mystère

Autres actions de Aurablade Pokémon Méga Donjon Mystère