Without Love, Umineko cannot be understood.

Avis sur Umineko no Naku Koro ni sur PC

Avatar Neufr0
Test publié par le
Version PC

Qu'est ce qui fait en sorte qu'on soit impliqué dans une histoire ? Est-ce que cela est du au réalisme de celle-ci ? Certaines personnes n'aiment par exemple que les histoires réalistes qui pourraient se réaliser dans la vraie vie, ne supportant donc pas tout ce qui peut se rapprocher de la fantaisie. D'autres adorent la fantaisie car elle leur permet de s'évader de cette réalité. Mais dans tous les cas, et pour les deux parties, une histoire doit être cohérente avec elle-même et doit leur fournir un univers intéressant qui puisse les divertir car ils se rendent bien compte que peu importe ce qu'ils peuvent faire, ils n'influenceront pas l'histoire en elle-même et son impact.
Umineko No Naku Koro Ni nous prouve le contraire car dans ce jeu, nous en somme les principaux acteurs.

Do you believe in Magic ? Uu~

Le 4 Octobre 1986, sur l'île de Rokkenjima, se déroule la réunion familiale annuelle de la richissime famille des Ushiromiya. Mais cette année, Kinzo, le chef de famille, n'a plus que quelques mois à vivre et la question de son héritage semble être le sujet de discussion principale pour la réunion de cette année. En effet, Kinzo aurait en sa possession pas moins de dix tonnes de lingots d'or dont lui seul connaît la localisation. Selon la légende, ce serait Béatrice la Dorée, sorcière de l'Infini qui les lui aurait offerts pour faire renaître la famille Ushiromyia de ses cendres. Au vue d'une telle somme, les quatre enfants de Kinzo doivent régler ce problème avant sa mort. Mais ce n'est pas chose aisée. Entre l'ainée qui veut avoir une plus grosse somme étant le successeur de la famille, ses frères et sœurs qui ont besoin d'argent au plus vite et Kinzo qui reste enfermé dans son bureau depuis des mois sans avoir aucun contact direct avec ses proches, la réunion risque d'être très tendue.
C'est dans ces conditions de tension que nous retrouvons le personnage principal Battler Ushiromiya, fils du troisième enfant de Kinzo, qui revient dans la famille après 6 ans d'absence. Heureux de retrouver ses proches perdus de vue, il espère passer un bon moment à Rokkenjima malgré les discussions sur l'héritage.
Malheureusement, peu de temps après leur arrivée, d'étranges évènements mettant en scène des rituels de magie noir vont faire leur apparition. Les habitants de l'île soupçonnent la sorcière Béatrice d'être derrière tout cela. Battler n'y croit pas et fera tout ce qui est en son pouvoir pour trouver l'auteur de ces évènements.

C'est ici que se lance l'intrigue principale d'Umineko, le principe est que différents évènements improbables vont nous être montrés et, grâce à quelques indices, nous devront trouver la personne à l'origine de ceux ci, son mode opératoire et son mobile. J'ai dis plus haut que nous seront des acteurs de l'histoire mais sachez qu'Umineko No Naku Koro Ni ne propose quasi aucune interaction directe avec le joueur. Le jeu est divisé en huit tomes, quatre tomes question et quatre tomes réponse. Le joueur ne peut que lire ce qui se passe dans l'histoire mais cela ne nous empêche pas de trouver les indices et d'essayer d'arriver nous-mêmes à la solution avant que le jeu ne nous la donne. Ici, l'implication du joueur est nécessaire pour qu'il apprécie l'histoire. Si vous lisez Umineko passivement, vous ne pourrez absolument pas profiter des derniers tomes du jeu.

I want the Readers to think too...

Parlons maintenant du scénario, l'histoire va d'abord se concentrer sur Battler et Rokkenjima, ce que j'appelle la scène principale. Ensuite, petit à petit, une autre scène va se mettre en place où deux représentants de deux camps opposés vont observer ces évènements sans les influencer et débattre sur leurs origines. Sont-elles dus à la sorcière, ou à un(des) humain(s) ? J'appelle cette scène, la méta-scène. Celle-ci va commenter la scène principale en approfondissant les évènements, les personnages et les thèmes abordés qui en découlent à chacune de leurs apparitions dans l'histoire. La particularité du scénario vient de ces deux scènes. Elles nous offrent deux visions de l'histoire et nous permettent d'avoir l'opinion des deux camps pour nous forger la notre. Et peu importe le camp que nous choisiront, il sera extrêmement difficile (voire quasiment impossible) de faire éclater l'Unique Vérité.
Mais c'est surtout au niveau de l’écriture qu'Umineko m'a ébloui. Surtout dans les derniers tomes. L'auteur arrive vraiment à nous donne la bonne quantité d'informations pour apprécier l'histoire, ni trop, ni trop peu(Il faut évidemment avoir une lecture active comme dit précédemment et toujours tout remettre en question).

Two things are needed to create a world.

Les personnages d'Umineko sont tous attachants et intéressants. Bien évidemment certains sont moins mis en avant que d'autres mais c'est un peu normal avec un nombre pareil. En effet, à partir des 18 habitants de l'île de Rokkenjima, pas moins d'une cinquantaine de personnages composant l'univers d'Umineko seront dévoilés au fur et à mesure de l'histoire.
Les personnages ont tous un bon et mauvais côté. Ici, on n'apprécie pas un personnage pour sa bonté ou sa méchanceté mais pour son caractère en lui-même et ses actions. Ce qui les rend vraiment réalistes (et pas seulement pour les personnages humains).
En plus, l'auteur va, à travers ceux-ci, nous raconter différents principes de métaphysique et sa conception d'une histoire, comment elle doit être racontée et comment le lecteur doit réagir. Les personnages servent ici à soutenir le scénario et le message que l'auteur veut nous faire passer en plus de leur rôle dans l'histoire.

Listen to the sound of my story.

La musique d'Umineko est probablement l'un des gros points forts du jeu avec son scénario. Un grand nombre de compositeur ont participé à la bande son du jeu qui est le principal acteur de la mise en scène en plus des bruitages. Une grande variété de genres et de mixes de genres la compose. Elles apportent un réelle plus à l'ambiance que ce soit pour les scène calme, épiques ou de tensions et arrivent à être très facilement écoutable en dehors du jeu. (de toute manière vous allez les avoir en tête pendant 3 mois minimum).

MAJ Janvier 2016:
Un peu moins d'un an après avoir terminé ce chef-d’œuvre, j'en arrive qu'à une seule conclusion. Umineko No Naku Koro Ni possède la meilleure bande son que je n'ai jamais écouté toute œuvre confondue. Je continue toujours de redécouvrir les musiques et les apprécie toujours autant. Évidemment, le fait que beaucoup de compositeurs y ont participé joue beaucoup en sa faveur. Mais même en prenant les pistes de chaque artiste séparément, on ne peut être que subjugué par leur travail.

ZTS avec ses musiques intenses et électriques comme Worldendominator ou Miragecoordinator mais qui peut aussi créer des thèmes de tensions comme l'excellent Dead Angle ou encore des thèmes plus mélancoliques comme Discolor ou Rain.

Dai et Luck Ganriki qui nous offrent des mélodies oniriques comme avec les inoubliables morceaux Hope et Fishy Aroma ou des thèmes de combats entraînants comment Final Answer ou Justice pour Dai et l'incroyable Golden Nocturne de Ganriki

Xaki avec des thèmes d'ambiance juste transportants comme The End Of The World ou l'excellentissime 7-weights.

Et que dire de -45 ? Probablement l'une des plus grosses surprises de cet ost. Cet artiste nous sort de magnifiques mélodies mélangeant différentes émotions tout en gardant un motif très surchargé et gothique comme dans ses morceaux The Girl's Witch Hunt ou Patchwork Chimera (je me rappellerai toujours de l'énorme frisson que j'ai eu à ce passage précis ).

J'en oublie encore d'autres mais je vais m'arrêter ici pour ne pas écrire le triple de la critique de base mais vous voyez que rien qu'avec les thèmes cités ci-dessus, Umineko se classe dans le panthéon des bandes sons d’œuvres culturelles.

La meilleure ost du monde je vous dis.

Useless, it's all useless....

Le principal "défaut" d'Umineko est son design. Même si on peut leur trouver un certain charme, les sprites originaux restent perturbants pour quelqu'un qui n'aurait pas l'habitude de ce genre de jeu. Les décors sont par contre pour moi un gros point fort pour la version d'origine qui ont l'air d'être réalistes et fantaisistes. Mais au final, j'ai fais le jeu en version patchée par Witch Hunt (qui ont fait un excellent travail en reprenant les sprites PS3 et pour la traduction) et je dois avouer que ses sprites et CG's sont vraiment de toutes beauté et correspondent bien à l'aspect fantastique du monde des sorcières (même si ont peut leur trouver un style un peu trop classique). Mais c'est surtout les voix du patch qui m'ont subjugué. Il y a pas à dire, les japonais savent y faire avec le doublage.
En passant, le jeu n'est malheureusement disponible qu'en anglais (toujours traduit par Witch Hunt), un niveau relativement bon est requis pour pouvoir saisir toute l'ampleur de l'histoire (en ayant google traduction à côté au cas où).

I dedicate this tale to you.

Umineko No Naku Koro Ni est un challenge qui nous est donné par l'auteur à ces lecteurs mais c'est aussi une confession envers eux. Cet œuvre est ultra personnelle, un aveux de l'auteur sur sa vision de la vie et de la relation que nous avons avec nos proches, la société et surtout de l'influence de cette société sur nos relations.
L'auteur nous défie mais nous donne aussi les clés pour atteindre un lieu qu'on essaie de renier.

Alors, arriverez-vous à atteindre la Contrée Dorée ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1307 fois
16 apprécient · 2 n'apprécient pas

Neufr0 a ajouté ce jeu à 2 listes Umineko no Naku Koro ni

  • Jeux vidéo
    Jaquette Portal 2

    Top 10 Jeux vidéo

    19/10/2017: On remet la liste à jour parce que ça fait depuis 4 ans qu'elle a pas changé alors qu'à la base c'était un brouillon...

  • Jeux vidéo
    Cover Let's Play ! 2015

    Let's Play ! 2015

    Les jeux que j'ai terminé en 2015. Certains peuvent avoir été commencé en 2014 ou avant ofc.

Autres actions de Neufr0 Umineko no Naku Koro ni