Avis sur

Shenmue III sur PC par Adriou

Avatar Adriou
Test publié par le
Version PC

Bizarrement, Shenmue III ne s’en sort pas si mal. Le plus difficile est de trouver comment se faire de l’argent facilement sans se retrouver dans le rouge. Pour ma part, j’ai privilégié la cueillette et la revente d’herbes dans Bailu, puis les combats de rue dans Niowu. Parmi les choses qui m’ont considérablement freiné dans mon périple, il y a l’achat compulsif des t-shirts et jeans à Ryo, et pour finir en beauté, j’ai jeté mon dévolu sur la tenue de Kung-fu noire ! Probablement la meilleure nouveauté de Shenmue III, on peut enfin changer les fringues de Ryo !

Shenmue III se présente comme une suite qui aurait très bien pu sortir en 2003 sur Gamecube, quelque-part entre des jeux randoms de Sega, Beach Spikers et Virtua Quest par exemple...

J’aimais tout, à l’époque dans Shenmue : Une philosophie de jeu posée et contemplative, des personnages charismatiques, un univers adorable, des bastons stylées dans la veine des Virtua Fighter, des QTE pêchus et inventifs, une bonne mise en scène, une ambiance Jap so 80’...
En 2001 je me suis jeté avec passion sur le démesuré Shenmue II, envoûtant et tentaculaire. Pour l’époque, le jeu était tout aussi fou que le premier, voir plus, avec des zones de jeu gigantesques et plein de surprises dans son scénario !

Quelle émotion de voir l’annonce kickstarter du jeu à l’E3 2015 ! On était comme des fous mais si, rappelez vous !

Puis quatre années de développement ont passé, et bien sûr comme pour tout le monde, cela a été des moments difficiles... Entre des trailers extrêmement douteux sur la qualité graphique (les anims faciales surtout) et les dossiers de plus en plus inquiétants sur l’avancée du projet, rien n’allait plus ! Mais je continuais secrètement à y croire, malgré toute les moqueries (largement justifiées) à l’égard du nouveau jouet boursouflé de ce bon vieux Suzuki (à qui l’on doit des jeux Sega cultes qui ont façonné notre tendre jeunesse, mais dois-je vraiment vous le rappeler...).

Le 19 Novembre 2019, je passe expressément par la case EGS pour choper le jeu sur PC. Je décide de faire calmement ma partie, en essayant au maximum de laisser de côté mes a priori, tout en sachant très bien que Shenmue III ne sera jamais la claque des deux premiers opus d’il y a 20 ans. Le budget, mais aussi les talents n’y sont plus, et j’en ai conscience lorsque je me lance dans l’aventure…

Et c’est fascinant comme ce genre de suite dont on sait d’avance à quel point ce sera bancale, peut être à la fois obsédante et émouvante à jouer. Séparons un peu ce qui va à peu près et ce qui ne va… vraiment pas. Sinon je vais m’emmêler les pinceaux.

Rentrons un peu dans tous les aspects de Shenmue III que j’ai trouvé déplaisants :

Premier point, je trouve les choix artistiques trop souvent WTF. C’est parfois (et même souvent) complètement à côté de la plaque.
Les PNJ versent aléatoirement dans le grotesque voir le grand-guignolesque, particulièrement pour ceux au design caricaturé. Qui a eu l’idée saugrenue de modéliser quelques PNJ en style "guignols de l’info" ? Alors d’un côté il y a des têtes plutôt bien faites et réalistes, et de l’autre, c’est la fête aux marionnettes !
Les environnements eux, sont assez peu réalistes, et montrent quelques incohérences et bizarreries parfois honteuses.
On doit donc malaisément négocier entre modèles de personnages loufoques et d’autres objets invraisemblables, le tout pataugeant joyeusement dans des couleurs tantôt fades, tantôt criardes.
Je ne compte même pas la réutilisation osée des mêmes textures et autres modèles faciales tous les 50 mètres (regardez les jeunes filles surtout), les proportions plus qu’étranges des enfants, ou la position des bras de certains personnages.
Certains trucs comme l’absence de fils électriques sur les réverbères de Bailu qui font tâche (dans Shenmue 1 ils y étaient, et on était pourtant en 99).
Et que dire du manque de vie dans les rues, surtout dans Niaowu, censé être plus grande et peuplé ? Même dans Shenmue II on avait beaucoup plus de passants, et on pouvait tous leur parler, ce qui n’est plus vraiment le cas ici.

Deuxième point, la narration est très lente. Hyper lente. Incroyablement lente ! Tous les défauts de rythme des premiers épisodes sont ici exacerbés. C’est pas comme si Suzuki tirait un énorme coup de frein à main sur l’intrigue de la saga. Même si c’est voulu, cela peut devenir plus que problématique pour le joueur qui a envie d’avancer et d’être surpris par le rythme du récit.
Ici, on est face à des lourdeurs narratives hallucinantes, et elles arrivent presque tout le temps de façon très maladroite. De plus, il y a une réutilisation des ficelles dans les deux villes du jeu ! Le scénario de Shenmue III, ou comment se tirer une balle dans le pied et se mettre même quelques fans à dos au passage ! Pathétique est un petit mot.

Troisième point, et peut être plus grave encore, la mise en scène très en retrait, voir parfois inexistante…
Ne la comparons pas avec ses aînés de vingt ans d’âge, ça ferait trop mal...
Comment apprécier un Shenmue sans exiger un minimum une direction artistique cohérente, mais AUSSI une mise en scène digne ? Le manque de budget n’excuse pas forcément une telle fumisterie dans la réalisation des scènes. On est parfois pas loin du foutage de gueule, disons-le clairement. Shenmue 1&2 excellaient tout particulièrement dans ce domaine. Dans Shenmue III, il y a du travail que trop rarement.

Parlons aussi des QTE, autrefois brillants. Ici ils arrivent bien trop longtemps après le début du jeu, et se révèlent encore une fois assez paresseux. Déjà pour commencer, pas sûr que les inputs répondent bien à chaque fois. Ensuite, certes il y en a de très corrects, mais quel dommage qu’il n’y ait plus de nouveaux embranchements après une erreur ! Dans les vieux épisodes, une boulette de notre part pouvait enchaîner sur de nouvelles actions inédites. Ici, c’est tellement fainéant que ce n’est plus le cas, on recommencera le QTE à chaque mauvaise manip !
En revanche, il y a quelques animations très rigolotes lorsqu’on se plante (laissez la petite fille tomber de l’échelle par exemple).

Qu’il n’y ait presque pas d’innovation côté gameplay, d’accord, mais que penser de tous les ajouts superflus ? Gestion accablante de la nourriture et de la jauge de stamina (qui est la même que celle de la vie), cueillette ésotérique d’herbes pour revente uniquement (ou fabrication de potions un peu inutiles), collection de gacha de plus en plus ridicule, entraînement aliénant et répétitif sur des mannequins de bois, desservant l’aventure au passage….
Sans compter que dans le village de Bailu, le rythme du jeu est déjà soporifique à l’extrême, était-ce vraiment de bonnes idées ?

Je passe sur la gestion accablante de la monnaie et des jetons, c’est déjà assez chiant comme ça, parlons de l’interface et de l’inventaire. Et bien la encore, c’est du lourd ! Si l’on peut s’y accommoder au bout de quelques heures, comment vous expliquer que quitter une partie ou changer la tenue de Ryo vous forcera à passer dans les options de paramètres du jeu ? Oui oui, vous savez, la ou l’on défini les réglages du son et de l’affichage ! Qui a pensé que ce serait une bonne chose la encore ?

Autre point et pas des moindres, le système de combat est incroyablement mal foutu. Autrefois calqué sur VF, ce n’était pas forcément ultime, mais ça lui donnait son cachet arcade de Sega.
Dans Shenmue III, on a un mode entraînement contre un adversaire qui consiste à répéter inlassablement la même manip’ des nouveaux combos que l’on aura assigné dans l’inventaire. Cela pour augmenter le niveau de la technique et la faire grimper jusqu’au niveau maître. Inintéressant dans la mesure ou l’on ne peut pas perdre, ni gagner dans ce mode.
C’est simple, pendant qu’on level-up notre nouveau move indéfiniment, notre adversaire servira de figurant et nous donnera aléatoirement quelques coups (dans le vide la plupart du temps) juste pour le spectacle ! Brillant n’est-ce pas ?!
Mais le plus navrant reste le temps de réponse de nos coups. On va perdre un combat parce que Ryo refusera de sortir un auto-combo sélectionné, ou refusera de taper au moment ou l’on appuie sur les touches, on joue pas sur Stadia pourtant. Les vrais combats eux, sont de ce fait complètement pétés. On devra s’appuyer trop souvent sur le levelling, et interchanger ses 5 auto-combos régulièrement en deviendra ridicule. Bien sûr, on pourra se passer des auto-combos, mais ça ne rendra pas les bastons beaucoup plus intéressantes. Non seulement, ça manque de dynamisme et de réaction, mais en plus il y a de grosses erreurs de hitbox et des effets ragdoll bien nazes quand notre adversaire tombe au sol.
Et comment expliquer l’absence totale de choppe ?
On peut faire différent d’un VF-like tout en évitant de faire de la merde, je suis sûr que c’est possible.
Passé un certain niveau, les bastons deviennent un chouïa plus fun, mais il faut jouer longtemps et aller acheter des scrolls régulièrement pour augmenter la puissance et la résistance de Ryo. A savoir que dans la deuxième ville, il y a les fameux combats de rue, et c’est quand même très sympa à faire en entier, avec des combats jusqu’à 1vs3. De plus, les récompenses en jetons et techniques sont plutôt généreuses.
Après, je trouve que devoir obligatoirement acheter des techniques de combat pour voir ses stats augmenter, c’est pas très sain comme système. Pourquoi ne pas faire augmenter un minimum le niveau de Ryo dans les vrais bastons ? Drôle de choix (à la con) là encore.

Les minis-jeux sont affreux : Le lancer de balle dans les seaux, la course de tortues, la roue de la fortune, tout est pété !
Y’a même plus le jeu des fléchettes qui était pourtant génial dans les premiers Shenmue !
On savait qu’il n’y aurait plus Hang-On ou Space Harrier, mais pourquoi on a une parodie de Virtua Fighter à la place, totalement moche et injouable ?
Mais putain les salles d’arcades sont tellement hideuses (surtout à Niaowu) qu’elles donnent juste envie de fuir ! On est à des années lumières de la sobre et cultissime salle You Arcade de Shenmue 1.

En ce qui concerne les musiques, c'est assez consternant là aussi de voir qu'environ 75% d'entre elles sont des resucées des anciens opus sans aucune réorchestration. Les petites nouvelles sont sympathiques et tout à fait en accord avec les anciennes, bien que les boucles musicales soient vraiment trop courtes, et elles finissent donc inexorablement par casser la tête.

Pour finir avec les choses qui ne vont pas, on ne profite presque plus des soirées nocturnes à cause d’un couvre-feu fixé à 21h au lieu de 23h dans les premiers opus. Encore un choix incompréhensiblement merdique, youpi !

...

Il y a tout de même des cotés très agréables dans Shenmue III.

L’histoire continue, et c’est une sensation enivrante et émouvante pour tous les amoureux de la série. Aucun doute sur le fait que la plus grande part des fans seront aux anges en découvrant le nouveau microcosme de Shenmue III. Les premières heures ne sont pas désagréables, et on retrouve avec délice des dialogues simples et une certaine innocence dans la trame du jeu. On a jamais la sensation de jouer à autre chose qu’à Shenmue, et ça c’est plutôt pas mal !

On reconnaît parfaitement les mécaniques obscures de la série, cette façon si particulière de progresser dans son univers. Tout prend son temps. Il faudra cependant une patience de fer même pour les habitués, car comme je le disais, le rythme est encore plus lent que dans les deux précédents Shenmue.

Les ambiances graphiques et atmosphères sont assez bien rendues… Le moteur graphique du jeu aidant (UE4), il est apparemment bien optimisé, du moins sur PC avec un framerate constant et agréable à 60fps ou plus, ce qui n’est malheureusement pas le cas des PS4 et PS4 pro d’après ce que j’ai pu voir sur VG tech, qui oscillent douloureusement entre 30 et 50fps. Je précise aussi que le popping des passants est très présent sur console, mais beaucoup moins sur PC. Cela dit, le problème des persos qui disparaissent au loin est bien là, même sur PC. C'est tout sauf excusable en 2019.
Après je n’irai pas jusqu’à dire que le jeu est beau, mais il sait, à quelques occasions, se rendre visuellement chaleureux et ce, malgré le vide incroyable des rues de Niaowu.

Les mécanismes des Shenmue originaux remettent dans l’ambiance des premiers opus, c’est sympa certes, même si on aurait pu espérer un peu de rafraîchissement dans les commandes, et des murs invisibles moins… visibles.

Le fait de retrouver un foyer comme dans Shenmue 1 est aussi une bonne chose. Shenfa a vu son visage passé au bistouri (elle était pourtant très mignonne dans le 2) avec blanchissement de la peau, mais cela fait du bien de pouvoir profiter de sa présence chaque soir, et accessoirement de son toit, aussi rustique soit-il.
On pensera naturellement à la résidence des Hazuki et au rôle d’Ine-san, sauf que Shenfa est probablement plus qu’une mère adoptive pour Ryo : C’est un ange gardien qui pourrait tout aussi bien jouer le rôle de la mère, de la copine ou de la sœur de Ryo. Un être magique qui semble lié pour la vie à notre héro. Bien aimé cet aspect.
Alors oui, les discussions avec Shenfa tous les soirs, c’est très sympathique au début, mais ça commence à partir un peu en cacahuète au bout de quelques jours, notamment lorsqu’on prend conscience que tout est bien trop binaire dans leurs échanges. Il ne se coupent jamais la parole par exemple.

Petit bonus très appréciable, on pourra appeler presque toutes les bonnes vieilles connaissances de Shenmue 1 et 2, par téléphone (à l’aide de cartes à usage unique, pas très chères, heureusement), dans la deuxième partie du jeu.

Conclusion :

Shenmue III régresse par rapport à ses aînés de 20 ans d’âge, dans presque tous les domaines.
Évidemment, ce serait bien trop triste et peu urbain de dire qu’il est un jeu totalement raté. Non, Shenmue III a pour lui de bonnes choses, y’a des trucs plus ou moins bien bossés, et son univers est toujours plus riche et accrocheur que beaucoup de AAA du moment.

Il fait en revanche les frais de très mauvais choix artistiques et de nouvelles features presque toutes inintéressantes. Souffrant aussi d’une réalisation à la fois étrange, grotesque et qui plonge sans vraiment de retenue, dans l’amateurisme pur et simple. Les mini-jeux et les combats, ça ne va vraiment pas.
Je n’ai par contre pas assez essayé la pêche assez longtemps pour me faire un avis dessus, c’est peut-être sympa mais ça ne m’intéresse pas.
La mise en scène très en retrait, il faut le dire aussi, fait qu’on ne peut être que déçu après pourtant une attente de quatre longues années de développement.

J’exècre les nouveaux aspects de Shenmue III (esthétiques ou systémiques) et autres structures narratives débiles, mais quelque-chose fait que j’y reviens sans cesse, sans doute suis-je bercé par une mécanique de base inchangée. A savoir qu’il y a aussi un New Game+ ou l’on peut garder son niveau de combat ainsi que tout son argent et ses objets, plutôt pratique pour qui voudrait encore passer du temps dans cette suite légèrement bâclée, mais unique en son genre.

Shenmue III est un mauvais Shenmue, mais un vrai Shenmue quand même ! Ça fait quand même 18 ans qu’on l’attend. Et oui, j’ai quand même envie de voir la suite ! Surtout que le dernier acte du jeu est vraiment pas mal.
Par contre la prochaine fois je veux un Shenmue IV avec de vrais artistes aux commandes, au moins dans la mise en scène et les décors ! Et une refonte totale des bastons et autres mini-jeux. Mais bon, qui sait aujourd’hui ce que va devenir cette saga… Suzuki semble en tous cas être bien sûr de lui, nous verrons bien.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1154 fois
11 apprécient

Autres actions de Adriou Shenmue III